dimanche 17 janvier 2016

Présidentielle 2017. Une majorité écrasante de centristes ne veut plus de Sarkozy

Jean-Christophe Lagarde & Nicolas Sarkozy
Un sondage BVA pour iTélé et Orange indique que 80% des Français ne veulent pas d’une candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2017.
Cette opinion est majoritaire dans tous les électorats, 55% des sympathisants de LR (contre 45%) ne souhaitent pas que l’ancien président de la république se présente.
Chez les centristes, les pourcentages sont nettement plus élevés puisque 93% des sympathisants du Mouvement démocrate (contre 6%) et 83% des sympathisants de l’UDI (contre 17%) rejettent la candidature de Nicolas Sarkozy.
Rappelons qu’un récent sondage réalisé par l’IFOP pour le Figaro montrait que les sympathisants du Centre qui se disaient prêts à voter à la primaire de LR, n’étaient que 7% à choisir Nicolas Sarkozy.
Les chiffres globaux de soutien étant particulièrement bas à droite, il est difficile de savoir si le choix des centristes serait décisif dans sa défaite possible à la primaire.
Toujours est-il que l’on peut se poser la question de la tactique suivie par Nicolas Sarkozy par rapport au Centre dans sa stratégie globale.
Celle-ci était d’intégrer les partis centristes le plus rapidement possible dans le camp de la Droite en leur offrant, notamment, des élus en nombre lors des élections régionales afin de créer un bloc gagnant à la présidentielle mais aussi en retirer des bénéfices pour la primaire, même s’il savait qu’Alain Juppé en obtiendrait plus que lui en terme de voix centristes à la primaire.
Mais elle a mécontenté son camp et mêmes ses proches tout en ne bénéficiant d’aucune sympathie particulière des centristes
Sans doute souhaitait-il également et surtout que le camp de la Droite parvienne en tête dans les élections locales qui se sont déroulées dernièrement, devant le FN, afin de démonter son leadership à la tête de LR, ce qui aurait un effet positif sur sa candidature, en particulier auprès des sympathisants de son parti – qui seront évidemment les électeurs les plus nombreux à la primaire – qui pourraient le voir en vainqueur et estimer qu’il était donc le mieux placer pour 2017.
Mais cette stratégie à plusieurs entrées qui, selon son point de vue, devait le booster pour la primaire ne semble pas du tout fonctionner pour l’instant mais offrir un boulevard à son adversaire principal, Alain Juppé qui caracole en tête de tous les sondages et qui bénéficie d’une très grande popularité auprès des centristes.
(Sondage BVA réalisé les 14 et 15 janvier 2016 par internet auprès d’un échantillon de 1048 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Alexandre Vatimbella


A lire aussi:



Aucun commentaire: