mercredi 30 avril 2008

Actualités-Etats-Unis

Présidentielle 2008

Barack Obama va « peaufiner » sa campagne


Face à une Hillary Clinton plus coriace que jamais, Barack Obama, en tête dans la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle américaine, entend "peaufiner" sa campagne et rappeler aux électeurs ses origines modestes. Après avoir perdu les primaires dans les importants Etats de l'Ohio, en mars, et de Pennsylvanie, mardi dernier, Obama a déclaré dans l'Indiana, autre Etat crucial où il affrontera Clinton le 6 mai, qu'il fallait constamment procéder à des ajustements. "Vous savez, c'est une longue campagne. Ce qui a bien fonctionné il y a trois mois peut ne pas si bien marcher maintenant", a noté Obama, qui a engrangé une série de succès en février avant de buter sur l'Ohio et la Pennsylvanie. Debout devant une pompe à essence, Obama a déclaré que ses rivaux faisaient partie d'une classe politique qui n'a pas réussi à mettre au pas les compagnies pétrolières et d'autres puissants intérêts particuliers. "Les candidats ayant l'expérience de Washington - mes adversaires - sont de bonne volonté. Mais ils sont à Washington depuis vraiment très longtemps et, même avec toute l'expérience dont ils se targuent, il ne s'est rien passé", a dénoncé Obama. Il s'est présenté comme le seul candidat à avoir tenté de combattre les intérêts particuliers et à avoir refusé les dons de groupes de pression.

En campagne à Bloomington, dans l'Indiana, Hillary Clinton s'est interrogée sur la détermination de Barack Obama à combattre les intérêts particuliers, et elle a noté qu'il avait voté pour un projet de loi sur l'énergie soutenu par le vice-président Dick Cheney, ancien PDG de Halliburton, n°1 mondial de l'ingénierie et des services aux gisements pétroliers. "Les actes parlent mieux que les mots. Lorsqu'il s'agit de se dresser contre les compagnies pétrolières, de se dresser contre le projet de loi sur l'énergie de Dick Cheney, mon adversaire a voté pour et moi j'ai voté contre. Ce texte faisait cadeau de milliards de dollars aux compagnies pétrolières", a affirmé Clinton. L'ancienne "première dame", qui cherche à devenir la première femme élue à la présidence des Etats-Unis, et Obama, qui deviendrait le premier président métis, s'efforcent tous deux de se présenter comme les mieux à même de redresser l'économie d'Etats frappés de plein fouet par les suppressions d'emplois et la crise des crédits immobiliers. Mais Obama a du mal a faire passer le courant avec la classe ouvrière blanche d'Etats tels que l'Ohio ou la Pennsylvanie. Il a été nettement battu par Clinton parmi les blancs à faibles revenus et n'ayant pas fait d'études supérieures de Pennsylvanie. Il avait, pendant la campagne, tenus des propos maladroits sur l"'amertume" des "petites gens" de l'Amérique profonde, ce qui lui a valu de se faire taxer d'élitisme par Clinton et par le candidat républicain John McCain. "Je crois que l'une des choses que nous devrons faire au cours des prochaines semaines est de rappeler aux gens d'où je viens", a dit Obama, qui a été élevé par une mère seule et qui a fait ses études grâce à des bourses.

Aucun commentaire: