vendredi 19 août 2016

Présidentielle USA 2016. Trump: l’escroquerie de sa stratégie de la dernière chance

Or donc Donald Trump a changé l’équipe de sa campagne devant les sondages désastreux qui lui prédisent une défaite à plate couture le 8 novembre prochain face à la centriste Hillary Clinton.
Et un «nouveau style» a semblé émerger avec, lors d’un meeting en Caroline du Nord, les excuses surprises du promoteur newyorkais pour les insultes proférées depuis les quatorze mois de sa campagne.
Il a affirmé, en lisant avec attention un texte écrit pour lui sur un téléprompteur, que «parfois, dans l’ardeur des débats et en parlant d’une multitude de problèmes, vous ne choisissez pas les bons mots ou vous dites la mauvaise chose. Je l’ai fait et, croyez-le ou non, je le regrette – et je le regrette vraiment – particulièrement lorsque cela a pu causer de la pein à quelqu’un».
Traduction: tout ceci n’était que débordements dans la fièvre de la campagne, sous-entendu ce ne sera pas la même chose une fois qu’il sera à la Maison blanche.
Mais encore faut-il croire celui qui s’est fait une spécialité dans le populisme de bas étage et la démagogie dangereuse.
Insulter pour ensuite s’excuser et certainement insulter à nouveau avant de s’excuser encore est sans doute la «nouvelle» stratégie de Trump (même s’il l’a déjà expérimenté) car on voit mal comment il pourra tenir pendant les trois derniers moins de la campagne une ligne toute en retenue et policée.
Mais, dans cette démarche de la dernière chance, il espère évidemment avoir tout à gagner.
Vis-à-vis de ses fans, il pense que ce qui restera le jour de l’élection, ce sont les débordements multiples, les insultes, les théories complotistes et les appels à la violence qui ont fait son personnage public depuis des décennies, celui pour lequel ils veulent voter.
Ceux-ci se diront que le candidat républicain a du contrôler son langage uniquement pour attirer un électorat modéré afin de gagner l’élection mais que le «vrai» Trump est celui qui leur a parlé d’une Amérique crépusculaire et qui s’en est pris à tout le monde et au monde entier.
Vis-à-vis des électeurs modérés, voire issus des minorités, il croit que ses excuses seront ce qu’ils retiendront en passant ses propos incendiaires par pertes et profits.
Néanmoins, cette stratégie envers ces derniers est assez bancale.
D’abord, Trump s’était déjà excusé pour des paroles inqualifiables qu’il avait mis sur le dos, déjà, de l’atmosphère électrique de la campagne avant de repartir de plus belle dans les invectives, les mensonges et les insultes.
Ensuite, comme l’a expliqué fort justement un spécialiste, si l’on regarde son visage et que l’on écoute ses propos lors de ce meeting, le ton et les mimiques avec lesquels Trump a fait ses «excuses» montre très clairement qu’il ne croit pas un mot de ce qu’il dit et que ses fans présents dans la salle, non plus.
Enfin, il s’est excusé d’avoir blessé des gens, non d’avoir proféré des mensonges à leur encontre ou de les avoir insultés.
Ainsi, on peut très bien blesser des gens en disant la vérité…
Sans oublier que ses «excuses» ne viennent pas du cœur mais des mathématiques.
Une manière assez grossière, en définitive, d’espérer que sa chute dans les sondages soit enrayée.
C’est pourquoi on peut prétendre sans trop se tromper que c’est une – nouvelle – escroquerie de sa part.
D’autant que les nouvelles nominations dans l’équipe de sa campagne vont plutôt dans le sens de futures attaques nauséabondes que dans un discours plus apaisé.
Son nouveau directeur de campagne n’est autre qu’un trublion d’extrême-droite, Stephen Bannon, qui dirige le média complotiste et très controversé, Breitbart News.
L’équipe de campagne d’Hillary Clinton a eu raison de réagir en expliquant que «Donald Trump a littéralement débuté sa campagne en insultant les gens. Il a continué à le faire depuis les 428 jours qui ont suivi jusqu’à aujourd’hui sans honte ni regret. Nous avons appris ce soir que celui qui lui a écrit son discours pour son téléprompteur sait qu’il a beaucoup de choses pour lesquelles il doit s’excuser. Mais les excuses de ce soir sont simplement une phrase bien tournée jusqu’à ce qu’il nous dise lesquels de ces nombreux commentaires offensants, brutaux et qui sèment la division, il regrette et qu’il change dans le même temps son ton».
Et de rappeler qu’il a affirmé «ne rien regretter du tout» en attaquant la famille du héros militaire américain musulman tué en Irak ou un juge dont la famille était originaire du Mexique parce qu’il était chargé d’une plainte contre ses malversations.
Il a également refusé de s’excuser pour avoir appelé les immigrants d’Amérique du Sud des violeurs et a même demandé des excuses au journaliste qu’il avait moqué parce qu’il était handicapé!
Penser que les Américains goberont cette nouvelle supercherie assez obscène, c’est les prendre pour des crétins.
Espérons pour l’avenir de la démocratie que Trump n’y parviendra pas.

Sondages des sondages au 19 août 2016
Trump ne dépasse pratiquement plus 40%

Clinton
Trump
Ecart
Election projection
47,3%
39,6%
Clinton 7,7
Five Thirty Eight (1)
42,9 %
37,4%
Clinton 5,5
Huffington Post
48,3%
39,6%
Clinton 8,7
New York Times
43,0%
38,0%
Clinton 5,0
Polltracker
42,8%
37,9%
Clinton 4,9
Pure Polling
44,8%
38,9%
Clinton 5,9
Real Clear Politics
47,0%
41,2%
Clinton 5,8
270 to win (1) (2)
44,8%
38,8%
Clinton 6,0
(1) Prend en compte 3 candidatures (+ Gary Johnson – Libertarian party)
(2) Prend en compte un mois de sondage alors que les autres prennent
en compte autour de 15 jours de sondages


Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC



Présidentielle USA 2016

A lire aussi:



Aucun commentaire: