dimanche 10 mars 2019

Actualités du Centre. Présidentielle USA 2020: Dans une tribune forte, le centriste Bloomberg explique pourquoi il renonce à se présenter

Michael Bloomberg
Alors qu’il avait décidé de se (ré)affilier au Parti démocrate afin de se présenter à l’élection présidentielle de 2020 – considérant qu’un candidat «independent» n’avait aucune chance de l’emporter –, l’ancien maire de New York, le centriste Michael Bloomberg, vient de jeter l’éponge.
Il explique dans une tribune son choix (à lire ci-dessous).

Celle-ci est particulièrement forte et ressemble à s’y méprendre au programme centriste et progressiste qu’il aurait certainement présenté lors de sa campagne pour l’investiture démocrate.

A noter que Bloomberg a souhaité se présenter à plusieurs présidentielles (en 2007 et 2016) mais a, chaque fois, décidé de ne pas aller jusqu’au bout (en 2007, il estimait qu’il n’y avait pas lieu de se présenter contre Barack Obama et son programme; en 2016, il ne voulait pas enlever des voix à Hillary Clinton face à Donald Trump qu’il estimait être un énorme danger pour les Etats-Unis, ce qui s’est révélé totalement vrai).

Cette fois-ci, il explique son retrait en estimant qu’«Il est essentiel de nommer un démocrate qui sera dans la meilleure position pour vaincre Donald Trump et ramener notre pays ensemble. Nous ne pouvons pas permettre au processus de la primaire d'entraîner le parti à un extrême qui réduirait nos chances lors des élections générales et se traduirait par ‘quatre autres années’».

Il ajoute qu’il ne voulait pas mettre dans sa poche ses convictions centristes et adopter un discours plus à gauche pour gagner l’investiture démocrate (les électeurs participants aux primaires des deux grands partis, démocrate et républicain, sont généralement nettement plus radicalisés que leurs électeurs lors des élections nationales).



Voici la tribune de Michael Bloomberg intitulée «Notre plus haute fonction, ma plus grande obligation»

Je n’ai jamais caché ma conviction que Donald Trump est une menace pour notre pays. A la Convention nationale des démocrates de 2016, j'ai déclaré: «Les New-Yorkais connaissent un problème quand on en voit un.» L'automne dernier, j'ai dépensé plus de 100 millions de dollars pour soutenir les démocrates aux élections de mi-mandat. Les républicains du Congrès avaient échoué – et échouent toujours – à s'acquitter de leur obligation constitutionnelle de demander des comptes au président. Au lieu de cela, ils cèdent à ses pires impulsions et refusent de travailler avec les démocrates sur les problèmes les plus urgents.

Il est essentiel de nommer un démocrate qui sera dans la meilleure position pour vaincre Donald Trump et ramener notre pays ensemble. Nous ne pouvons pas permettre au processus de la primaire d'entraîner le parti à un extrême qui réduirait nos chances lors des élections générales et se traduirait par «quatre autres années».

Beaucoup de gens m'ont exhorté à courir. Certains m'ont dit que pour remporter l'investiture démocrate, je devrais changer d'opinion pour correspondre aux sondages. Mais j’ai entendu cela toute ma carrière politique.

J’ai été candidat à trois reprises et j’ai gagné à chaque fois (ndlr: à la mairie de New York), en grande partie parce que je n’ai jamais pointé mon doigt au vent pour décider de ce que je devrais croire. Ce n’est pas ce que je suis, ni ce que les électeurs veulent d’un dirigeant. Ils veulent quelqu'un qui soit à leur niveau, même quand ils sont en désaccord, et qui est capable de proposer des idées pratiques, raisonnables et ambitieuses - et de résoudre des problèmes et d'obtenir des résultats.

Je sors du monde des affaires. J’ai occupé des postes de direction dans le secteur privé et au gouvernement. Trouver des solutions à des problèmes difficiles est la passion de ma vie. Mes compétences sont de constituer et de diriger des équipes qui élaborent des plans novateurs puis travaillent ensemble pour les mettre en œuvre. Je pense que c'est exactement ce dont notre pays a besoin en tant que président, surtout après quatre années de chaos, de perturbations et de tromperies.

Je sais ce qu'il faut pour mener une campagne gagnante et, chaque jour, lorsque je lis les nouvelles, je suis de plus en plus frustré par l'incompétence du Bureau ovale. Je sais que nous pouvons faire mieux en tant que pays. Et je crois que je battrais Donald Trump aux élections générales. Mais je suis lucide sur la difficulté de remporter l'investiture démocrate avec un plateau aussi encombré.

Un autre facteur a beaucoup pesé dans mon esprit: la probabilité que nos plus grands problèmes nationaux s'aggravent au cours des deux prochaines années. Avec un dirigeant de la Maison-Blanche qui refuse de réunir les partis, il sera presque impossible pour le Congrès de relever les défis majeurs auxquels nous sommes confrontés, notamment le changement climatique, la violence armée, la crise des opioïdes, la faillite des écoles publiques et l'accessibilité financière à l’université. Tous vont probablement s’aggraver et de nombreuses actions exécutives du président ne feront qu’aggraver les choses.

J'aime trop notre pays pour pouvoir rester les bras croisés et espérer le meilleur face à l'aggravation des problèmes nationaux. Mais je reconnais aussi que jusqu'en 2021, et peut-être même plus longtemps, notre seul espoir de progrès réside en dehors de Washington. Et contrairement à la plupart des gens qui y courent ou y pensent, je suis assez chanceux pour être en mesure de consacrer les ressources nécessaires pour rassembler les gens et faire une grande différence.

Depuis que j’ai quitté mes fonctions publiques, j’ai créé et soutenu des initiatives qui incitent les citoyens et les dirigeants de villes, d’Etats, d’entreprises et d’organisations à but non lucratif à agir seuls. Comme moi, la plupart des Américains veulent améliorer leurs communautés et faire avancer les choses. Ensemble, nous avons montré que c’était possible même sans l’aide de Washington.

Je sais que nous pouvons accomplir beaucoup plus au cours des deux prochaines années, mais seulement si nous restons concentrés sur le travail et le développons. Et le fait est: une campagne présidentielle nationale limiterait ma capacité à le faire.

Alors que je pensais à une éventuelle campagne présidentielle, le choix qui m'est présenté est devenu évident. Devrais-je consacrer les deux prochaines années à parler de mes idées et de mes accomplissements, sachant que je ne pourrais jamais gagner la nomination démocrate? Ou devrais-je passer les deux prochaines années à doubler le travail que je dirige et finance déjà, et que je sais pouvoir produire des résultats réels et bénéfiques pour le pays, en ce moment?

Je me suis rendu compte que je suis moins intéressé à parler qu’à agir. Et j’ai conclu que, pour l’instant, la meilleure façon pour moi d’aider notre pays est de me retrousser les manches et de continuer à travailler.

Voici la manière dont je vais procéder. En 2011, à la suite de l'échec de la législation en matière de plafonnement et d'échange au Congrès, j'ai fait équipe avec le Sierra Club pour une campagne intitulée «Beyond Coal» («au-delà du charbon»). En organisant et en mobilisant les communautés touchées par la pollution des centrales électriques au charbon, nous avons aidé à fermer plus de la moitié des centrales du pays – 285 sur 530 – et les avons remplacées par une énergie plus propre et moins chère. C’est la principale raison pour laquelle les États-Unis ont réussi à réduire leur empreinte carbone de 11% -- et à réduire de 13 000 à 3 000 le nombre de décès dus aux centrales au charbon.

Maintenant, je vais accomplir les prochaines grandes étapes. Premièrement, je renforcerai mon soutien à la campagne «Au-delà du charbon» afin que nous puissions retirer toutes les centrales au charbon au cours des 11 prochaines années. Ce n’est pas une chimère. On peut le faire. Et deuxièmement, je lancerai une nouvelle phase encore plus ambitieuse de la campagne – Au-delà du carbone: un effort local pour commencer à libérer les Etats-Unis le plus rapidement possible du pétrole et du gaz vers une économie d’énergie propre à 100%.

«Au-delà du Carbone», il y a la conviction que chaque année est importante, comme l’a expliqué la science. L'idée d'un New Deal vert – suggérée pour la première fois par le chroniqueur Tom Friedman il y a plus de dix ans – n'a aucune chance de passer au Sénat au cours des deux prochaines années. Mais Mère Nature n’attend pas notre calendrier politique et nous ne le pouvons pas non plus.

La même chose s'applique à la violence armée. Le Congrès n'a pas adopté de projet de loi majeur sur la sécurité des armes à feu depuis près de 25 ans. La semaine dernière, la Chambre des démocrates a voté en faveur de l’adoption d’un projet de loi renforçant le système de vérification des antécédents, mais le Sénat républicain est pratiquement assuré de le bloquer. Néanmoins, grâce aux efforts soutenus que nous avons déployés depuis des années pour organiser et mobiliser la base, 20 Etats ont adopté des projets de loi plus stricts en matière de vérification des antécédents ou adopté d'autres lois qui permettent d'éviter que des personnes dangereuses utilisent des armes à feu. Mais 20 États ne suffisent pas, et nous ne pouvons pas nous arrêter maintenant étant donné les risques pour notre pays.

La violence armée et le changement climatique ne sont pas les seuls défis urgents pour lesquels nous devons progresser même si Washington continue à ignorer les solutions éprouvées.

Nous savons comment améliorer les écoles publiques et réduire considérablement l'écart de réussite raciale. Nous l’avons fait à New York en élevant les normes, en renforçant la responsabilisation et en donnant à nos enfants l’éducation dont ils ont besoin pour réussir dans l’économie actuelle fondée sur le savoir et la technologie.

Nous savons comment améliorer l'accès à l'université des étudiants à faible revenu. C'est précisément ce que ma fondation fait en collaborant avec les universités afin d'accroître l'aide financière et le recrutement, et en offrant aux étudiants du secondaire un soutien accru dans le processus de candidature.

Nous savons comment réduire la dépendance aux opioïdes; améliorer la qualité des soins de santé et l'accès à ceux-ci; et réduire le nombre des sans-abris dans nos rues. Nous avons prolongé l’espérance de vie de trois ans à New York et je travaille pour aider d’autres villes à réaliser des progrès similaires.

Nous savons comment renforcer les communautés locales en investissant dans les dirigeants de la société civile et dans le travail novateur qu’ils déploient pour relever les défis de notre pays à partir de la base. C’est au cœur des travaux de ma fondation et c’est là que réside la solution à beaucoup de nos défis les plus difficiles.

Et nous savons que pour protéger notre démocratie, nous devons nous organiser pour protéger le droit de vote de chaque citoyen.

Sur ces questions, entre autres, il est peu probable que Washington prenne des mesures efficaces au cours des deux prochaines années. Le progrès dépend entièrement de nous.

Dans les semaines et les mois à venir, je plongerai encore plus profondément dans le travail pour faire progresser notre pays, à travers des actions et des résultats concrets. Et je continuerai à soutenir les candidats qui peuvent fournir le leadership dont nous avons besoin – en matière de changement climatique, de violence par arme à feu, d'éducation, de santé, de droit de vote et autres questions cruciales – et continuer à tenir le cap pour tenir leurs promesses.

J'espère que ceux qui m'ont poussé à courir et à défendre les valeurs et les principes qui leur sont chers comprendront que ma décision a été guidée par une question: comment puis-je servir au mieux le pays?

Bien qu’il n’y ait pas d’honneur plus grand que d’assumer les fonctions de président, ma plus haute obligation en tant que citoyen est d’aider le pays du mieux que je peux, maintenant.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire