dimanche 5 novembre 2017

Vues du Centre. L’abominable M. Wauquiez? Pas toujours pour messieurs Lagarde et Bayrou!

Par Jean-François Borrou

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.

le tract scélérat de Wauquiez en 2015
Laurent Wauquiez est un politicien assez minable et un opportuniste de la pire espèce.
Comme nous le savons depuis longtemps mais comme vient de nous le rappeler avec à-propos mon confrère Nicolas Domenach dans le magazine Challenges, afin de trouver un siège de député, il a embobiné le brave centriste Jacques Barrot qui lui a cédé le siège que son père lui avait lui-même légué (sic!) en se présentant comme un homme du Centre avec une foi inébranlable avant de répudier tout ce qu’il avait dit et écrit quand il s’est aperçu que pour sa carrière il devait devenir un politicien de la droite radicale…
En vue de devenir président de Les républicains, le voilà aujourd’hui quasiment à la droite de Marine Le Pen.
Ce n’est guère une surprise pur ceux qui ont suivi sa carrière politique.
Bien sûr, il n’est pas le premier à traverser l’échiquier politique et le Centre a déjà trop souvent vu ce genre de tristes sires dans ses rangs.
Mais ce qui est surtout gênant dans cette affaire, c’est la bienveillance dont il a bénéficié pendant longtemps auprès des leaders centristes, même quand il était évident qu’il avait retourné sa veste.
Ainsi, en 2015, afin de devenir président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, il a fait des serments de modération auprès de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, et François Bayrou, président du Mouvement démocrate qui l’ont soutenu alors même qu’ils ne croyaient pas un mot de ce qu’il disait.
Comment ces centristes ont-ils pu jouer le jeu alors qu’ils clament partout qu’ils ne s’allieront jamais avec des personnages de l’extrême-droite et de la droite extrême?
Cette farce bouffonne en plusieurs actes de l’alliance entre les centristes et Laurent Wauquiez pour les régionales en Rhône-Alpes-Auvergne, a connu plusieurs épisodes puisqu’il y avait eu celui la re-droitisation de la campagne de ce dernier qui s’était non seulement rendu à la convocation de la Manif pour tous afin «d’auditionner» mais qui avait tenu des propos que n’auraient pas renié n’importe quel candidat FN notamment dans un tract qui avait fait grand bruit.
Et ceci après l’épisode où il avait juré à ses «amis» de l’UDI et du MoDem qu’il avait changé, qu’il n’était pas aussi à droite que cela, qu’on s’était trompé sur ce qu’il était, qu’il s’était trompé lui-même, blablabla.
Mais quand on est un arriviste opportuniste sans autres réelles convictions que celle d’être un ambitieux sans limite, on ne s’embarrasse pas de ce que l’on a dit la veille ou une heure plus tôt.
Ça, les centristes le savaient.
La seule chose qu’on tente de faire est de rallier le plus de monde à sa cause sans se préoccuper d’une ligne politique claire, surtout en disant à chacun ce qu’il veut entendre.
Ça, les centristes ne pouvaient l’ignorer…
Comme il ne semble pas tenir, depuis son élection à la tête de la région Rhône-Alpes-Auvergne, les engagements pris dans le «contrat» qu’il a passé avec les centristes aux dires de ces derniers.
Laurent Wauquiez est ce qu’il est et personne ne peut être dupe depuis des années.
Donc le réel problème ici n’est pas Wauquiez et ses «mensonges», ce sont les centristes et leur «perte» de mémoire.
De plus, à l’appui de cette alliance lors des régionales, les deux leaders centristes, Lagarde et Bayrou, avaient agité le chiffon rouge du Front national alors même qu’ils faisaient alliance avec un de ceux qui fait tout pour ressembler à un frontiste et dont on ne serait guère surpris qu’il s’allie avec le parti d’extrême-droite.
Tout cela n’est pas anecdotique pour le Centre.
Au-delà du cas Wauquiez qui n’est pas très intéressant en soi, c’est bien la ligne politique de l’UDI et du MoDem qui est en jeu dans cette affaire.
A force de naviguer à vu, à force de ne penser qu’à grappiller des sièges et des strapontins, ils sont prêts à toutes les compromissions.
Il faut espérer que le cas Wauquiez leur servira de leçon et les vaccinera pour longtemps.
On peut rêver!

Jean-François Borrou


Aucun commentaire: