vendredi 28 septembre 2018

Actualités du Centre. «Réveillons l’Europe!», la tribune de sept leaders politiques centristes européens

Christophe Castaner (délégué général de LREM, France), Guy Verhofstadt (ex-Premier ministre, Belgique), Matteo Renzi (sénateur, ancien président du Conseil, Italie), Albert Rivera (président de Ciudadanos, Espagne), Joseph Muscat président du Parti travailliste et Premier ministre, Malte), Alexander Pechtold (chef politique des Démocrates 66, Pays-Bas), Dacian Ciolos(ancien commissaire européen, président du mouvement Roumanie ensemble, ex-Premier ministre, Roumanie), tels sont les cosignataires prestigieux et emblématiques d’une tribune intitulée «Réveillons l’Europe!» qui vient d’être publiée dans plusieurs journaux européens.
Au-delà du texte (le lire ci-dessous), c’est bien la signature de ces différentes personnalités qui est importante.
Voilà réunis, à quelques mois des élections au Parlement européen de mai 2019, sept leaders centristes dans une démarche qui pourrait devenir bientôt ce fameux rassemblement des progressistes voulu et souhaité pour ce scrutin par Emmanuel Macron pour faire face aux populistes nationalistes anti-européens et que Guy Verhofstadt, responsable de l’ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe) qui regroupe l’ensemble des partis centristes européens (dont l’UDI, le MoDem et le Mouvement radical) a appelé de ses vœux récemment en répondant favorablement à la proposition du président français.
Quoi qu’il en soit, ce texte est une première victoire pour Emmanuel Macron dans son combat pour une Union européenne approfondie et plus forte.

Texte de la tribune:
En 1918, l’Europe sortait exsangue d’une guerre qui avait saigné ses peuples et ne réglait rien des tensions qui la minaient. En 1939, un nouveau conflit éclatait sur fond de crise et de montée des fascismes. Il fallut des décennies d’efforts et de compromis pour qu’une nouvelle génération puisse enfin proposer aux Européens ce que les dirigeants somnambules de deux guerres leur avaient refusé: une Europe de paix, de prospérité et de liberté.
Un siècle plus tard, alors que notre continent fait de nouveau face à la division et à l’immobilisme, nous refusons d’être une génération endormie. Il faut agir maintenant, ou le projet européen s’essoufflera. Pire: il pourrait être asphyxié par des dirigeants populistes pour qui l’Union est une anomalie de l’Histoire qu’il convient de déconstruire.
A huit mois d’élections qui permettront aux citoyens de 27 pays de choisir l’Europe qu’ils veulent, nous lançons donc un appel: nous proposons de refonder l’Europe pour enfin répondre aux attentes des citoyens et renouer avec la promesse européenne.
L’Europe actuelle paraît trop souvent dépassée par les défis auxquels elle fait face, qu’ils soient écologiques, économiques ou migratoires. Elle est dépassée par les attentes des citoyens qui exigent moins de normes et plus d’action. Elle est dépassée par des engagements qu’elle ne peut plus tenir faute de vision commune et d’un fonctionnement performant.
La promesse européenne n’est pourtant pas perdue: elle sommeille. Les avancées récentes en matière de travail détaché et de défense montrent que l’Europe progresse quand la volonté politique rallie les Européens autour d’un projet clair et ambitieux. Sur la taxation numérique nous sommes au début du processus mais nous savons qu’une solution européenne est la seule possible. Le discours de la Sorbonne du président Macron, prononcé il y a un an, va dans ce sens: il nous appartient maintenant d’en faire une réalité de tous les jours.
Il ne s’agit pas seulement de dépasser pour de bon les clivages qui animent la politique européenne depuis quarante ans et qui ont mené à l’impasse actuelle – ou de rappeler avec force que tous les Orbán, les Le Pen, les Salvini d’Europe ne savent rien faire d’autre qu’incriminer l’Union de tous les maux sans rien proposer de constructif, sans même se mettre d’accord sur une réponse. Nous devons proposer.
C’est pourquoi notre projet de refondation est clair. Plutôt que les menaces de «nettoyage de masse» de M. Salvini, de «se débarrasser de l’islam» de l’AfD ou d’«en finir avec l’Europe» de Mme Le Pen, nous revendiquons fièrement les valeurs fondatrices de paix, de liberté, de prospérité, de solidarité. Plutôt que les appels à museler la justice et les oppositions, nous revendiquons le respect strict de l’Etat de droit et des institutions démocratiques. Plutôt qu’un continent divisé et affaibli maintenu à la merci des autres grandes puissances du monde, nous revendiquons une Europe souveraine qui agit avec force partout où l’action de pays isolés est impuissante : la politique économique et monétaire, la sécurité et la défense, la transition écologique et agricole, la politique sociale, l’immigration et l’intégration, le changement numérique.
C’est également pourquoi notre méthode est claire. Nous sommes résolus à ne rien nous interdire. Nous sommes prêts à réformer les traités si la refondation l’exige. Nous sommes décidés à avancer en dépit des blocages, chacun devant aller à son rythme. Nous voulons une Europe plus forte, ensemble, donc nous resterons ouverts à ceux qui voudront nous rejoindre sur le parcours. Nous sommes résolus à dépasser les structures partisanes existantes si celles-ci agissent comme des obstacles. Nous nous engageons à faire porter cette refondation par des hommes et des femmes représentatifs de leur pays, de l’Ouest comme de l’Est, du Nord comme du Sud, passionnés d’Europe, déterminés à s’investir dans ce projet historique – là où les autres se contentent d’incantations ou de faire de la figuration. Il nous reste ainsi huit mois pour convaincre, dans chacun de nos pays, que l’Europe mérite ce nouveau projet, et que les citoyens méritent cette nouvelle Europe. Huit mois, c’est le temps que nous donnons pour proposer la voie du sursaut européen.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire