samedi 5 octobre 2019

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La démocratie va-t-elle enfin se débarrasser de Trump ?


Pendant près de trois ans de présidence (et je ne parle même pas de ses frasques indignes durant la campagne électorale), Donald Trump a eu une conduite répréhensible, a mal agi, a menti, a insulté, a menacé tout en se croyant au-dessus des lois.
C’est pourquoi, on peut le qualifier de populiste démagogue malhonnête, prêt à tout pour garder le pouvoir même à trahir son pays, sans oublier ses propos misogynes, xénophobes, raciste et, sans aucun doute, ses limites intellectuelles ainsi que sa méconnaissance générale du monde et sa pauvre culture politique.
Et l’on ne sait sans doute pas tout tant le personnage qui vient d’affirmer être un «génie stable» (sic!) a constamment joué, toute sa vie, avec les limites de la légalité et ne s’est jamais embarrassé de quelconques valeurs morales ou d’une éthique personnelle.
De par ses agissements et ses propos, il a ridiculisé les Etats-Unis mais, surtout, la démocratie.
Certains disent que c’est parce qu’il a des problèmes mentaux.
Mais que ce soit pour ça ou autre chose, il est inexcusable et totalement disqualifié pour être le président de la première puissance mondiale et le leader du monde libre depuis le premier jour de sa présidence.
Alors, quand une affaire – qui vient d’ailleurs directement de sa croyance en sa toute-puissance – va peut-être lui coûter son poste de président, tout démocrate ne peut que se réjouir dont évidemment tous les centristes.
Même si rien n’est sûr car la procédure de destitution («impeachment») ne fait que commencer avec une chance certaine d’aboutir mais aussi nombre de risques d’échouer (surtout parce que le Sénat qui doit prononcer, in fine, la destitution est contrôlée par les républicains proches de Trump ou trop lâches pour s’en détacher, voire sachant que sa victoire n’en était pas vraiment une et que son départ les jetterait hors du pouvoir pour des années).
En tout cas, désormais, une majorité de plus en plus large d’Américains soutiennent cette procédure pour savoir si l’hôte actuel de la Maison blanche a dévoyé la fonction présidentielle en demandant de l’aide à des pays étrangers (dont l’Ukraine, mais pas seulement, avec entre autres, l’Australie ainsi que l’Italie et maintenant la Chine voire d’autres…) pour salir ses opposants politiques et judiciaires.
Et l’affaire est gravissime.
Il suffisait de voir avec effarement les propos erratiques, incohérents mais toujours aussi insultants, haineux et complètement mensongers tenus par Trump l’autre jour à la télévision américaine pour voir que ce dernier est en train de sentir le vent du boulet souffler tout proche de sa personne.
Et si, tel un bouffon, il permet aux animateurs des talk-shows de fin de soirée de briller en se payant sa tête, il est une honte pour l’humanité.
Et il a raison d’avoir des angoisses puisque tous les jours, de nouvelles révélations montrent toute l’infamie et la bassesse de son comportement, surtout son caractère illicite.
D’ailleurs, après avoir publiquement indiqué devant les caméras de télévision qu’il voulait prouver que le démocrate Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama et favori pour la présidentielle de 2020, était un homme corrompu qui devait aller en prison (comme il l’avait prétendu à propos d’Hillary Clinton en 2016) le voilà qui prétend que tout ce qui l’intéresse c’est de lutter contre la corruption et que Biden ne l’intéresse pas !
A ce stade, on se demande vraiment si son cas ne relève pas de la médecine plus que de la politique…
En tout cas, il est à espérer que ce personnage ne soit qu’un épiphénomène d’un dysfonctionnement malheureux de la démocratie américaine qui finira dans les poubelles de l’Histoire.
On peut rêver mais que nos rêves en l’espèce deviennent réalité…
Et que si sa destitution ne sera pas prononcée dans les semaines à venir qu’il sera chassé du pouvoir en novembre de l’année prochaine.
Pour finir, on ne peut passer sous silence le comportement scandaleux du gouvernement ukranien et de son président, l’ancien comique et populiste démagogue, Zelenski, qui est prêt à tout pour demeurer en bon terme avec Trump qu’il n’a cessé de complimenter lors de l’appel téléphonique infâmant où ce dernier lui a demandé de trouver des choses compromettantes sur Joe Biden et dont le procureur de Kiev à ses ordres vient de décider de rouvrir l’enquête sur la firme qui employait le fils de ce dernier alors même qu’aucun élément nouveau ne légitime une telle action.
Oui, Trump n’est pas le seul à dévoyer aujourd’hui la démocratie que tous les populistes démagogues et graines d’autocrates mettent quotidiennement en danger et nous devons dénoncer tous ces aventuriers qui jouent avec notre liberté, notre dignité et l’avenir de nos enfants.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire