mardi 25 juin 2019

Propos centristes. France – Ambiguïtés de Trump sur l’Europe; nouveau dialogue avec la Russie; transformations indispensables de la France…

Voici une sélection, ce 25 juin 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- La France ne peut pas réussir si Marseille ne réussit pas. (…)Ce qui m’intéresse d’abord, c’est l’avenir de Marseille. C’est la deuxième ville de France et l’État a quelque chose à voir avec cette ville. (...) Ce qui m’importe aussi, c’est que les projets les plus ambitieux pour Marseille sortent. Après, des responsables politiques prendront leurs responsabilités, les partis désigneront des candidats. Ce n’est pas le rôle du président de la République.
- Je ne mélange pas Donald Trump et Steve Bannon. Il est certain qu’il y a des ambiguïtés entre nous, quand on regarde la position de Trump sur le Brexit, et le fait qu’il promeuve un Brexit dur. Je pense qu’il doit clarifier sa position vis-à-vis de l’Europe.- Il y a un certain nombre d'ambiguïtés.
- Ce qui est nouveau à l’échelle européenne, c’est que la montée de l’extrémisme, notamment de l’extrême droite, est partout. Il y a quelques mois, beaucoup de gens pensaient qu’une nouvelle coalition d’extrême droite pourrait avoir une majorité au Parlement européen, ou au moins bloquer n’importe quelle majorité. Ce n’est pas arrivé. C’est pour moi l’un des aspects positifs de cette élection, même si ces extrêmes ont été aidés par des influences étrangères.
- Il faut voir ce que nous avons vécu : pour la première fois, nous avions un mouvement social avec un très haut degré de violence. Quelque chose d’unique. J’ai décidé de ne pas décréter de situation particulière, ni d’interdire ces manifestations. J’ai fait cela car je ne voulais pas réduire le niveau de liberté dans ce pays. Je pense que ça aurait été une erreur. Mais penser que nous avions affaire à de simples citoyens en train de manifester, c’est du «bullshit».
- Ce qui est très compliqué à gérer, c’est que beaucoup de personnes en ont assez de la violence des manifestants, qui pourrait être synonyme d’une sorte de laxisme de l’État. Et en même temps, d’autres sont en colère face à tous ces blessés, qui sont synonyme d’autoritarisme.
- Nous avons une presse libre, la liberté de se déplacer, la liberté des réseaux sociaux. Tout peut être dit. Mais aller dans un endroit où il était interdit de manifester est complètement fou. Le bon sens est bienvenu, surtout en cette période difficile ! Je lui souhaite le meilleur ! Mais cette vieille dame n’allait pas faire des courses. Elle manifestait avec des activistes, face à des policiers, au pire moment de la crise.
- Je pense que si les dirigeants ne s’exposent pas eux-mêmes, décident de ne pas s’impliquer et de ne pas aller sur le terrain, alors ils laissent la place aux extrêmes. Je n’avais pas d’autre choix – c’est ma conviction – que d’aller en première ligne et d’essayer de répondre à ce qu’il se passait.
- L’humain n’était pas suffisamment au cœur du projet que nous voulons mener. Pour moi, c’était une approche et un mouvement progressif, mais c’était probablement trop abstrait.
- Si je ne suis pas efficace avec les classes moyennes, les gens se débarrasseront de moi. C’est la démocratie.
- Les transformations indispensables à faire dans notre pays ne doivent pas être arrêtées. (…) Les orientations prises durant ces deux premières années à bien des égards ont été justes.

● Gouvernement
Edouard Philippe (Premier ministre)
- Le président de la République souhaite ouvrir un nouvel espace de dialogue politique avec la Russie. C’était l’objet de mon invitation à Dmitri Medvedev, Premier ministre russe.
- On entend parfois en France l’idée selon laquelle la France et la Russie ne se parleraient pas. La vérité, c’est que les deux présidents se parlent très régulièrement. C’est un dialogue ferme, exigeant, mais qui permet de faire avancer les choses.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
- Nous allons définitivement et intégralement supprimer la taxe d’habitation sur la résidence principale. Dès 2020, 80% des Français cesseront de la payer. En 2023, 24,4 millions de foyers bénéficieront de la suppression complète pour un gain moyen de 723€ par foyer et par an.

Marc Fesneau (ministre des Relations avec le Parlement)
- La philosophie des municipales est en phase avec celle qui a présidé à l’élection d’Emmanuel Macron: c’est une philosophie du dépassement. C’est bien de voir des gens se rassembler au-delà des étiquettes, des clivages classiques, au regard du bilan du maire sortant.
- Au sein des groupes, on porte parfois, en conscience, un regard différent sur la PMA. Il n’y a pas de risque de division quand chacun respecte l’opinion de l’autre. Les questions éthiques ne sont ni de droite, ni de gauche. Elles parlent à l’intime de chacun.
- Je respecte les institutions par nature, tout autant que je respecte le président Gérard Larcher. Ce n’est pas, en soi, un écueil d’avoir en face de nous des gens qui pensent différemment. C’est cela, aussi, l’intérêt de la démocratie.
- Les Français ont tranché par leur vote lors des élections européennes et ont sanctionné les attitudes parfois excessives. Aujourd’hui, c’est bien légitime que Jean-Luc Mélenchon veuille reprendre la main sur son parti, et c’est cela, la vie démocratique et la vie politique.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’égalité hommes femmes)
- Avec Christophe Castaner, échanges avec les professionnels sur la prise en charge de victimes de violences sexistes et sexuelles. Le ministère de l’Intérieur a lancé le recrutement de 73 psychologues. Notre plateforme et le 3919 visent à mieux accompagner les plaintes.
- L’égalité femmes-hommes dans la vie professionnelle, ça ne peut pas concerner seulement les femmes à la direction des entreprises. C’est aussi améliorer les conditions de travail des plus précaires d’entre nous.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
Climat : il y a une prise de conscience en Europe. Les Européens souffrent de canicules, de sécheresses, de pollution de l'air. En septembre nous étions 4 pays européens à vouloir une voix forte sur le climat, aujourd'hui 24. La mobilisation avance !

Emmanuelle Wargon (secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire
La Guadeloupe est un territoire pionnier en matière d’énergies renouvelables, un exemple à suivre ! Message depuis le premier parc éolien à avoir été construit en France, à La Désirade.

● LaREM
Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Depuis 2 ans, nous agissons pour l’égalité femmes-hommes, grande cause du quinquennat. L’index de l’égalité femmes-hommes permet d’évaluer les différences de rémunération dans chaque entreprise pour une égalité salariale réelle ! En cas d'écart, l'entreprise a 3 ans pour agir.

Aurore Bergé (porte-parole)
Aucune piscine de France n'interdit qu'une femme s'y baigne en raison de ses convictions religieuses. Les femmes y sont partout les bienvenues. Et elles doivent respecter les mêmes règles de vie en société, les mêmes règles sanitaires. C'est assez simple en fait.

●UDI
Jean-Christophe Lagarde (président)
La réélection du Maire d’Istanbul par un écart de voix 61 fois plus grand qu’il y a 3 mois (après une annulation douteuse) est un espoir d’amélioration démocratique en Turquie. Espérons que monsieur Erdogan ne martyrisera pas les kurdes pour se refaire une santé!

● Autres
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)
Sans recherche de la légitimité multilatérale, sans consultation de ses «alliés», Donald Trump semble donc prêt à passer à l‘acte: du Tweet à la guerre! Une résistance doit lui être opposée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire