mercredi 28 mars 2018

Actualités du Centre. Le Mouvement radical est favorable à un axe central pour les européennes

Laurent Hénart, co-président du Mouvement radical
Le Mouvement radical social-libéral issu de la fusion entre le Parti radical valoisien (centre-droit) et le Parti radical de gauche (centre-gauche), se structure petit à petit avec la création de fédérations communes dans les territoires, notamment lors de réunions où se retrouvent le président valoisien, Laurent Hénart, et la présidente des radicaux de gauche, Sylvia Pinel.
Pour cette dernière, le Mouvement radical doit «s'ancrer dans les territoires» en vue de constituer des listes et choisir «des têtes de listes aux municipales».
Leur message commun pour faire approuver par les militants des deux partis, pas toujours convaincus du bien-fondé de cette fusion, est que «nous sommes les seuls à envoyer un message d'union» et «de clarification» dans le mouvement actuel de «recomposition politique».
Comme l’explique Yannick Blanc, le maire de Bourges, «avec cette explosion du monde politique, les autres partis ont tendance à se scinder, nous les radicaux sommes à contre-courant, nous nous réunifions».
Selon Laurent Hénart, «on essaie de bâtir quelque chose de nouveau», ce qui est sans doute une gageure pour ceux qui se veulent les héritiers du «plus vieux parti de France…
Toujours est-il que le co-président de ce nouveau Mouvement radical social-libéral, s’est dit, dans une interview publié aujourd’hui par le quotidien Le Figaro, prêt à former une liste de l’axe central pour les prochaines élections européennes de 2019:
«Les radicaux réunis sont évidemment favorables à ce que cet espace central se construise politiquement. Mais on aura des conditions pour discuter de notre stratégie électorale.»
Et d’expliquer que «comme (Emmanuel Macron) nous sommes des fédéralistes européens, comme lui nous voulons de la fermeté mais aussi de la justesse en matière de sécurité comme lui on pense qu’il faut moderniser l’économie française. En revanche, nous sommes plus vigilants sur la justice sociale qui accompagne nécessairement la réforme, sur les territoires.»
Toujours à propos de l’Union européenne, Hénart a déclaré que «le nouveau Mouvement radical va adhérer à l’ALDE (Alliance libérale démocrate européenne), puis on a prévu une rencontre avec les partis qui en sont membres début juin à Paris et on adoptera un programme européen en septembre lors de nos universités d’été.»
Quant à la spécificité des radicaux aujourd’hui, il explique:
«Nous sommes un mouvement au centre de l’échiquier politique et ce qui nous différencie des autres partis du Centre c’est la laïcité, nous sommes un mouvement d’humanistes laïcs, nous sommes des solidaristes, pour être libéral économiquement il faut être juste socialement, et nous sommes le parti des territoires et des collectivités locales, les radicaux sont très décentralisateurs».
Et il ajoute: «comme tous les centristes nous sommes européens et nous sommes attachés à une ouverture sur les questions de société.»


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire