jeudi 26 septembre 2019

Propos centristes. Réactions au décès de Jacques Chirac

Jacques Chirac (1932-2019)

Voici une sélection de réactions de personnalités centristes au décès de l’ancien président de la république, Jacques Chirac, survenu ce 26 septembre 2019.

● Gouvernement
Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
Dans le plus petit de nos hameaux, comme au cœur de sa capitale, Jacques Chirac était chez lui et voyait la France en grand. 
Sans jamais transiger avec les valeurs de notre Nation, il
tissa un lien unique avec ses compatriotes et ce pays qu’il aimait autant qu’il
les aimait.


Marc Fesneau (ministre des Relations avec le Parlement)
Le corrézien à jamais lié à sa terre d’élection. Le Président du non à la guerre en Irak. Le défenseur des valeurs de la République. Le précurseur sur le climat. L’homme d’Etat au lien si charnel avec les Français. Pour moi, comme pour beaucoup, Jacques Chirac c’était cela.

● LaREM
Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
Jacques Chirac fait désormais partie de l’Histoire de France. Le peuple français perd un inlassable républicain, visionnaire, attentif aux grands débats de son temps. Je ne peux oublier son ultime message adressé aux Français : ne jamais composer avec l'extrémisme ou le racisme.

Stanislas Guerini (délégué général)
Jacques Chirac s'en est allé. Son attachement à la réconciliation des Français, au dialogue entre les civilisations, son engagement pour la paix, en ont fait un grand homme d'État de notre Histoire. Il avait la France et les Français au cœur. Pensées pour ses proches.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Hommage des députés LaREM à Jacques Chirac, président qui avait la France au cœur et dans les tripes. Homme de terroir, homme du peuple doué d’un grand sens de l’État, il a toujours voulu défendre les intérêts supérieurs du pays dont il s’était fait une si belle et haute idée

●MoDem
François Bayrou (président)
[Jacques Chirac] a toujours choisi autant que possible l’unité du pays. Il a choisi de maintenir les valeurs républicaines comme lien entre les Français.

Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Le groupe MoDem s’incline devant une des figures marquantes de la V° République. Il avait su incarner la France. Il restera dans l’Histoire comme celui qui a refusé la guerre en Irak et celui qui, le premier, avait attiré l’attention sur notre Maison qui brûle.

●UDI
Jean-Christophe Lagarde (président)
Nous rendons hommage à un grand Français qui a toujours choisi l’humanisme, combattu les extrêmes et au Président qui a dit non à Bush et sa folle guerre en Irak.

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
Jacques Chirac aimait la France et les Français. Membre de son gouvernement, je partageais la même vision d'une France républicaine, laïque, décentralisatrice et éprise de justice sociale.

● Autres
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre de Jacques Chirac)
Très peiné par la disparition du Président Chirac. Pendant 3 ans à Matignon j'avais construit avec lui une relation de confiance et d'affection. Il m'a beaucoup donné, son attachement à la cohésion sociale, son goût de la Chine...Ma gratitude est immense.

Jean-Louis Borloo (ancien président de l’UDI & ancien ministre de Jacques Chirac)
- Le Président Chirac a tiré sa révérence. Si chaque français est ému et triste aujourd'hui, c'est pour l'homme chaleureux humain et visionnaire. Au-delà des grands moments, «La Maison brûle et nous regardons ailleurs» prononcé à Johannesburg sur le climat, le refus de la guerre en Irak symbolisé par le discours de Dominique de Villepin son Ministre des affaires étrangères à l’ONU, je veux témoigner que c'est lui qui m'avait fixé comme feuille de route le grand plan de rénovation urbaine de nos banlieues, la politique de nos quartiers et des territoires ruraux et d'outre-mer abandonnés, et le plan de cohésion sociale. Je suis fier de l'avoir servi cinq ans. Fier du Président qu’il fut. Fier de l’image qu’il donnait de la France.
- Il connaissait au plus profond la culture chinoise dans son incroyable diversité, il était amoureux du Sumo et des arts japonais. Personne ne connaissait aussi bien le proche, le moyen et l'Extrême-Orient, et quel européen connaissait et aimait comme lui l'Afrique les africains des déserts, ceux des bassins forestiers du centre, comme du littoral les tribus et les familles ? C'est cette connaissance si intime des autres qui expliquent sa vision. Johannesburg et la maison brûle, le discours de l'ONU prononcé par Dominique de Villepin le plan de cohésion sociale, la rénovation urbaine de nos quartiers, le plus grand chantier civil de notre histoire, la lutte contre les faux médicaments c'est le même Jacques Chirac.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire