mercredi 28 novembre 2018

Actualités du Centre. Réactions centristes au discours d’Emmanuel Macron du 27 novembre

Les leaders des partis centristes ont réagi aux propos d’Emmanuel Macron suite à la grogne sur les taxes sur les carburants et à sa volonté de bâtir un nouveau contrat social et d’ouvrir des débats dans les territoires pour demander aux Français leurs avis et leurs propositions.
Sans surprise, François Bayrou (MoDem) s’est montré satisfait tandis que Jean-Christophe Lagarde (UDI) s’est montré critique.
Quant au Mouvement radical social-libéral, il a réagi par la voix de ses deux coprésidents, Sylvia Pinel et Laurent Hénart, qui ont pris des positions opposées!
De quoi avoir quelques interrogations sur la réalité d’une réunion à long terme des radicaux…
Du côté de La république en marche, pas de réaction officielle pour l’instant (rappelons que le mouvement a perdu son délégué général, devenu ministre de l’Intérieur, et que l’élection pour le remplacer n’a pas encore eu lieu).

- François Bayrou (Mouvement démocrate)
Dans son discours, le Président de la République a montré qu'il a compris la profondeur de ce mouvement de contestation.
Il est fondamental de construire la concertation et la réflexion avec toutes les personnes concernées sur le terrain.
La proposition du Président de la République pour une mécanique de variation des taxes est un pas en-avant dans la bonne direction.

- Jean-Christophe Lagarde (UDI – intervention lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale)
Depuis plusieurs jours, vous êtes invités à saisir les mains tendues pour sortir du blocage, en associant tous les acteurs pour élaborer une transition écologique fiscalement et socialement acceptable.
On n’a pas vu l’accompagnement social qui allait de pair avec la hausse des taxes sur les carburants.
Emmanuel Macron, pendant sa campagne, disait vouloir une taxation carbone et en même temps une trajectoire sociale. Vous avez oublié le «en même temps». On n'a pas vu l'accompagnement social!

- Sylvia Pinel (Mouvement radical)
Emmanuel Macron dit entendre les inquiétudes des Français mais ne propose aucune mesure concrète en faveur du pouvoir d’achat des ménages les plus modestes pour les accompagner dans la transition énergétique que ce soit pour le logement ou les déplacements.
Le président de la République annonce une grande concertation mais ne donne pas suite au moratoire pourtant largement réclamé.
Nous demandons un changement de cap et de méthode c’est à dire une véritable négociation – et pas une simple concertation – avec les élus des territoires et les corps intermédiaires pour trouver les solutions appropriées au contexte local et réussir la transition énergétique.

- Laurent Hénart (Mouvement radical)
Engagé à Nancy en faveur de la transition écologique je partage le rappel de l’impératif environnemental formulé par Emmanuel Macron. Toutefois, seule la concertation des prochains mois dira si l’exécutif a réellement entendu l’appel en faveur de la justice sociale.
Les annonces d'Emmanuel Macron sont à la fois réalistes, notamment sur le mix énergétique, et à la bonne échelle, celle de l'Europe, avec la perspective de grands programmes d’investissements. Elles sont aussi un signe d’écoute, particulièrement pour la taxe carburant.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire