mardi 29 mars 2011

Actualités du Centre – Selon le politologue Stéphane Rozès, c’est le Centre qui détient désormais la clé de la présidentielle


Dans une interview au quotidien régional Le Progrès, Stéphane Rozès, politologue et président de Conseils analyses et perspectives estime que Nicolas Sarkozy a perdu l’électorat centriste et divers droite ainsi que l’électorat populaire. Il affirme que les centristes sont en position de force aux présidentielles pour faire ou non chuter Nicolas Sarkozy après que celui-ci ait choisi des thèmes proches de l’extrême-droite pour déstabiliser la Gauche. Extraits.
Qu’est-ce qui a changé par rapport à 2007?
Nicolas Sarkozy avait récupéré l’électorat du FN en 2007 non pas sur la sécurité ou l’immigration mais sur les thèmes du travail, du mérite et du pouvoir d’achat en donnant une place à chacun au sein de la nation. La stratégie était de récupérer les voix du FN en tenant un discours positif sur la nation et de faire le jeu du FN en allant pointer l’autre comme celui dont on veut se distinguer.
L’UMP peut-elle reconquérir son électorat?
Les résultats questionnent la stratégie de l’UMP. La seule question est de savoir si il y aura un candidat centriste à la présidentielle. Ce sont les centristes qui ont la clé : c’est en fonction de cela que Nicolas Sarkozy pourra changer de stratégie. Peut-être est-ce trop tard dans la mesure où l’orientation actuelle ne valait pas tant pour les cantonales que pour la présidentielle. L’analyse de Nicolas Sarkozy était que la Gauche, qui n’était claire sur la question de la république et de la laïcité, chute sur ces thèmes identitaires. Donc soit Nicolas Sarkozy maintient son cap car il parie que le candidat soutenu par le PS va chuter sur ces questions. Soit il se recentre.

Aucun commentaire: