mercredi 6 avril 2016

Présidentielle USA 2016. Pourquoi Clinton est en délicate posture

Le socialiste Bernie Sanders a remporté, comme prévu, la primaire du Wisconsin avec 56,53% des voix contre 43,14% à Hillary Clinton.
Cette nouvelle victoire, la sixième d’affilée, l’installe dans une dynamique face à la centriste pour devenir le candidat du Parti démocrate à la présidentielle même si l’ancienne secrétaire d’Etat de Barack Obama demeure encore l’ultra-favorite.
Reste que l’on peut se poser la question de savoir si Hillary Clinton est faite pour une élection aussi dure que la présidentielle américaine alors même qu’en 2007 elle survolait les sondages avant de se confronter à Barack Obama qui l’a battue, tout comme c’était le cas en 2015 face à Bernie Sanders qui parvient à la mettre actuellement en difficulté.
Son échec en 2008 face à Barack Obama lors des primaires avait montré nombre de faiblesses dans une compétition où tous les coups sont permis et où certains candidats passent à la trappe sur des questions mineures voire des mensonges proférés par leurs opposants ou pour une question d’image s’ils ne parviennent pas à répondre aux attaques ou à montrer une forte personnalité.
Il semblait que sa nouvelle candidature pour 2016 avait pris en compte tous ces pièges et que les sujets sensibles avaient été passés au crible avec des réponses déjà prêtes et crédibles.
Sauf que l’irrationnel a une nouvelle fois dicté son agenda avec l’aide, évidemment, de tous ceux qui travaillent à détruire les candidatures des adversaires de leurs hérauts.
Sans oublier, évidemment, l’hostilité du monde des médias dont on a souvent parlé ici.
Surtout son équipe n’avait sans doute pas prévue l’apparition puis l’émergence improbable d’un socialiste de 74 ans, presqu’inconnu du grand public et qui est venu s’agréger avec succès à la vague populiste et démagogique qui s’est abattue sur les Etats-Unis depuis la création en 2009 du mouvement d’extrême-droite Tea Party mais aussi du mouvement d’extrême-gauche Occupy Wall Street de 2011.
Cette vague n’est d’ailleurs pas une exception de l’Amérique mais bien un phénomène plus large qui touche l’ensemble des démocraties républicaines, de l’Espagne à la France, de la Grèce à la Grande Bretagne, de l’Allemagne à l’Italie, en passant par le Portugal, la Pologne ou la Hongrie.
Seule, bizarrement, l’Amérique centrale semble moins touchée, pour l’instant, avec des populations qui viennent de renvoyer lors d’élections les populistes démagogues au Venezuela et en Argentine et, sans doute bientôt au Brésil.
Pour en revenir à Hillary Clinton, elle semble être le réceptacle de toutes les acrimonies et les antipathies des Américains – mais aussi des Européens – vis-à-vis du système politique largement décrédibilisé depuis le début de ce siècle.
Dès lors, elle est accusée de tous les maux, même ceux dont elle n’est pas responsable (ainsi, par exemple, des décisions prises par Obama en matière de politique étrangère lorsqu’elle était sa secrétaire d’Etat et alors même qu’elle n’était pas d’accord avec la président).
Sans aucune preuve – elle n’a jamais été condamnée par un tribunal et aucune enquête journalistique ne l’a jamais démontré – elle est perçue comme une personne malhonnête, à qui l’on ne peut pas faire confiance.
Evidemment, ses adversaires républicains mais aussi démocrates – Bernie Sanders ne s’est pas gêné de laisser propager quelques mensonges à son encontre – ont utilisé cette perception de la population pour tenter de la décrédibiliser.
Et ses maladresses assez nombreuses ainsi que ses réactions souvent peu à la hauteur de l’enjeu, on fait le reste.
D’autant plus qu’elle est la cible constante d’activistes qui tentent de la pousser à la faute et de journalistes qui, comme nombre d’études l’ont montré, sont d’une extrême agressivité avec elle par rapport aux autres candidats, même Trump!
Etonnamment, dans un tel contexte, elle demeure encore la favorite pour gagner la présidentielle.
Car il y a un domaine où elle fait quasiment l’unanimité, c’est sa compétence et son expérience.
Ainsi, les Américains estiment qu’elle est capable de diriger le pays, qu’elle est prête pour la fonction et qu’elle sait où elle va même si cela ne les fait pas rêver comme ils rêvent aux promesses irréalisables d’un Trump et d’un Sanders.
Néanmoins, personne ne peut dire si sa candidature pourra résister au déversement de haine qui se produira si elle est la candidate du Parti démocrate pour l’élection du 8 novembre prochain.
Car si elle explique qu’elle est désormais blindée contre tous les coups tordus parce qu’ayant été la personnalité politique la plus critiquée et la plus insultée, il n’est pas sûr qu’elle parvienne à repousser toutes les vagues d’attaques qui, les unes après les autres, la prendront pour cible et risquent de la couler définitivement.

A noter que du côté républicain, Donald Trump a subi une défaite lourde de sens dans le même Etat du Wisconsin, arrivant en seconde position derrière Ted Cruz (35,12% contre 48,25%, 3 délégués contre 33).
En effet, après une semaine catastrophique pour lui où ses propos très controversés sur l’avortement, sur le soutien à un candidat républicain si ce n’était pas lui le nominé et quelques autres provocations et/ou maladresses du même genre, il a été battu par son rival le plus dangereux à la nomination républicaine.
Mais il serait très aventureux de se réjouir de cette montée en puissance de Cruz qui, au-delà d’être une alternative moins grossière que Trump, est un homme de l’extrême-droite et, qui plus est, psychorigide.

Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC


Présidentielle USA 2016

A lire aussi :



Aucun commentaire: