samedi 4 juillet 2020

Propos centristes. France – Départ d’Edouard Philippe, nomination de Jean Castex; pour un nouveau pacte social; continuer à soutenir l’économie; modernisation nécessaire du pays; lutte contre la pollution; emploi; fraude fiscale; enseignement supérieur français à l’honneur; succès du plan vélo…


Voici une sélection, ce 4 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Bienvenue à Jean Castex qui a désormais la responsabilité de conduire le gouvernement. Ensemble, nous tracerons le nouveau chemin que j'ai proposé aux Français.
- Je tiens à remercier Edouard Philippe pour son engagement et son action pendant ces trois années. Lui et son gouvernement peuvent être fiers du travail accompli.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)
- Le plan de relance du pays (...) Quand on est en crise, il faut continuer à soutenir l'économie. Mais il faut faire des choix qui permettent de gagner en souveraineté économique.
- Je suis ici pour chercher des résultats de l'action publique énergique dans le cadre d'un plan de relance vigoureux.
- Avant de donner les solutions, je souhaite que l'on en discute avec la Nation, avec les partenaires sociaux, dans les territoires. Nous les associerons le plus possible à la recherche de solutions pour un nouveau pacte social.
- La parité, ça ne se négocie pas. C’est une force, c’est une chance et une évidence.
- Premier déplacement auprès des entreprises confrontées à la crise sanitaire et économique pour rencontrer salariés et dirigeants.

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
En audition ce matin devant la commission d’enquête sur l’indépendance de la justice, j’ai pu rappeler l’importance des services de police judiciaire et les réformes entreprises pour renforcer l’attractivité de la filière investigation.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
Les plans de soutien sectoriels sont efficaces et le Plan Auto en est le parfait exemple.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- La lutte contre la pollution de l’air est un enjeu majeur de santé publique. J’ai confirmé la création d’ici la fin de l’année d’une dizaine de zones à faible émissions pour réduire la circulation de véhicules polluants dans les territoires les plus touchés.
- Jardins des copropriétés, hôtels, terrains de campings, parcs d'attractions, cimetières : à partir de juillet 2022, les pesticides seront interdits dans tous les lieux de vie.
- Depuis le 11 mai la fréquentation des pistes cyclables a augmenté de +29% par rapport à 2019. Académie des métiers du vélo, formations remise en selle, pistes cyclables temporaires, réparations : une étape a été franchie dans la culture vélo.
- Lancé le 11 mai, le Coup de pouce vélo de 50 euros pour encourager les réparations a permis de sortir des garages et des caves de très nombreuses bicyclettes. Nous avons franchi aujourd'hui le cap des 300000 vélos réparés avec un objectif de 1000000 en décembre !

Olivier Véran (ministre de la Solidarité et de la Santé)
Servir son pays est toujours un immense honneur. Mais le servir aux côtés d’un grand homme d’État comme Edouard Philippe fut un privilège. Bon vent M. le Premier ministre ! Une page se tourne et nul doute que les havrais sont impatients d’en écrire une nouvelle à vos côtés.

Didier Guillaume (ministre de l’Agriculture)
Merci Edouard Philippe pour l’engagement au service de la France au service des Françaises et des Français aux côtés du Président de la République.

Franck Riester (ministre de Culture)
Édouard Philippe a dirigé l’action du Gouvernement avec force, talent et un grand sens de l’intérêt général. Je suis heureux et fier d’avoir servi notre pays à ses côtés.

Gérald Darmanin (ministre de l'Action et des Comptes publics)
Notre lutte contre la fraude fiscale porte ses fruits. En 2019, 12 milliards d'euros ont été récupérés par l’administration fiscale, 50% de plus que l’an dernier. Les résultats sont là! En 2019, Tracfin a encore une fois montré que le renseignement financier est un maillon essentiel dans la lutte contre la fraude fiscale et sociale, la criminalité organisée et la menace terroriste. Merci aux équipes pour leur mobilisation au quotidien!

Muriel Pénicaud (ministre du Travail)
7 mois après son lancement, Moncompteformation, c'est : 360 000 personnes déjà engagées dans un processus de formation; 500 euros de plus sur le compte de 28 millions d'actifs du secteur privé dont pour la première fois 3,3 millions d'indépendants.

Frédérique Vidal (ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation)
- Aucun jeune ne restera sans solution. C'est la commande du Président de la République. Poursuite des études dans l’enseignement supérieur, apprentissage, soutien à l’entreprenariat: nous travaillons à un plan jeune de manière interministérielle.
- La France est championne du monde en mathématiques, deuxième en écologie et troisième en océanographique : nos établissements enfin reconnus à leur juste mesure dans le Shanghai ranking!
- N'attendons pas pour investir dans la recherche! Le gouvernement propose un investissement de 25 milliards d'euros sur les 10 prochaines années au travers de la Loi recherche.

Roxana Maracineanu (ministre des Sports)
- Je remercie Edouard Philippe pour sa confiance. J’ai tant appris à ses côtés. Je souhaite à Jean Castex force et réussite pour cette nouvelle mission. C’est une fierté pour le sport français de le voir aux commandes du gouvernement.
- Le dopage est un fléau pour la santé des sportifs, l’intégrité des compétitions et l’équité sportive. Il est indispensable que tous les États soient unis pour combattre cette dérive qui abime le sport et plus généralement la confiance.

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance)
-Depuis septembre 2019, nous travaillons à la construction d'une nouvelle politique publique sur les 1000 premiers jours de l'enfant. Point d'étape avec Boris Cyrulnik et les membres de la Commission d'experts installée par Emmanuel Macron.
- Merci à toi Edouard Philippe pour ta confiance et pour le travail accompli depuis trois ans au service des Françaises et des Français.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
- Si on n’a pas d’accord, les Britanniques auront un double-choc : le choc du coronavirus, le choc du Brexit et ils n’ont pas le plan de relance de l’UE.
- On remboursera quand on ira mieux, après 2027-2028 et en mettant à contribution ceux qui aujourd’hui bénéficient de l’UE mais n’y contribuent pas, comme les GAFA.

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
Depuis 3 ans, travailler aux côtés d’Edouard Philippe et de la remarquable équipe de Matignon a été un grand honneur et surtout un très grand plaisir. Bon vent, comme on dit chez vous, monsieur le Premier ministre!

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- Émotion et fierté. Bon vent monsieur le Premier ministre!
- Il faut dessiner un nouveau chemin pour réparer notre pays, avec des enjeux clés : la santé, la dépendance, les jeunes et la relance économique pour éviter une crise sociale majeure.
-Les femmes ont été la variable d’ajustement de la crise.
- Le déploiement la 5G ne va pas se faire du jour au lendemain. Aujourd’hui nous parlons d’attribution des fréquences, pour commencer doucement le déploiement en fin d’année. Il y a la place pour la concertation et l’explication.
- Nous devons accompagner les discothèques pour qu’elles puissent réouvrir avec un protocole sanitaire strict.
- Nous devons accompagner les boites de nuit. Aujourd'hui il n'y a pas d'autorisation d'ouverture avant septembre, mais il faut travailler à de nouvelles conditions de réouverture.
- Voir les artisans et petits commerçants déposer le bilan nous couterait plus cher in fine que les aides accordées aujourd'hui.
- Nous avons fait beaucoup de réformes et aujourd’hui nous avons des enjeux comme la dépendance, la santé, les jeunes, la relance économique. C'est indispensable si nous ne voulons pas une crise sociale majeure.
- Le plan de restructuration présenté par Airbus doit être amélioré par le dialogue social. L’objectif doit être de viser aucun départ contraint.
- Point d’étape avec le collectif IndustriElles: rendre visibles les femmes rôles modèles, congé paternité, s’assurer que les femmes aient bien accès aux plans de relance, etc.: 10 actions pour faire avancer concrètement la mixité dans l’industrie!

Olivier Dussopt (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics)
Quelle fierté monsieur le Premier ministre d’avoir servi dans votre gouvernement.

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
Pour lutter contre la pollution plastique notamment, j’ai donné 3 mois aux entreprises qui font de la livraison de repas à domicile pour me soumettre une stratégie zéro déchet visant à sortir du tout jetable.

Christelle Dubos (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Solidarité et de la Santé)
- Merci à vous, monsieur le Premier ministre. Servir notre pays dans votre Gouvernement a été une fierté, une joie et un honneur.
- Visite de l’antenne des restos du cœur à Asnières. Certains départements ont connu une hausse de 40% du recours à l’aide alimentaire pendant le confinement. En renforçant son budget de 55M€, nous permettons aux antennes associatives de s’approvisionner jusqu’au bout de l’année.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes-femmes et à la Lutte contre les discriminations)
Ce fut un grand honneur d’être Secrétaire d’Etat auprès d’Edouard Philippe pendant trois ans. Merci, monsieur le Premier ministre, pour votre soutien permanent à la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes, pour votre courage, vos principes, et aussi pour votre humour.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- L’urgence dans laquelle nous plonge la crise actuelle n’appelle pas des 'réformes' mais une modernisation de notre pays, apaisante, sereine, qui prépare une société dans laquelle chacun pourrait trouver sa place et son chemin.
- Il revient aux collectivités, État, opérateurs/ acteurs du numérique, de créer un fonds de dotation volontaire et défiscalisé pour offrir le 1er PC aux collégiens dont les revenus des parents sont modestes. La promesse d’égalité républicaine doit se matérialiser!
- Si des mesures telles que la limitation de vitesse à 80 km/h ou la taxe carbone sont devenues irritantes au point de mobiliser une frange de nos concitoyens (...), il n'est pas impossible que ce soit par défaut de méthode, plutôt que par leur contenu.
- La bonne méthode est celle du dialogue entre les institutions et les citoyens.
- La réactivité et parfois l'inventivité (...) ne sont pas l'apanage exclusif des lieux centraux de pouvoir.
- Tous mes vœux de succès à Jean Castex à la tête du gouvernement de la France. Il lui incombera de relever les défis de la relance économique et écologique, de répondre aux aspirations de proximité, de souveraineté, et de donner la priorité à l’emploi et à la cohésion sociale.
- Le Premier ministre Edouard Philippe a servi la République et l’État avec sincérité, loyauté et efficacité. Sa personnalité inspire un profond respect et mes sentiments très amicaux. Il quitte Matignon, nous savons pouvoir compter sur lui avec Emmanuel Macron.

Stanislas Guerini (délégué général)
- Les valeurs et les territoires de la République chevillés au corps, le Premier ministre Jean Castex fixe un cap clair avec l'emploi, l'écologie et le social comme boussole. Le chemin dessiné par le président de la République prend forme.
- Toutes mes félicitations au Premier ministre Jean Castex pour sa nomination. Élu local, serviteur de l’État, son expérience sera déterminante pour conduire la reconstruction de notre pays autour des priorités économique, écologique et sociale fixées par Emmanuel Macron.
- Merci Édouard. Avec toi, continuons de faire vivre la majorité présidentielle.
- Un grand Premier ministre s'en va, un grand Maire revient au Havre. Au nom de LaREM, je salue le travail remarquable accompli par Édouard  Philippe ces 3 dernières années. Travailler à ses côtés à la transformation du pays a été une fierté et un honneur.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Emmanuel Macron dévoile la reconstruction: "La France des jours heureux, c’est la France des devoirs. Ceux qui ont reconstruit le pays en 1945 avaient l’esprit de conquête chevillé au corps, le refus de la défaite." Les députés LaREM au rendez-vous.

Aurore Bergé (porte-parole)
- Pendant 3 ans, avec solidité, humilité et loyauté, Édouard Philippe aura été un grand Premier Ministre. Merci à lui. Haut les cœurs!
- Il est temps ! Alors faisons-le! Citoyens et parlementaires, prenons le parti du bien être animal et de la lutte contre la maltraitance. Le référendum pour les animaux peut compter sur tout mon soutien en tant que députée.

Bruno Studer (député)
La France brille dans le classement de Shanghai. Premier rang en mathématiques. Deuxième rang en écologie. Troisième rang en océanographie La France est une grande nation de recherche et d'enseignement supérieur, ses universités rayonnent dans le monde.

●MoDem

Le MoDem félicite Jean Castex, son sens de l’État, sa connaissance des collectivités et ses racines territoriales, méritent la confiance des Français et remercie Edouard Philippe et les membres de son gouvernement pour leur engagement sans faille au service du pays.

Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Au moment où il quitte le gouvernement, je tiens à saluer l’action d’Edouard Philippe auprès d’Emmanuel Macron pendant trois ans. Avec toute la majoritéLaREM, le MoDem et Agir ensemble j’ai été heureux de travailler avec lui et son gouvernement au service du pays.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- Le Président veut gouverner seul et en direct pour préparer la présidentielle.
- Je crois qu'il va y avoir un tournant politique dans le quinquennat Manuel Macron et que ce tournant politique, en l'occurrence, n'est pas partagé par Edouard Philippe (...) Je ne suis pas convaincu que ce soit Emmanuel Macron qui se sépare d'Édouard Philippe, parce que les semaines passées ont montré que c'était Edouard Philippe qui ne veut pas suivre.
- Je ne suis pas dans sa majorité, mais c'est un Premier ministre que personne ne connaissait et qui a montré son aptitude, sa capacité à gouverner la France et parfois à résister au président de la République lorsque celui-ci pensait plus à sa future campagne présidentielle qu'aux intérêts du pays.
- Edouard a fait de grandes réformes, il a admirablement tenu le choc d'une crise que l'on n'avait jamais imaginé, jamais vécu. Il y a eu évidemment, des erreurs dans la gestion de la crise, mais globalement, les Français ont vu qu'il était le plus solide des deux.
- On voit bien que se dessine un changement de vie politique. Et si Edouard Philippe n'était pas d'accord avec cette ligne politique, il s'en va. C'est quand même bien de préférer ses convictions plutôt que de rester en poste. Beaucoup de gens feraient n'importe quoi pour être ministre, voire Premier ministre. Ce n'est pas son cas. Je lui tire mon chapeau.

Sophie Auconie (députée)
[Jean Castex] C'est quelqu'un qui va permettre de garder le cap (..) C'est un élu local de proximité, d'authenticité, qui connaît ses dossier (...) J'espère que cela nous permettra d'avancer rapidement et avec efficacité.

●Mouvement radical
Oui il faut pour notre pays, un Premier ministre de dialogue, d'expérience, de terrain, mais surtout une politique radicalement plus écologique, plus sociale, plus proche des citoyens!

● Autres
(Personnalités ou organisations centristes)
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)
- Les institutions de la V° République permettent au Président de créer une situation politique nouvelle sans élections de mi mandat (incompatibles avec la dissolution). Or, 5 ans c’est devenu long! Nicolas Sarkozy avait hésité. Deux premiers ministres par quinquennat: nouvelle règle?
- Ceux, qui, après la campagne d’Alain Juppé, ont fait confiance à Edouard Philippe n’ont pas été déçus. Ils sont même fiers de lui. Sursum corda!
- Dans une France poly-fracturée aucune force politique ne peut gouverner seule. La logique de la démocratie conduira tôt ou tard à la logique des coalitions, des alliances solides sur des programmes concrets. L’ambition n’est plus de détruire mais de rassembler pour construire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire