mercredi 7 juin 2017

Actualités du Centre. Sondage: Macron plutôt «et, et» que «ni, ni» pour les Français

Emmanuel Macron
Selon un sondage Ifop pour la Fondation de l’innovation politique, 43% des sondés estiment qu’Emmanuel Macron est «à la fois de droite et de gauche», 27% qu’il est «ni de gauche, ni de droite», 19% qu’il est de droite et 12% qu’il est de gauche.
Ce résultat suscite plusieurs commentaires:
- L’Ifop a demandé aux sondés de se situer eux-mêmes par rapport à ces propositions et il est assez paradoxal de noter que seulement 12% de ceux-ci se disent à la fois de droite et de gauche – le plus petit pourcentage – alors qu’ils sont 43% à estimer que le président qu’ils viennent d’élire, l’est (32% se disent de droite, 29% de gauche et 27% «ni de gauche, ni de droite» soit le même pourcentage de ceux qui attribuent cette étiquette à Macron).
- Cette perception ne correspond pas au positionnement qu’Emmanuel Macron revendique: si celui-ci se dit avant tout progressiste, il a insisté qu’il n’était «ni gauche, ni droite», c’est-à-dire sur un positionnement autre (en fait centriste) par rapport à ces deux courants idéologiques, faisant plutôt référence à celui «à la fois de droite et de gauche» pour qualifier le rassemblement politique qu’il voulait construire autour de lui.
- Les sympathisants d’En marche! amplifient même cette opinion des sondés puisque 64% d’entre eux estiment que Macron est «à la fois de droite et de gauche» alors que seulement 22%, soit moins que le moyenne, estiment qu’il est «ni de droite, ni de gauche».
- Emmanuel Macron a toujours revendiqué qu’il venait de la Gauche or seulement 12% des sondés, soit le plus petit pourcentage d’entre eux, estiment qu’il est de gauche, ce qui peut être interprété, au vu des résultats, comme la volonté de l’électorat de gauche (9% des sympathisants de Mélenchon et 10% des sympathisants du PS estiment qu’il est de gauche) de le droitiser.
- On peut supposer que le positionnement «ni de gauche, ni de droite» est assez obscur pour beaucoup de Français qui ont tendance à se définir politiquement par rapport à un schéma simple gauche-droite, même s’ils reconnaissent qu’il existe un Centre, ce qui peut expliquer que seuls 27% perçoivent Macron comme tel.
- On peut regretter que l’Ifop n’est même pas inclus dans sa question le positionnement au Centre, faussant ainsi les résultats puisque tous les commentateurs et l’énorme majorité des médias parlent aujourd’hui d’Emmanuel Macron comme d’un centriste.
- Si l’on veut, malgré tout, introduire le positionnement au Centre qui est absent de la question du sondage, on peut additionner les deux items «à la fois de droite et de gauche» et «ni de droite, ni de gauche» qui correspondent tous les deux à une façon de définir chez la plupart des Français un centriste, alors 69% des sondés estiment que le nouveau président de la république en est un.
En outre, 53% des sondés estiment que ce gouvernement est «à la fois de droite et de gauche» contre 20% qu’il est «ni de gauche, ni de droite».
Par ailleurs, il semble bien qu’Emmanuel Macron soit en train de recomposer, comme il le souhaite, le paysage politique autour de l’axe central (humanistes réformistes et progressistes de droite, de gauche et du Centre) face à un pôle de gauche et un pôle de droite réunissant les extrêmes et les radicaux.
Ainsi, à la question de savoir qui incarne le plus l’opposition à sa personne, les sondés répondent d’abord le Front national (48%) puis La France insoumise (36%) soit les deux formations qui sont situées sur les thèses extrêmes et radicales de droite et de gauche.
Et seuls 4% des sondés pour le PS et 12% pour LR estiment que ce sont ces deux partis qui incarnent le plus l’opposition au nouveau président de la république.
(Sondage Ifop réalisé du 29 au 31 mai 2017 par internet auprès d’un échantillon de 3002 personnes âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire