mercredi 13 novembre 2019

Propos centristes. France – Attentats du 13 novembre 2015; 540.000 emplois créés depuis l’élection de Macron; protection de l’enfance; revenu étudiant…

Voici une sélection, ce 13 novembre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Souvenez-vous d’où vous étiez, de ce que vous faisiez. Souvenons-nous de la promesse que nous nous étions faite : rester unis pour ne jamais laisser gagner ceux qui avaient fait cela. Aujourd'hui, souvenons-nous du 13 novembre et de ses victimes.
- L’Europe est sans doute l’endroit du monde où l’on connaît le mieux le prix de la non-coopération internationale. Elle doit être un laboratoire de multilatéralisme : construire de nouveaux équilibres, avoir une voix propre et être un tiers de confiance entre États-Unis et Chine.
- Hier, nous fêtions la paix, la fin de la Première Guerre Mondiale. En 1918, l'Europe disait: «plus jamais cela». Personne n’imaginait raisonnablement que 20 ans plus tard, allait commencer une nouvelle guerre mondiale, plus terrible encore que la première. À l’époque, si nous n’étions pas parvenus à bâtir la paix c’est parce que nous n’avions pas réussi à trouver les bonnes voies de coopération multilatérale. Ne réitérons pas cet échec. Construisons, ensemble, un multilatéralisme fort.
- Excellente discussion ce soir par téléphone avec le président Donald Trump: Syrie, Iran, OTAN. Beaucoup de convergences ont été évoquées et nous nous verrons avant le sommet de l’OTAN à Londres.
- En me recueillant devant ces noms du monument aux morts pour la France en opérations extérieures, j’ai vu défiler tant de vies, tant de destinées. 549 exactement. Chacune a sa propre histoire, une histoire d’engagement, de dignité, d’honneur.
- Avec les anciens combattants, porte-drapeaux, et jeunes – notamment du SNU – engagés pour que jamais l'Histoire ne s'efface des mémoires. Le rôle de ces passeurs de mémoire est essentiel dans la vie de notre Nation.
- 11 novembre 1918, 11 heures. L’Armistice marque la suspension des combats de la Grande Guerre. N'oublions jamais le sacrifice consenti par nos soldats, morts pour la France. N'oublions jamais les leçons de l'Histoire, les risques que font peser désunion et repli sur soi.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- L’organisation du système de soins hospitalier et de ville est à bout. C'est pourquoi le Gouvernement s’est engagé sur des réformes de fond pour continuer à faire de la médecine d’excellente qualité dans l'hôpital public.
- La laïcité n’est pas quelque chose qui viendrait en plus, ce n’est pas un supplément d’âme, c’est la condition à laquelle nous pouvons vivre ensemble alors que nous ne sommes pas identiques et que nous ne croyons pas à la même chose.

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
- Au lendemain du 11novembre, le ministère de l'Intérieur s'incline en mémoire des femmes et des hommes tombés au service de la Nation et honore le dévouement, le courage et l'engagement de celles et ceux qui le font vivre au quotidien.
- Chaque jour, chaque heure, chaque minute, nos policiers font honneur à ce pays qu’ils protègent avec tant de courage et de sang-froid. Ils incarnent la belle et grande devise qui orne leur drapeau : pro patria vigilant, ils veillent pour la patrie.

Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères)
[Tribune coécrite avec Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères: «Non, le multilatéralisme n’est pas dépassé!»] Il y a un an, l’Europe célébrait le centenaire de l’armistice de 1918 quand s’est ouvert le premier Forum de Paris sur la paix. Nous participons ensemble aujourd’hui au coup d’envoi de la seconde édition, au lendemain des commémorations du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Saisissant raccourci historique entre ces deux événements. Le premier a mis fin au premier des deux grands désastres du XXe siècle, dont le sol européen a été le principal théâtre. Le second laissait enfin espérer, soixante-dix ans plus tard, la réconciliation de notre continent et la possibilité de forger, ensemble, notre destin commun. La résonance entre ces deux anniversaires nous rappelle que l’Europe est toujours parvenue à surmonter ses plus amères divisions, et à renaître de ses propres ruines. Elle rend justice à l’Union européenne, cette conquête inédite qui a assuré la démocratie et installé la paix entre des pays qui s’étaient si terriblement déchirés. Elle suffit à expliquer pourquoi nous, Européens, serons toujours en première ligne pour défendre les valeurs qui sont au cœur du système multilatéral. Le multilatéralisme n’est pas seulement une manière de régler les affaires du monde par la coopération des États. C’est aussi une certaine idée de l’ordre mondial et une certaine idée de l’humanité, fondées sur l’héritage des Lumières, le choix de la rationalité, le respect de la règle de droit et la recherche du progrès commun. C’est au nom de ces principes que nous invitons nos partenaires du monde entier à nous rejoindre pour contrer la spectaculaire remise en cause qui frappe le multilatéralisme et l’organisation qui en est le symbole, les Nations unies. Dans un monde en proie à la violence et aux inégalités, en état d’urgence environnemental, confronté à une révolution technologique sans précédent, il y a là un paradoxe qui aurait sans doute de quoi surprendre. Car, de toute évidence, les défis communs appellent des réponses communes. Mais nous n’avons plus le temps nous étonner. Nous devons agir. Nous avons commencé à poser les jalons d’un multilatéralisme rénové, plus inclusif et ouvert à tous les acteurs qui comptent aujourd’hui: les États, mais aussi les acteurs de l’économie mondiale et les représentants des sociétés civiles. C’est l’ambition de l’Alliance pour le multilatéralisme. Le succès de la première réunion ministérielle de l’Alliance pour le multilatéralisme, au mois de septembre, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, a montré que nous sommes nombreux à penser que le multilatéralisme est, plus qu’une simple méthode de travail, un bien commun à préserver. Plus de cinquante ministres des Affaires étrangères de tous les continents sont désormais à nos côtés. Il ne s’agit pas d’une nouvelle organisation internationale, mais d’un réseau flexible de ministres des Affaires étrangères, de toutes les régions du monde, déterminés à renforcer la gouvernance mondiale et à apporter des réponses concrètes sur des sujets où nous avons des intérêts et des valeurs à défendre en commun: droits de l’Homme et droit international humanitaire, sécurité collective, réduction des inégalités, technologies du futur et biens publics mondiaux, au premier rang desquels se trouve bien sûr le climat. Aujourd’hui, à l’occasion du Forum de Paris sur la paix, l’Alliance pour le multilatéralisme se réunira pour traiter d’un enjeu majeur: la régulation de l’espace numérique. Faute de règles adaptées, cet espace sans frontières risque de devenir une zone de non-droit d’un genre inédit, et d’une ampleur jamais égalée. Si nous ne voulons pas voir se multiplier les atteintes à la vie privée des individus, les attaques à l’encontre des infrastructures vitales, les pratiques d’espionnage industriel, les manipulations de l’information ou encore les discours de haine en ligne, nous devons nous concerter pour inventer les principes et les outils du XXIe siècle. États, grands groupes du secteur, organisations internationales, journalistes, société civile - nous avons tous un rôle à jouer pour que la révolution numérique tienne les promesses de liberté, d’échanges et de prospérité dont elle est porteuse. Notre Alliance, qui se réunit dans différents formats et configurations, se réunira ensuite à Berlin, le 10 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme. Elle se réunira ensuite de nouveau en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich. Renoncer au multilatéralisme, parce que certains se désengagent et que d’autres instrumentalisent les organisations internationales à leurs propres fins, ce serait accepter de vivre dans un monde sans filet de sécurité. Nous, la France, l’Allemagne, et plus largement nous Européens, à qui l’Histoire a enseigné le prix de la division, ne saurions nous résoudre à cette régression. Nos partenaires non plus. Nous restons, de loin, les plus nombreux.

Nicole Belloubet (ministre de la justice)
- [Accord avec plus de 30 partenaires nationaux afin de développer le travail d'intérêt général]  Merci. Le travail d’intérêt général ne pourrait exister sans l’implication de la société. C’est pourquoi votre engagement est indispensable et précieux. Signature de 34 partenaires pour mieux sanctionner, réparer, insérer et prévenir la récidive.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- 263 000 emplois créés en un an, plus de 540 000 emplois depuis l’élection d’Emmanuel Macron. En 2 ans et demi, le taux de chômage est passé de 9,7% à 8,5%. La baisse concerne tous les départements. Notre politique économique donne des résultats !
- Nous devons réinventer les règles du commerce mondial et bâtir un multilatéralisme adapté au 21ème siècle. Il doit être durable en prenant en compte la lutte contre le réchauffement climatique. Il doit être juste en garantissant une concurrence équitable.
- Le démarrage est prometteur pour le nouveau plan d’épargne-retraite, les épargnants s’en saisissent ! Disponible depuis le 1er octobre, le PER est plus simple et plus avantageux pour les épargnants. Il contribue au financement de nos PME et de la transition écologique.
- [Réchauffement climatique] Il est nécessaire d’agir vite et fort pour accélérer la transition écologique et atteindre une économie zéro carbone. C'est notre ambition, notamment avec le Pacte productif.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- [Abandon du projet Europa City] Ce projet n'était pas la bonne réponse au défi de l'est du Val-d'Oise et il n'est pas cohérent avec notre engagement en faveur de la transition écologique (...) Il relève d'un modèle dépassé.
- Très triste d’apprendre le décès de l’ours Mischa. Je m’étais mobilisée pour qu’il cesse tout spectacle et qu’il puisse être soigné. Merci à toutes les équipes, les professionnels et les ONG pour votre engagement sans faille.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- L’éducation comme premier facteur de paix.
- La paix se construit aussi par la connaissance historique, par l’échange entre historiens de différents pays, par la transmit aux élèves.

Agnès Buzyn (ministre de la Solidarité et de la Santé)
Il y a un peu plus d'un siècle, la Première Guerre Mondiale venait de se terminer. N'oublions jamais que les solidarités demeureront une réponse forte, que nous devons tous défendre, face au repli, à la désunion, et à la négation de la vie que représente la guerre.

Franck Riester (ministre de Culture)
- Nous n'oublierons jamais que le 13 novembre 2015, des Français sont morts en allant voir un match de football, en assistant à un concert ou en partageant un verre en terrasse avec des amis. Pour eux, ne cédons rien aux ennemis de la liberté.
- La culture est un puissant levier pour surmonter les tensions diplomatiques. C’est une porte vers l’universel, une force qui rapproche et rassemble.
- Ils forcent les portes d'un amphithéâtre, saccagent des livres et empêchent un ancien Président de la République de s'exprimer au sein d'une université. Intolérable entrave à la liberté d'expression et à la liberté de débattre!

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
Nous tenons les comptes de la nation, nous baissons les impôts et nous faisons face aux urgences sociales. Réjouissons-nous, il y a eu 500 000 créations d'emplois depuis le début du quinquennat.

Muriel Pénicaud (ministre du Travail)
Au Paris peace forum, gouvernements, entreprises, ONG, nous nous mobilisons au sein de l'Alliance 8.7 présidée par la France pour éradiquer le travail des enfants et le travail forcé.150 millions d’enfants, 40 millions d’adultes victimes de ces pratiques intolérables!
Nos réformes du marché du travail portent leurs premiers fruits : ordonnances travail, formation et apprentissage, inclusion des plus fragiles, assurance-chômage Nous amplifions notre action pour que la situation de l'emploi s'améliore dans tous les territoires.

Julien Denormandie (ministre de la Ville et du Logement)
- Stop aux démarchages abusifs qui pourrissent la vie des Français et leur font perdre confiance dans les professionnels lors de leurs travaux de rénovation énergétique.
- Nous lançons un plan anti-fraudes à la rénovation énergétique : plusde contrôles, pour que le label RGE soit gage de confiance pour les Français ; une campagne de sensibilisation pour que le grand public ait les bons réflexes.

Marc Fesneau (ministre des Relations avec le Parlement)
9 novembre à Blois inauguration du musée de la résistance, de la déportation et de la mémoire en présence de Madame Hessel. 11 novembre à Paris avec l’inauguration du monument dédié aux soldats morts en opérations extérieures. La mémoire : un devoir et une boussole.

Frédérique Vidal (ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation)
Je condamne fermement les violences et les dégradations qui ont eu lieu aujourd'hui. Le geste tragique commis par un jeune homme vendredi dernier suscite une émotion légitime, mais la violence n'a pas sa place à l’université.

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance)
- Les nouveaux défis pour les droits de l'enfant sont nombreux et ne se limitent pas à ceux posés par le numérique : prostitution infantile, pauvreté, migrations.
- Un enfant sur cinq est victime d’agression sexuelle en Europe, un sur six est dans une situation de pauvreté.
- Nous devons définir des règles aptes à répondre aux menaces subies par les enfants. Il n’est pas acceptable qu’un enfant sur cinq soit victime de mauvais traitements, qu’un enfant sur six soit confronté à la pauvreté et l’exclusion.
- Engagement tenu : vendredi, l'Assemblée Nationale a voté dans le Buget2020, 50 millions d'euros dédiés au déploiement de la Stratégie de prévention et de protection de l’enfance.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
- Il faut que l'Europe puisse porter une voix autonome et souveraine sur la scène mondiale. Avec des alliés, bien sûr, mais avec des analyses et des moyens qui lui soient propres. Comme l'a dit Emmanuel Macron dans The Economist, c'est une question de crédibilité.
- Nous avons tous ici conscience, je crois, des menaces qui pèsent sur la paix et la démocratie en Europe. (…) Ces menaces trouvent trop souvent leur fondement dans la manipulation de l’information et de l’histoire.
- L’enseignement de l’histoire joue un rôle primordial dans la formation des citoyens et des consciences(…) En Europe, cette approche est essentielle : former notre jeunesse à son histoire, ses errements et ses réussites, son formidable projet de réconciliation.
- Nous voulons bâtir une souveraineté européenne, pour que les Européens portent une voix forte, unie et cohérente dans le monde. Cette bataille pour une Europe qui assume sa puissance, c’est celle que le président Emmanuel Macron mène depuis 2 ans.

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
- Réunion de travail de l’Alliance pour le multiculturalisme sur la gouvernance du numérique. Face à l’ampleur des défis, c'est en agissant collectivement que nous assurerons en ligne notre sécurité, le respect des droits et la protection de nos démocraties.
- Aujourd’hui, la French tech a dépassé l’Allemagne. Pour devenir leader au niveau mondial et créer plus d’emplois, nous avons besoin des investisseurs internationaux.

Gabriel Attal (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education)
17,6%, c’est indigne d’une grande démocratie comme la France. Accroître l’accès des femmes à la tête d’exécutifs municipaux, notamment dans les villes moyennes les plus en retard, doit être une grande priorité collective pour les municipales 2020.

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- Tout ce qui contribue à davantage de transparence sur l’origine géographique des produits alimentaires est bon pour les consommateurs, bon pour notre industrie et bon pour nos agriculteurs. Je salue l’annonce faite ce jour par Intermarché et souhaite que d’autres distributeurs et industriels s’associent à cette démarche en adoptant une méthode commune pour davantage de clarté pour les consommateurs.
- Rénovation énergétique : nous présentons nos actions pour renforcer la lutte contre les fraudes. Aucune hésitation possible à sanctionner les entreprises qui ne jouent pas le jeu. Nous le devons aux consommateurs et aux artisans qui réalisent les travaux de manière professionnelle.
- Le combat pour la paix se poursuit aujourd’hui sur des théâtres d’opérations extérieurs où le courage des soldats engagés force le respect. Nous nous devons de cultiver le souvenir de ceux qui sont tombés au champ d’honneur, loin de leurs proches. Ils ont désormais leur monument.

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
- En 2020, la Chine accueillera la COP15 sur la préservation de la biodiversité: il faut porter cet enjeu au même niveau que la protection du climat sur la scène internationale.
- Le projet de loi Antigaspillage lutte contre la prolifération du plastique: en interdisant des plastiques jetables ; en supprimant le suremballage ; en favorisant l'utilisation d'emballages réutilisables par la consigne notamment.
- Si le projet d'Europa city avait échoué, on aurait eu des hectares bétonnés, des fausses promesses et du chômage à terme ! Je ne crois pas que ce soit le modèle d'aveni !!

Geneviève Darrieussecq (secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées)
La journée du 11 novembre crée un véritable lien entre les générations de combattants. Et ce lien est important. Nos combattants, toutes générations confondues, sont partis au combat avec les mêmes valeurs : défendre la République et notre démocratie.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes-femmes et à la Lutte contre les discriminations)
C’est l’un des paradoxes les plus criants de notre société. Plus on critique l’État pour son omnipotence ou son interventionnisme tatillon, plus on fait appel à lui pour nous protéger. (...) Quand comprendrons-nous que la nation ne se résume pas à l’Etat?

Laurent Nunez (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur)
- [Surveillance des djihadistes sortis de prison] Toutes ces personnes condamnées pour des faits de terrorisme sont forcément suivies pendant très longtemps.
- L'état de la menace terroriste reste aussi élevée qu'il y a 4 ans, avec des individus qui n'ont plus de contact direct avec Daesh.

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
Pas de hausse des frais d'inscription pour l'Université. Gain de 200 € par an avec le passage du régime social étudiant au régime général. Augmentation des bourses de 1,1 % Depuis deux ans, le Gouvernement agit contre la précarité étudiante.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- [13 novembre 2015] C’était il y a 4 ans. Nous n’oublions rien. Rien de l’horreur des attentats qui se sont abattus sur Paris cette nuit d’automne. Rien, ni aucune des victimes, aucun des blessés, aucun des proches. Rien de l’unité et de la dignité des Français les jours d’après.
- Hommage de la représentation nationale aux députés et aux fonctionnaires de l'Assemblée Nationale morts pour la France. Nous n'oublions pas leur sacrifice pour la République.

Stanislas Guerini (délégué général)
- [13 novembre 2015] Quatre ans, déjà. Nous ne vous oublions pas.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Aujourd'hui nous nous souvenons avec émotion des femmes et des hommes victimes des attentats djihadistes à Paris. Notre gratitude est immense pour ceux qui nous protègent jour après jour depuis quatre ans. Autour d'eux, la nation reste unie contre l'obscurantisme.

Aurore Bergé (porte-parole)
- Israël est notre première ligne de front contre le terrorisme. Au nom du groupe d'amitié entre la France et Israël, j'exprime toute notre solidarité et tout notre soutien au peuple israélien. La France est et sera toujours aux côtés d'Israël et de sa sécurité.
- [Conférence de François Hollande interrompue et ses livres déchirés par des manifestants d’extrême-gauche] Déchirer des livres. Et cette citation qui me revient «là où l'on brûle des livres, on finit par brûler des hommes». Honte à ceux qui se prennent pour des révolutionnaires et qui ne sont que des pleutres.
- Le budget de la culture est toujours un budget de combat. Il n'est jamais acquis. Il représente pourtant à peine plus de 2% du budget de l'Etat.

Emilie Cariou (députée)
Le Budget 2020 renforce les mesures de lutte contre la fraude fiscale. Les patrons des grandes entreprises françaises devront payer leurs impôts en France et la TVA sera mieux collectée sur le commerce effectué par l'intermédiaire des plateformes en ligne.

Laurent Saint-Martin (député)
- Dès notre arrivée, nous avons souhaité installer un climat propice à l'investissement. On commence à en voir les fruits. Je suis convaincu que d'ici à 2022, les créations d'emplois se poursuivront et que le chômage continuera à baisser.
- Nous poursuivons la maîtrise de nos dépenses publiques. Le déficit public 2020 sera le plus bas depuis 2001.

Sylvain Maillard (député)
- Tous les étudiants doivent pouvoir vivre dignement pour réussir leurs études. Le budget de l'État consacre 5,7 milliards d’euros aux aides sociales par an pour la jeunesse estudiantine comme l’a rappelé Frédérique Vidal Il faut poursuivre nos efforts.
- Repenser l’adaptation de notre société face à la longévité est une nécessité. Nous devons construire autant de solutions qu’il existe de situations pour permettre à chacun de bien vieillir.

Didier Paris (député)
L’agence du travail d'intérêt général (TIG) répond à: la problématique de la surpopulation carcérale, la nécessité de peines qui favorisent la prévention de la récidive et l’insertion des personnes condamnées.

Hervé Bérille (député)
- La baisse du chômage n’est pas l’affaire des métropoles, elle se constate partout en France. Sur l’emploi, la mobilité, le logement, c’est en déployant des stratégies sur mesure que l’on répond aux besoins de chaque territoire.
- Depuis 2 ans, 1000 emplois par jour sont créés en France. Accompagnement des entreprises, réformes de la formation et de l’apprentissage, lutte contre la précarité : cette dynamique est soutenue par des politiques structurelles ambitieuses pour une baisse durable du chômage.

Céline Calvez (députée)
C’est parce que nous sommes conscients que la précarité entrave la réussite des étudiants que nous mettons en place des solutions d’aides et de logements: plus 46M€ pour les bourses 2019-2020 ; gel des frais d’inscription ;  moins 217€ de frais de Sécurite Sociale.

Marie-Christine Verdier-Jouclas (députée)
- Avec le gouvernement et les députés LaREM, nous agissons pour les personnes en situation de précarité : hausse du minimum vieillesse, hausse de la prime d'activité, suppression de la taxe d'habitation ... Tout ça, c'est du concret !
- Les chiffres parlent ! Nous avons un taux de chômage à 8,5% qui n'a jamais été aussi bas depuis 10 ans et nous augmentons le pv d'achat de 950€/an pour les Français ! Notre politique porte ses fruits.

Jean Baptiste Moreau (député)
- La France est loin d'être un pays défavorable aux étudiants. J'étais moi-même boursier. Nous avons mis en place des mesures pour augmenter leur pouvoir d'achat comme la suppression de la cotisation à la SECU étudiante et faciliter leur accès au logement.
- [Sortie du glyphosate] Nous proposons la création d'une plateforme numérique nationale pour centraliser les carnets d’usages des produits phytosanitaires Cela permettrait d'avoir une idée réelle sur l'utilisation du glyphosate aujourd'hui en France.

Mounir Mahjoubi (député)
Gouverner c’est agir avec éthique. La semaine dernière, vous avez procédé à la mise à l’abri de 1600 personnes migrantes et annoncé la sécurisation à long terme de plusieurs quartiers du Nord de Paris. Je crois que vous avez agi avec justice et humanité.

Perrine Goulet (députée)
Les droits des enfants doivent se réfléchir au niveau européen. Nous avons évoqué avec Amélie de Montchalin: les enlèvements parentaux et les problèmes de garde pour les couples mixtes européens -l’accueil des mineurs non accompagnés en Europe; pour les 30 ans de la CIDE son déploiement homogène en Europe.

Christophe Blanchet (député)
Le Service national universel permet de donner aux jeunes les clés de réussite pour passer du monde adolescent au monde adulte. C’est un projet d’avenir pour une société plus solidaire. 2000 jeunes se sont déjà engagés à nos côtés.

Dominique da Silva (député)
Encore 54 300 créations nettes d’emploi au 3ème trimestre (après 45 400 au trimestre précédent). Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, l'emploi salarié du privé s’est accru de 545 700 postes.

●MoDem
Sarah El Hairy (porte-parole)
- Si l'acte de désespoir de cet étudiant doit nous questionner collectivement sur l'accompagnement de la jeunesse Ces images de livres déchirés, piétinés, de cette conférence du Président François Hollande annulée font craindre pour la liberté d'expression & le débat démocratique.
- La blessure du 13 novembre reste douloureuse dans nos esprits N'oublions jamais les 131 morts les 413 blessés de cette sanglante soirée et toutes les autres victimes du terrorisme en France.

Nathalie Avy-Elimas (députée)
- La protection de l'enfance doit traverser toutes nos politiques publiques. J'y veille dans les travaux de la mission d'info sur la politique familiale.
- 131 féminicides, en 2019. Sylvia est morte sous les coups de son mari. Elle avait pourtant déposé plainte pour violence. Depuis le lancement du Grenelle violences conjugales, des mesures importantes ont été annoncées et votées. Mais nous devons aller encore plus vite, plus loin.

Bruno Millienne (député)
- L'agriculture de conservation, ce n'est pas important seulement pour la biodiversité ; c'est important demain face aux sécheresses que nous allons connaître !
- Quatre ans déjà. quatre ans déjà que l'horreur frappait notre capitale et la France. Jamais nous n'oublierons ces vies fauchées au nom d'une idéologie totalitaire et obscurantiste. Nous sommes toujours debout et le resterons en leur mémoire. 13 novembre 2015.

Bruno Fuchs (député)
Promesses d’embauches record pour les 12 prochains mois. Apprentissage à la hausse. Investissements étrangers. Chômage à la baisse. Stop au dénigrement systématique, les résultats arrivent, la situation s’améliore.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
Souvenons-nous de ce 13 novembre 2015, souvenons-nous de ce jour où la vie de 130 des nôtres et de leurs familles a été brisée au Bataclan par les barbares de l'Etat Islamique. Nous ne les oublierons jamais.

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
- [13 novembre 2015] Hommage à toutes les victimes du terrorisme.

● Autres
(Personnalités ou organisations centristes)
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)
[Conférence de François Hollande interrompue et ses livres déchirés par des manifestants d’extrême-gauche] Quand l’université devient fasciste la dictature devient possible.

Team Progressistes
[Conférence de François Hollande interrompue et ses livres déchirés par des manifestants d’extrême-gauche]  Sylviane Agacinski il y a quelques jours, François Hollande aujourd’hui... intolérable remise en cause de la liberté d’expression par les mêmes extrémistes habituels. Tout cela en récupérant cyniquement l’immolation terrible de cet étudiant lyonnais.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire