mercredi 27 mars 2019

Actualités du Centre. Paroles centristes: Europe, Chine, progressisme santé, Grand débat …

Voici une sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

Emmanuel Macron (Président de la République)
- Union européenne et Chine. Ensemble pour répondre aux défis mondiaux.
Le dialogue entre la Chine et l'Europe est devenu incontournable pour la définition des équilibres mondiaux, surtout dans le contexte que nous connaissons et une crise sans précédent dans notre histoire récente.
- De nos discussions avec la Chine je retiens quatre points de convergence :
1. Nécessité de construire ensemble un multilatéralisme fort en termes de paix et de sécurité internationale. Par exemple, le travail conduit pour préserver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.
2. Bâtir un multilatéralisme fort sur le sujet climatique. Nous devons répondre à cette urgence. Nous avons ensemble les moyens d’accélérer.
3. Bâtir un cadre plus équilibré. L'ouverture des marchés a sorti 700 millions de personnes de la pauvreté mais engendré des tensions dans nos sociétés. Notre volonté commune : éviter que la réponse à ces tensions ne soit dans la fracturation de l'ordre international commercial.
4. Nécessité de renforcer notre dialogue pour une vision commune de l'avenir du multilatéralisme. Si nous coopérons, nous pouvons sortir des pays et des peuples de la pauvreté, et le faire de manière inclusive et durable.
- Evidemment l'exercice de la puissance ne va pas sans divergences. Nul d'entre nous n'est naïf. Mais nous respectons la Chine et entendons naturellement de la Chine qu'elle respecte l'unité de l'Union européenne comme les valeurs qu'elle porte dans le monde.

Nathalie Loiseau (ancienne ministre, tête de liste LREM aux européennes)
- Nous voulons être les avant-centres de l'Europe. Nous avons le choix de laisser l'Europe se décider par d'autres ou celui de reprendre le contrôle de nos destins. Ensemble nous pouvons rêver à une renaissance européenne.
- Cette liste, c'est celle de ceux qui viennent avec un vrai projet pour l'Europe, avec leurs convictions, leurs engagements pour peser au Parlement européen parce que c'est là que ça se passe. Nous avons besoin d'un Parlement européen différent.
- Nous n'avons jamais tant eu besoin d'Europe, cette conviction nous réunit aujourd'hui. Les attentes des Français sont considérables : ils veulent être sûrs que l'Europe soit à hauteur d'homme.
- Face à l'urgence climatique, pour mettre la technologie au service de l'Homme, pour défendre nos valeurs, nos libertés, préparer notre avenir et celui de nos enfants : nous n'avons jamais eu autant besoin d'Europe.
- Une Europe de liberté qui protège nos valeurs, notre démocratie. Une Europe qui veille à notre modèle social et à notre environnement. Une Europe de progrès, qui montre la voie. Voilà ce qui nous rassemble [les membres de la liste Renaissance aux européennes].

Franck Riester (Agir, ministre)
- La directive droit d’auteur est définitivement adoptée par le Parlement européen ! Une victoire pour l’Europe, pour ses artistes, ses créateurs et ses journalistes. Une victoire pour l’Europe de la culture désormais plus forte et plus protectrice.

Marc Fesneau (MoDem, ministre)
En finir enfin avec le numerus clausus, repenser l’organisation des soins pour lutter réellement contre la désertification médicale, penser «territoires» dans l’organisation de la santé. Pour les patients. Un projet de loi Santé fondateur et porté avec sens du dialogue par Agnès Buzyn

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat)
La candidature de Nathalie Loiseau est une démarche courageuse. Elle choisit de mener ce combat contre le populisme qui gangrène l’Europe depuis quelques années.

Stanislas Guerini (LREM, délégué général)
- Le 26 mai, les Européens seront face à un choix historique : mettre fin à l'UE ou la transformer. Nous serons pleinement mobilisés pour défendre cette UE des solutions à laquelle nous croyons. Il est temps que l'Europe soit dirigée par ceux qui l'aiment.
- Notre liste représente des personnalités qui ont envie d'être députés européens, qui savent quels sont les combats qui nous attendent pour changer l'Europe.
- Cette liste est une liste de rassemblement et de compétences. Elle préfigure du travail que nous souhaitons mener, avec d'autres formations politiques et tous ceux qui croient en la Renaissance du projet européen.

Gilles Le Gendre (LREM, président du groupe à l’Assemblée nationale)
- [Grand débat] Notre initiative est inédite. Dans aucun pays démocratique elle n’a jamais été tentée.
- Le maintien de l’ordre n’est pas une option. Aucune solution ne peut émerger dans un climat de violence.
- Nathalie Loiseau est une femme libre et engagée, qui incarne l’Europe des solutions : elle a déjà obtenu des résultats concrets sur des dossiers clés comme les travailleurs détachés.
- Nous avons dans cette liste une diversité de profils, et une unité de projets : un engagement européen résolu, et un engagement écologique porté au plus haut, en particulier par Pascal Canfin et Pascal Durand.
- [Violences contre des Roms] Ce qui se passe est profondément choquant et malheureusement probablement appelé à se renouveler. Les réseaux sociaux ont une puissance de feu inouïe.

Aurore Bergé (LREM, porte-parole)
Je trouve formidable qu’une ministre [Nathalie Loiseau] fasse le choix de vouloir siéger au Parlement européen. C’est un signal fort envoyé aux Français. Cela démontre l’importance de cette élection pour nous.

David Amiel (LREM)
Le progressisme, c’est un objectif, une condition et une méthode. L'objectif de donner à chacun la possibilité de choisir sa vie. La condition, c'est de le faire ensemble. La méthode, c'est de toujours impulser le changement par la base.

Ismaël Emelien (LREM)
Il faut de la verticalité et de l’horizontalité dans l'exercice du pouvoir : la verticalité pour décider et avancer, l'horizontalité pour se mettre d'accord sur la réalité des problèmes. Ensuite, il faut une implication de tous pour se saisir des instruments.

François Bayrou (MoDem, président)
Ces personnes [candidats de la liste LREM-Modem aux européennes] n'ont pas été choisies pour des raisons d'appareil mais parce qu'elles ont toutes quelque chose à apporter à l'idéal que les Français se font de l'Union européenne."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire