vendredi 9 mars 2018

Vues du Centre. Réforme constitutionnelle: Larcher s’arroge une fausse légitimité démocratique

Par Jean-François Borrou

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.

Emmanuel Macron & Gérard Larcher
Emmanuel Macron avait promis lors de sa campagne électorale, une réforme des institutions avec moins de députés, plus de proportionnelle et un maximum de mandats consécutifs pour un élu, notamment.
Il a été élu démocratiquement sur ce programme.
En outre, après que le pouvoir ait présenté les grandes lignes de la réforme (mais pas encore le texte définitif), les Français, dans les sondages, les ont massivement approuvées.
Or ne voilà-t-il pas que le président du Sénat, Gérard Larcher, veut bloquer cette réforme pour des motifs autant corporatistes que politiciens.
En cela il se bombarde, avec la bénédiction des médias, opposant en chef à Emmanuel Macron.
Mais qu’est-ce qui lui permet d’agir ainsi?
Rien, pas même l’opinion des Français ni même des électeurs de son parti.
Ainsi, dans un dernier sondage Odoxa pour franceinfo et Le Figaro (qui conforte un tout juste plus ancien d’Elabe pour BFMTV), une majorité indiscutable de Français se prononcent en faveur de la réduction du nombre de parlementaires (91% et 94% des sympathisants de droite), de la réduction du nombre de mandats à trois de suite (86% et 89% des sympathisants de droite) et à instiller une dose de 10% à 25% de proportionnelle pour l’élection des députés (68% et 70% des sympathisants de droite).
Il y a même plus de sympathisants de droite que de Français pour vouloir ces réformes!
Et, cerise sur le gâteau, 73% des Français et 77% des sympathisants de droite estiment justifier de passer par le référendum en cas de blocage par le Sénat de monsieur Larcher.
D’ailleurs, 64% des Français et 58% des sympathisants de droite, estiment que ce dernier à tort dans sa volonté de blocage.
Tout cela montre bien le comportement uniquement politicien du président du Sénat et sa seule volonté de s’opposer à Emmanuel Macron pour des buts uniquement partisans.
Sauf qu’il passe totalement à côté de la plaque.
Pour finir, évoquons le pathétique Bruno Retaillau, président du groupe LR au Sénat, jamais en manque de propos stupides.
Il a ainsi estimé que «la proportionnelle, c’est un accord, un engagement électoral entre monsieur Bayrou et monsieur Macron. On n’est pas obligé de payer ces arrangements électoraux».
Sauf qu’une écrasante majorité de Français ne pensent pas comme lui, dont ceux de son propre camp.
D’ailleurs, à ce compte là toutes les promesses de son champion pendant la présidentielle, François Fillon, était un engagement entre Fillon et Fillon…

Jean-François Borrou


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire