vendredi 30 mai 2014

Vues du Centre – Le point de vue de Jacques Rollet. Où en est le Centre ?

 Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jacques Rollet est politologue, auteur de plusieurs livres dont Tocqueville (Montchrestien 1998), Religion et politique (Grasset 2001), La tentation relativiste, DDB, 2004), Le libéralisme et ses ennemis (DDB, septembre 2011).

La question n’est pas nouvelle et je l’ai déjà abordée il ya quelques mois. Il est cependant nécessaire d’y revenir après ces élections européennes, alors même que l’attention est focalisée sur le FN et que les médias ne s’intéressent guère à l’Alternative qui réunit comme on le sait l’UDI et le MoDem.
Six remarques vont suivre un constat.
Le constat: l’UDI+le Modem ne font pas mieux que le Modem seul en 2009.
Au plan national, l’Alternative fait 9,9 % en 2014; or le Modem faisait 8,45% en 2009. Un point et demi de plus, c’est insignifiant.
Le score «logique» aurait dû être de 16 ou 17%. On aurait pu attendre en effet de l’UDI un apport de 8 points. (Nouveau Centre, Parti radical, Alliance centriste, adhérents directs). Dans le même temps, l’UMP en crise fait 21%...
Si je considère la circonscription du Nord-Ouest, le score est de 9,38% en 2014 pour l’Alternative alors qu’il était de 8,67% en 2009 pour le Modem. C’est quasiment identique.
En d’autres termes, ce résultat n’est pas bon et on doit se demander pourquoi. Il n’est pas dû seulement à un refus de la construction européenne.
1°) Le Centre n’a pas de leader et dans le système politique de la V° République, c’est un handicap et le retrait de Jean-Louis Borloo n’est pas une explication suffisante. Lui-même n’incarnait pas jusqu’alors ce leadership attendu. Il ya des gens talentueux qui s’expriment à l’Assemblée nationale tels que Jean Christophe Lagarde ou Philippe Vigier mais il faut passer à un niveau supérieur.
2°) Le Centre est partagé entre des visions de la société différentes: vision du radicalisme quelque peu «Old fashioned» qui oscille entre 19° et 21° siècle et reste de la tradition démocrate-chrétienne qui n’ose même pas s’afficher comme telle. S’y ajoutent des membres qui n’ont aucune tradition! Cela ne confère pas une identité.
3°) Le Centre doit donc s’interroger sur sa doctrine, en clair sur sa conception des valeurs nécessaires au vécu d’une société qui ne peut reposer sur l’exaltation des désirs individuels.
On a perçu le problème  lors du vote de la loi sur le «mariage» homosexuel. Il a été très difficile d’expliquer à beaucoup de parlementaires centristes qu’il y avait un problème et qu’il fallait voter contre cette loi. Il apparaît aujourd’hui que les socialistes aux Municipales et aux Européennes ont subi une sanction qui est en partie due à cette loi. Ils sont prêts cependant à récidiver avec une loi Taubira qui est une provocation et ils s’étonneront ensuite du score du FN. Comprenne qui pourra.
L’excès d’idéologie est généralement mortifère…
Les centristes feraient bien de se demander sur quelle philosophie reposent leurs choix en matière éthique.
4°) Il faut donc donner  à un peuple en grande partie désemparé une vision cohérente de ce qu’est le vivre-ensemble. Cela suppose l’acceptation d’un ordre social, le refus de l’assistanat qui prospère en France (les dépenses sociales représentent 33% du PIB!).
Cela ne peut continuer pour des raisons financières mais également pour des raisons morales. De multiples témoignages sont donnés par des gens allant au travail pendant qu’aux fenêtres on se moque d’eux en disant: «Il faut être con pour aller travailler quand on a autant en ne faisant rien».
5°) La notion de bien commun doit être remise au premier plan. Elle est différente de celle d’intérêt général. Il s’agit de bien et pas d’intérêt. On est en train de redécouvrir l’importance de cette notion dans la philosophie politique contemporaine dans les pays anglo-saxons.
Il serait temps que la pensée française s’y mette. Il nous faut une anthropologie basée sur la notion de loi naturelle, celle qui découle de l’essence de l’homme, car il y a une essence ou nature de l’homme.
6°) Le Centre a raison d’être pro-européen mais le réalisme en matière économique et le projet politique du fédéralisme suppose une armature éthique qui fasse tenir ensembles au nom de valeurs, les membres d’une société et ces valeurs ne peuvent être celles du relativisme éthique.
En espérant être entendu.
Jacques Rollet


2 commentaires:

entwanne a dit…

«On a perçu le problème lors du vote de la loi sur le «mariage» homosexuel. Il a été très difficile d’expliquer à beaucoup de parlementaires centristes qu’il y avait un problème et qu’il fallait voter contre cette loi.»

Ah bon, et quel est donc ce problème dons vous parlez ?
Conférer un droit égal (et encore, on en est loin) à nos concitoyens homosexuels, c'est un problème ?

philippegibault a dit…

Bonjour, J'étais en train de faire des articles sur le même sujet pour (Je suis en train de rédiger le premier)...


Pour ma part, je ne suis pas vraiment d'accord avec ce qui est énoncé.


Je pense qu'il y a 6 raisons qui empêchent les centristes de faire un score aux élections.


La première est que le scrutin législatif est injuste et inadapté. Il n'est pas représentatif de l'opinion des français, et ne permet pas de dégager des coalitions pour enfin réformer la France. D'ailleurs, j'avais fait des calculs pour l'élection présidentielle 2007 et 2008.


La seconde est que l’on impose une coupure entre la gauche et la droite. Or, c’est coupure n’a plus de sens aujourd’hui. La coupure est entre ceux qui n’ont rien compris à l’économie et qui par lâcheté font une politique favorisant la demande (voir le très bon livre de Peyrelevade) et ceux qui y ont compris quelque-chose. La seconde catégorie est d’ailleurs divisée en deux. Effectivement, le problème est la place de la France dans la mondialisation. On a donc deux choix. Soit on ferme les frontières, et ça marche, c’est la Corée du Nord, c’est d’ailleurs ce que propose Marine Le Pen et Mélenchon. Mais je ne suis pas sûr qu’en Corée du Nord, on y soit très heureux. Ou alors, on joue le jeu de la mondialisation et on essaye de tirer son épingle du jeu. C’est dans cette optique là que sont les centristes.


Troisième raison : Le PS (Notamment avec Martine Aubry) et l’UMP (avec Nicolas Sarkozy ou Jean François Copé) poussent la droite et la gauche vers leurs extrêmes, rendant toutes coalitions centre/UMP ou centre/PS non crédible, et non durable.


Quatrième raison : Les centristes préparent les élections en touristes et en amateurs, toujours à la dernière minute. Ce travers est présent aussi bien au Modem qu’à l’UDI. Et j’en ai une multitude d’exemple chez moi, dans la 11ème circonscription du 92 et en particulier à Malakoff, excusez-moi de l’expression, c’est sincèrement le festival des conneries. Savez-vous que l’élue Modem de Bagneux, suite à cet amateurisme des états-majors, a fini par jeter l’éponge. On vient de perdre un élu brillant sur Bagneux. Pire (et pour être honnête, ici, c’est la faute de l’UMP), on vient de fabriquer un nouveau maire PCF indéboulonnable à Bagneux, et à Malakoff, on a perdu un élu centriste (qui a vendu pour une bouchée de pain à une liste de gauche dissidente qui a sacrifier le court-terme au long terme) et on continue à avoir un maire PCF indéboulonnable. D’ailleurs, je suis réaliste, j’ai félicité Catherine Margaté, maire indéboulonnable de Malakoff (qui au passage a fait 68% des voix) pour sa réélection en 2020, 2026, 2032, 2038, 2044, 2050, 2056…


Il serait temps de comprendre qu’une élection se prépare sur la durée, et non pas au dernier moment.


Cinquième raison : les centristes ont peur et honte … d’être des centristes. On préfère rallier plutôt que de se présenter. Une réunion Modem commence toujours par « Il faut rallier … car on a aucune chance seul » plutôt que « Mon projet est… ».


Enfin, dernière raison : face à la logique institutionnelle de la 5ème république, les centristes ont une stratégie électorale inadapté. Il faut refaire le réseau d’élu locaux et avoir d’abord une vision locale.


Les centristes ne peuvent rien sur les trois premières raisons. Mais ils peuvent beaucoup sur les trois dernières, et il serait temps de travailler sur les trois derniers points. Enfin, félicitation pour ce très bon blog.