dimanche 24 décembre 2017

L’année du Centrisme en France - Edition 2017. Le Centrisme gouverne

L’année 2017 a été particulièrement riche pour les centristes qui ont connu sinon un véritable miracle tout au moins un formidable renouveau si l’on reprend leur situation voici juste un an.
Souvenons-nous.
A cette époque, en décembre 2016, Emmanuel Macron, social-libéral progressiste proche du Centre (c’était son image alors) mais revendiquant son passé de gauche, était en troisième position dans les sondages pour la présidentielle derrière Alain Juppé et Marine Le Pen mais devant un François Bayrou qui ne décollait pas et face à une UDI qui avait fait la choix de ne pas en faire avec la majorité de ses membres qui soutenait Juppé, le maire de Bordeaux semblant être l’évident prochain président de la république, un homme de droite assumé, certes, néanmoins centro-compatible sur moult sujets, ce qui pouvait consoler les centristes de leur faiblesse.
L’après-présidentielle et législatives s’annonçait morose avec quelques députés En marche! (et encore, si Macron ne faisait pas un flop) voire quelques MoDem et un groupe un peu renforcé à l’UDI.
Rien de très extraordinaire pour les centristes et leurs partis.
Et puis tout s’est emballé.
Juppé s’est effondré lors de la primaire LR et c’est François Fillon qui l’a emporté grâce à sa radicalisation à droite toute.
Mais alors qu’il était en tête des sondages, il s’est retrouvé dans une affaire d’emplois fictifs envers sa famille et de cadeaux somptueux reçus, démontrant son évidente cupidité aux yeux de ses électeurs (pas de ses proches qui connaissaient de longue date son goût pour le luxe).
Macron a, en contrepartie de la chute de Fillon, commencé à monter inexorablement dans les sondages et a été rejoint dans son combat «ni droite, ni gauche» et «et de droite, et de gauche» par François Bayrou.
Celui venait enfin de comprendre qu’il n’avait aucune chance d’emporter la présidentielle malgré un moment centriste qui devenait évident et qu’il pourrait être, en s’obstinant dans une démarche de critiques virulentes envers Macron, celui qui empêcherait un centro-compatible voire un centristes tout court d’accéder à l’Elysée par simple jalousie et contrariété pour son ambition strictement personnelle.
De quoi détruire définitivement sa carrière politique.
Si l’on exagère souvent «l’effet Bayrou» sur la candidature d’Emmanuel Macron en termes d’intentions de vote dans les sondages, celui-ci exista néanmoins et fut certainement un boost dans les rangs du Centre et de la droite modérée en termes d’image pour le candidat d’En marche!.
Le reste est de l’Histoire puisque Macron dépassa Le Pen et Fillon, s’installa en tête des sondages pour ne plus la quitter et, in fine, gagna la présidentielle et les législatives sur un programme très centriste.

Macron à l’Elysée
C’est évidemment l’événement principal de l’année 2017 pour le Centre en France.
L’installation d’un centriste à l’Elysée est réellement une première sous la V° République car, malgré les dires de certains médias, Emmanuel Macron n’est pas sur la même ligne politique qu’un Valéry Giscard d’Estaing en 1974, ni même un clone de ce dernier.
Car si Giscard était un centro-compatible et qu’il a réuni la quasi-totalité des centristes derrière lui dans l’UDF, on doit néanmoins préciser, et son parcours après sa défaite à la présidentielle de 1981 face à François Mitterrand le démontre sans consteste, qu’il était avant tout un homme de la droite libérale.
Ses volontés de réforme et de gouverner au centre en voulant rassembler deux Français sur trois, faisait de lui certainement un homme proche sur nombre de points du Centre mais qui jamais n’a partagé les valeurs centristes.
Toujours est-il que, pour en revenir à Emmanuel Macron, sa défense de la démocratie républicaine, son progressisme, sa vision d’un juste équilibre, sont des points essentiels du Centrisme.
Cela en fait, incontestablement Le Centriste de l’année 2017 (voir l’article ici).
Libre à lui de ne pas se définir comme centriste et de vouloir se situer ailleurs mais l’analyse et l’étude de ses dires et, surtout, de ses actes permettent, en dehors de toute volonté de récupération ou de biais partisan, d’affirmer son appartenance à ce Centrisme moderne du XXI° siècle tel un Barack Obama pendant les huit ans de sa présidence aux Etats-Unis.

Lire aussi:


L’axe central, une réalité
Une des nouvelles les plus importantes de l’année est la traduction dans la réalité de l’axe central qui n’était alors qu’une promesse d’un futur plus ou moins proche.
Rappelons que l’axe central s’est formé naturellement en réponse à la montée des extrémismes de droite et de gauche ainsi que des populismes démagogiques dans les pays démocratiques ainsi que par les menaces extérieures avec la présence d’autocrates voire de dictateurs dans de nombreux pays dont la Russie et la Chine.
Cet axe central réunit tous les défenseurs d’une démocratie républicaine libérale (et pro-Union européenne en Europe) qui sont des humanistes progressistes et réformistes, c’est-à-dire regroupant dans un espace central, souvent majoritaire, les courants de droite et de gauche libérales et réformistes ainsi que le Centre.
En France, ce courant était composé début 2017 de la droite libérale de LR, de la gauche social-libérale et réformiste du PS, de toutes les formations du Centre (UDI, MoDem, Alliance centriste, PRG, etc.) ainsi que de certains mouvements écologiques.
Au niveau des personnalités, on pouvait y inclure, entre autres, Emmanuel Macron, Alain Juppé, François Bayrou, Jean-Louis Borloo, Manuel Valls, Jean-Christophe Lagarde, François de Rugy.
Si, en cette fin de 2017, tous ces courants travaillent plus ou moins ensemble, tous ces gens ne sont pas forcément alliés (encore qu’il ne manque que Juppé pour que cela soit le cas et que le premier ministre de Macon, Edouard Philippe est un juppéiste).
Mais, comme la proposition d’Alain Juppé de créer pour les prochaines élections européennes un mouvement central en est la preuve éclatante, l’axe central existe dans les faits.
Et il est autant une conséquence qu’une cause de la recomposition politique qui est en cours et que, contrairement à ce que l’on dit, l’élection d’Emmanuel Macron en a été plus le révélateur que l’origine unique.
Reste que tout le talent et le génie d’un Macron a été de faire vivre concrètement cet axe central et d’emballer l’Histoire.

Lire aussi:


LREM majoritaire à l’Assemblée nationale
La première prouesse d’Emmanuel Macron fut de se faire élire à l’Elysée.
La deuxième fut de permettre à son mouvement politique, En marche! devenu La république en marche (LREM), de gagner, non seulement, les élections législatives mais d’avoir la majorité absolue à l’Assemblée nationale avec plus de 310 députés dont la plupart étaient des inconnus et n’avaient aucune expérience politique.
D’un certain côté, la victoire de LREM est encore plus étonnante que celle de Macron.
Sauf à dire, comme le prétendait François Bayrou pendant des années lorsqu’on lui demandait avec qui il gouvernerait s’il remportait la présidentielle – vu que le MoDem n’avait même pas un nombre de députés égal à ceux des doigts d’une main – que la dynamique créée par une telle victoire lui donnerait une majorité à l’Assemblée nationale, les électeurs ne pouvant choisir un président sans lui donner ensuite les moyens de gouverner.
Cette thèse dont beaucoup se sont moqués s’est avérée, en l’espèce, vraie…
Evidemment, LREM n’est pas que centriste mais est essentiellement centriste.
Et les votes à l’Assemblée nationale sont là pour le prouver ainsi que ses prises de position politiques.

Lire aussi:


MoDem, la résurrection
Personne n’aurait parié un kopeck sur un François Bayrou, garde des Sceaux et ministre d’Etat, numéro trois du gouvernement, et d’un groupe MoDem à l’Assemblée nationale avec plus de quarante députés.
Cela semblait plus improbable encore que de gagner au loto!
Et bien, tout autant les circonstances que l’intelligence de Bayrou ont permis que ce miracle – et c’en est un! – se produise.
Comme nous l’avons vu plus haut, le ralliement du président du MoDem au candidat d’En marche! que le premier nommé baptisa «alliance», le permit.
Quel que soit les raisons pour lesquelles ces deux hommes ont choisi de faire un accord politique (car celui-ci a bien existé, il suffit de voir comment le Mouvement démocrate fut bien traité pour les législatives), celui-ci a sans doute donné un surcroît de crédibilité à Macron et à Bayrou un poids politique qu’il n’avait jamais eu auparavant – même après ses 18,57% à la présidentielle de 2007.
S’il est trop tôt pour savoir quel sera l’avenir de Bayrou et du MoDem, 2017 restera comme une année refondatrice pour l’homme et son parti.

Lire aussi:


L’UDI en bout de course
Quoi qu’en dise Jean-Christophe Lagarde, l’UDI, c’est fini.
Car l’idée même de créer une confédération de centre-droit et de droite libérale sur le modèle de l’UDF de 1978, portée par Jean-Louis Borloo en 2012, est morte et enterrée.
Aujourd’hui, si l’UDI existe encore de nom après les départs de l’Alliance centriste, du Parti radical et de Les centristes d’Hervé Morin, ce n’est plus une confédération mais seulement l’autre nom de la FED (Force européenne démocrate), le parti fondé par Lagarde en 2012.
Surtout, l’UDI aura été un échec complet si l’on se rappelle quels étaient ses buts: s’affranchir de l’UMP (puis de LR), réunir tous les centristes et tous les droitistes libéraux pour en faire, à terme, une formation centrale capable d’être le poids lourd du paysage politique français.
Au lieu de cela, la confédération est vite devenue une arène où les petits chefaillons se battaient pour un bout de pouvoir et un simple cartel électoral.
Quand Jean-Louis Borloo s’en rendit compte, il envoya à ses troupes un ultimatum dans lequel il leur demandait de la décence et de la discipline.
Et, lorsqu’il s’aperçut que rien ne changerait, il démissionna, laissant face à face, les deux ennemis jurés, Lagarde et Morin.
Dès ce moment et devant l’incompétence du nouveau président du parti, Lagarde, on savait que l’UDI était constamment en sursis.
L’élection de Macron, l’absence de candidat UDI à la présidentielle, le soutien tout azimut et sans ligne politique aux candidats LR, le fourvoiement d’une alliance avec François Fillon, le renouveau du MoDem, tout cela a joué dans la déliquescence de la confédération.
Celle-ci doit tenir son congrès en mars prochain… si elle existe encore.
Pour autant, même si elle ne se saborde pas avant ou après cet événement, qui s’intéresse encore à son avenir et à ce qu’elle dit?
Et ça, c’est sûrement le plus inquiétant pour ceux qui y sont encore.

Lire aussi:


Les radicaux réunifiés
Après quarante-cinq ans de brouille (suite à la signature du Programme commun de la gauche) et de plusieurs tentatives de réconciliation avortées, les radicaux se sont enfin réunifiés le 9 décembre dernier.
Le Mouvement radical social-libéral (nom choisi par le Parti radical valoisien et le Parti radical de gauche) est donc né.
Mais il n’est encore rien puisqu’il faut maintenant le structurer et lui donner une identité politique qui ne peut pas être seulement celle d’être «le plus vieux parti de France» ou le défenseur intransigeant de la laïcité.
Or, si Laurent Hénart (président du Parti radical) et Sylvia Pinel (président du parti radical du gauche) ont minimisé les points de désaccords, ceux-ci existent comme la position sur l’Impôt sur la fortune.
De même que les oppositions internes.
Certains militants et élus des deux partis ont d’ores et déjà claqué la porte pour s’en aller créer d’autres structures ou s’affilier à d’autres partis.
Si cette dissidence est, pour l’instant, marginale, il faudra voir ce qu’il en sera alors que le processus d’intégration dans le Mouvement radical évoluera dans les mois à venir.
Toujours est-il que le but de cette nouvelle formation politique est de devenir une force centrale d’importance, voire de première importance.

Lire aussi:


La disparition de Simone Veil
Elle était la personnalité politique préférée des Français et une des personnalités, tout court, la plus populaire auprès de ses concitoyens.
Simone Veil a disparu le 30 juin 2017 juste après qu’Emmanuel Macron se soit installé à l’Elysée.
Même si elle n’avait pas pris position en sa faveur, elle aurait sans doute été séduite par ses premiers mois à la tête de la France.
Mais elle était surtout une femme qui a montré que le Centre était affaire de conviction, de valeurs et de dignité.
Ce qui n’était pas une mince réussite quand on voit les comportements minables et pathétiques de certains politiciens se réclamant de ce même Centre…
Bien sûr, elle restera dans la mémoire collective pour son combat en faveur de l’IVG (Interruption volontaire de grossesse) qui faisait partie d’un combat plus large en faveur des femmes ainsi que pour sa force de caractère, elle qui fut déportée par les nazis à Auschwitz à l’âge de 16 ans.

Lire aussi:


Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC


A lire aussi
Bientôt
- L’année du Centrisme dans le monde - Edition 2017.
- Le Centrisme en France en 2018.
- Le Centrisme en dans le monde en 2018.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire