samedi 23 décembre 2017

Actualités du Centre. Allemagne – sondages: de nouvelles législatives donneraient le même résultat

Angela Merkel (CDU) & Martin Schulz (SPD)
Trois mois après les élections législatives allemandes du 24 septembre qui ont amené à un blocage politique, les sondages réalisés indiquent que les résultats seraient à peu près identiques alors même qu’un gouvernement de coalition entre la CDU-CSU (droite et centre-droit) et le SDP (social-démocratie) qui semble la solution la plus probable pour ne pas provoquer un nouveau scrutin hasardeux, n’est pas encore mis sur pied puisque le 15 décembre dernier, le SPD, d’abord hostile à cette possibilité, a accepté d’ouvrir des négociations avec la CDU-CSU en janvier prochain (avec consultation des militants du parti social-démocrate, le 14 janvier).
Certains au SPD mais aussi à la CDU-CSU évoquent également la possibilité d’un gouvernement CDU-CSU minoritaire qui serait «toléré» par le SPD.
Toujours est-il qu’un nouveau gouvernement ne devrait pas voir le jour avant…mars prochain!
Selon ses sondages la CDU-CSU obtiendrait entre 32% et 34% des intentions de vote (33% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 32,9% des voix le 24 septembre.
Le SPD obtiendrait entre 20% et 23% des intentions de vote (20,5% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 20,5% des voix le 24 septembre.
La formation d’extrême-droite AfD obtiendrait entre 11% et 13% des intentions de vote (13% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 12,6% des voix le 24 septembre.
Les Verts obtiendraient entre 9,5% et 12% des intentions de vote (9,5% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 8,9% des voix le 24 septembre.
Le FDP (droite libérale) obtiendrait entre 8% et 10,5% des intentions de vote (10,5% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 10,7% des voix le 24 septembre.
Die Linke (gauche radicale) obtiendrait entre 9% et 10% des intentions de vote (10% dans le sondage le plus récent, celui d’INSA datant du 23 décembre) contre 9,2% des voix le 24 septembre.
Les petites formations obtiendraient entre 3,5% et 6% des intentions de vote contre 5% des voix le 24 septembre.
Ces résultats montrent tout l’inintérêt de provoquer de nouvelles élections qui aboutiraient exactement à la même situation politique où aucun parti n’aurait la majorité pour gouverner et, à l’opposé, toute l’utilité de trouver un terrain d’entente entre la CDU-CSU et le SPD alors que le parti libéral du FDP a joué dans les négociations la politique du pire, démontrant que ces racines centristes étaient devenues fort minces au profit d’un néolibéralisme teinté de nationalisme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire