samedi 31 juillet 2010

Une semaine en Centrisme. La rentrée de septembre, nouvelle étape dans la refondation du Centre?


Ces derniers mois, l’espace centriste a été bien encombré. Par les centristes, eux-mêmes, mais aussi par les opportunistes qui, tel Dominique de Villepin, souhaiteraient le phagocyter à leur profit. Laissons de côté cette deuxième catégorie en prévenant tout de même les centristes, les vrais, que l’opportunisme a souvent réussi à semer le trouble dans leurs rangs et dans celui des électeurs qui leur font confiance. Mais revenons aux efforts affichés par les centristes pour refonder leur famille dispersée.

Les déclarations en ce sens se sont multipliées du Mouvement démocrate au Nouveau Centre en passant par le Parti radical et, bien entendu, l’Alliance centriste. Le président de cette dernière, Jean Arthuis, a ainsi été le premier à joindre les actes aux paroles avec les Assises de la refondation du Centre qui se sont tenus en juin dernier. Et il continue dans ce sens avec la mise en route, en septembre, de l’Institut du Centre dont le but sera de mettre en œuvre une réflexion consensuelle sur le Centre et les politiques centristes afin de préparer un programme commun pour les différentes formations se réclamant du Centre et qui pourrait servir également de plateforme à un candidat unique du Centre lors des élections présidentielles de 2012.

D’autres initiatives devraient avoir lieu à la rentrée avec la mise en place d’un autre centre de réflexion par le Nouveau Centre et des réunions de discussion et de travail entre les partis centristes. Cela suffira-t-il à rapprocher les différents membres de la famille? Il est trop tôt pour l’affirmer mais même si toute cette agitation n’est pas exempte d’arrière-pensées politiciennes, il convient de ne pas oublier le fondamental.

Car la refondation du Centre est une obligation pour la famille centriste si elle veut peser d’un poids suffisant dans les prochaines élections et donc sur la scène politique française.

Surtout, cette refondation est une urgente exigence afin que la France puisse enfin avoir une véritable alternative aux politiques de la Droite et de la Gauche. Une offre humaniste, où la liberté et la solidarité, dans le respect et la tolérance sont les fondations, qui permette de remettre la France sur les bons rails en matière économique et sociale.

Mais aussi en matière sociétale au moment où les tentations sont grandes d’accuser l’autre de tous les maux. Il faut raffermir notre lien social en proposant un pacte social englobant l’ensemble des Français sans stigmatiser des catégories sociales ou des catégories culturelles tout en rappelant à tous ceux qui, à l’opposé, veulent jouer une partition communautariste que la démocratie républicaine c’est bien l’égalité dans la différence mais aussi la liberté dans la ressemblance.

La tâche qui s’annonce sera difficile mais exaltante. Il s’agit, pour les centristes, de se remettre au travail ensemble en sublimant leurs divisions par le but à atteindre: redonner espoir aux Français, redonner un avenir à la France.

Alexandre Vatimbella

Directeur du CREC

Aucun commentaire: