dimanche 17 janvier 2016

Présidentielle USA 2016. Les «machines à perdre» républicaine et démocrate à toute vapeur!

Bernie Sanders, Donald Trump, Ted Cruz
En regardant les sondages sur la présidentielle américaine, on peut se demander qu’elle «machine perdre», de la démocrate ou de la républicaine va l’emporter le 8 novembre prochain laissant ainsi gagner l’adversaire!
Tout le monde connait le fonctionnement d’une machine à perdre qui est en l’occurrence, pour un parti, de nommer un candidat à la présidentielle qui n’a aucune chance de l’emporter.
Une machine particulièrement efficace aux Etats-Unis pour couler un parti depuis que les primaires sont vraiment démocratiques, a qui a abouti à des situations où, du côte républicain, la candidature de Barry Goldwater face à Lyndon Johnson en 1964, et du côté démocrate, la candidature de George Mc Govern face à Richard Nixon en 1972, furent de véritables désastres.
Or, en cette année 2016 où le populisme et la démagogie sont présents en force du côté républicain mais aussi du côté démocrate avec cette «rage» de ces sympathisants des deux bords qui constituent la base de l’électorat des primaires, on pourrait aboutir à la nomination de ce que l’on appelle deux candidats inéligibles!
Bien évidemment, un de ces deux l’emporterait, à moins qu’un troisième larron ne sente le coup et se présente en «independent» avec une grande chance, pour la première fois de l’histoire politique des Etats-Unis, de se faire élire.
On n’en est pas encore là mais la domination de Donald Trump dans la course à la candidature républicaine (avec en second Ted Cruz, tout aussi «inéligible») et la remontée actuelle dans les sondages de Bernie Sanders dans la course à la candidature démocrate montrent que cette éventualité de deux candidats inéligibles n’est pas tout à fait une vue de l’esprit, loin de là.
Quant au candidat «independent», plusieurs personnalités y ont pensé même si aucune (à part Trump s’il n’obtenait pas l’investiture républicaine) n’y a fait réellement allusion jusqu’à présent sérieusement et/ou officiellement.
Mais, de l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, à l’ancien candidat républicain en 2012, Mitt Romney, les prétendants à cette candidature pourraient être nombreux.
Ils se présenteraient sans doute comme des candidats responsables, modérés, voire centristes pour contrer les candidats populistes.
S’il devait y avoir un duel Donald Trump ou Ted Cruz face à Bernie Sanders (et donc sans troisième homme) et si l’on se fie à ce que rejette en priorité la société américaine, les deux premiers devraient l’emporter.
Donald Trump, démagogue populiste, et Ted Cruz, démagogue conservateur voire proche de l’extrême-droite sur certains sujets, devraient faire moins peur que le socialiste Bernie Sanders même si les trois sont aujourd’hui des antisystèmes et des pourfendeurs de tous les «profiteurs» (même si ceux-ci ne sont pas toujours les mêmes…).
Mais rien n’est simple pour cette élection puisque des sondages ont montré que Bernie Sanders pourraient l’emporter plus aisément face à Trump ou Cruz qu’Hillary Clinton.
Ainsi, la moyenne des derniers sondages calculée par le site RealClearPolitics donne à Bernie Sanders une avance de deux points sur Donald Trump et plus de trois points sur Ted Cruz alors que la centriste Hillary Clinton possède moins de deux points d’avance sur Donald Trump et est en retard de deux points sur Ted Cruz.
Même si l’on sait que ces sondages sur l’élection générale ne veulent pas dire grand-chose aux Etats-Unis si loin de l’échéance et que ceux-ci donnent souvent des résultats peu fiables, le sénateur du Vermont de 74 ans, admirateur de l’ancien candidat radical du parti socialiste américain, Eugene Debs, s’en est évidemment emparé pour affirmer un peu partout, comme dernièrement sur CBS qu’il est le mieux placé pour gagner la présidentielle du côté démocrate.
Si l’on assiste à une duel Trump-Sanders, au-delà du fait qu’il s’agira des candidats qui n’étaient pas ceux de l’establishment de deux grands partis, on aura affaire à deux candidats qui ne viennent pas, non plus, de l’intérieur des partis.
Si Donald Trump se dit aujourd’hui républicain, il a été beaucoup plus longtemps démocrate, voire sans affiliation particulière.
De son côté, Bernie Sanders n’est pas membre du Parti démocrate mais seulement rattaché au groupe démocrate du Sénat à Washington.
L’élection d’un des deux serait à coup sûr une grande claque pour le Parti démocrate et le Parti républicain.
Sans doute ceux-ci la méritent-ils tant ils ont une image désastreuse dans l’opinion avec un Congrès souvent incapable de fonctionner normalement depuis des années à cause d’une incapacité à travailler ensemble et à des visions idéologiques de plus en plus clivées, surtout du côté républicain mais aussi présentes chez certains démocrates.
Néanmoins, ce serait une très mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis (et le monde), car les programmes des deux hommes sont dangereux, particulièrement en matières économique et de politique étrangère.
Leur populisme et leur démagogie ainsi que leur isolationnisme les rend, néanmoins, largement inapplicables sauf à provoquer une grave crise qu’aucun ne prendra le risque de prendre, sans doute.
Mais les mesures emblématiques que les deux hommes pourraient prendre ainsi que l’atmosphère générale de leur présidence recèleraient un véritable danger.
Les observateurs avaient (à tort) la manie d’affirmer que les élections américaines n’étaient pas idéologiques comme en Europe et mettaient aux prises des candidats «blanc bonnet et bonnet blanc» qui étaient largement interchangeables et d’accord sur presque tout.
Cette élection pourrait être un exemple du contraire.
Malheureusement.

Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC


A lire aussi :
Présidentielle USA 2016.



Aucun commentaire: