dimanche 11 janvier 2009

Actualités – France

Les centristes du Sénat discutent toujours de leur rapprochement


Se rapprocheront-ils ou non ? Telle est la question qui se pose derrière les tractations entre les diverses composantes du Centre au Sénat dont nous nous sommes déjà fait l’écho ici. Si le Mouvement démocrate semble intéresser par ce rapprochement, si l’Elysée aussi pour des raisons, on l’image, différentes, ce n’est pas le cas de tous. Ce nouveau groupe, s’il devait voir le jour serait composé de 44 sénateurs (29 de l’Union centriste regroupant Mouvement démocrate, Nouveau Centre et UDF et 17 du Rassemblement démocratique et social européen regroupant des membres aussi disparates que les Radicaux valoisiens, Jean-Pierre Chevènement ou Michel Charasse…) et pourrait peser beaucoup plus fortement sur la politique de la chambre haute notamment dans la perspective d’un changement de majorité en 2011 au Sénat qui s’inscrit dans les dernières élection municipales et cantonales. C’est en tout cas ce qu’a dit Jean Arthuis, sénateur de la mayenne Union centriste au Figaro : «Il s'agit de créer au centre un groupe suffisamment fort, dans la perspective du basculement à gauche de la majorité sénatoriale de 2011».

Pour Jacqueline Gourault, une fidèle de François Bayrou, le rapprochement aussi est souhaitable car il rejoint «l'idée de François Bayrou de construire un rassemblement avec un centre indépendant», d’autant que, selon elle, «nos positionnements politiques ne sont pas si éloignés que ça». C’est ce que constate le président des Radicaux de gauche qui est également en faveur de cette union dans la liberté où chacun préserverait sa liberté de vote. Pour Jean-Michel Baylet «l'avenir du Sénat, et notamment l'élection de son président, va se jouer au centre, centre gauche et centre droit, lors du renouvellement de 2011». Si le nouveau groupe existe, il peut être le pivot de cette élection, voire voir un de ses membres élus à la présidence..

Aucun commentaire: