jeudi 16 décembre 2010

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Y a-t-il un «nouvel Obama»?


La «raclée» prise lors des élections de mi-mandat par son parti, le Parti démocrate, a-t-il fait naître un nouvel Obama? Est-ce celui dépeint par certains commentateurs, un homme qui se serait recentré, qui serait moins arrogant et plus concerné par la politique politicienne mais aussi par le quotidien de ses compatriotes – notamment le grave problème du chômage - plutôt que par les grands projets pour modeler une Amérique du XXI° siècle.
Il est certain que Barack Obama a changé de stratégie. Ce qui semble normal lorsque l’on perd une élection et avec autant de marge que celle-ci. Il ne peut plus avancer avec une majorité dans les deux chambres du Congrès (le Parti démocrate n’étant plus que majoritaire au Sénat et nettement minoritaire, désormais, à la Chambre des représentants). Donc, ses projets, notamment en matière d’emplois verts et de lutte contre le réchauffement climatique, ne pourront pas être adoptés au cours des deux prochaines années et certaines de ses réformes pourraient être écornées, comme celle de l’assurance maladie.
De même, Barack Obama doit se faire plus accommodant dans le discours mais aussi dans les actes vis-à-vis des républicains car ils ont gagné les élections et en démocratie il est évidemment que l’on doit respecter la volonté des urnes.
De plus, et on l’a bien vu ces derniers jours, le président des Etats-Unis a adopté un ton plus ferme et plus conquérant (plus populiste?) car il doit maintenant se battre contre une majorité républicaine à la Chambre des représentants qui ne compte lui faire aucun cadeau, certains nouveaux élus représentants et sénateurs de droite ayant même affirmé que le but premier de leur parti était de faire en sorte qu’il ne soit pas réélu en 2012. Mais il devra aussi batailler contre la gauche du Parti démocrate qui estime qu’il vaut mieux une confrontation avec les républicains de la droite dure afin de ressouder la base électorale du parti et montrer aux Américains que le Parti républicain est bien la formation du «no» et est incapable de gouverner.
Il y a donc un nouvel Obama dont on pourra voir encore mieux les contours au début de 2011 lorsqu’il aura remanié assez profondément son équipe à la Maison blanche et lors de son discours sur l’état de l’union courant janvier.
Cependant, il serait faux de dire que Barack Obama s’est recentré et qu’il est obligé de tendre la main aux républicains. Car, depuis sa campagne électorale de 2007-2008, Barack Obama s’est situé au centre de l’échiquier politique et il n’en a pas bougé malgré les allégations de la Droite et les récriminations de la Gauche. Depuis son élection, il n’a pas cessé de tendre la main à des républicains qui l’ont systématiquement  refusée en jouant l’obstruction maximum au Congrès et ont lancé des campagnes malveillantes et mensongères sur la personne du président américain et sur sa politique.
Pour analyser correctement cette stratégie, Il faut bien comprendre le désarroi et l’angoisse qui ont submerger le Parti républicain au sortir de l’élection présidentielle de 2008 ainsi que ses réflexes haineux qui datent, eux, des attaques contre Bill Clinton dans les années 1990 (repris ensuite avec succès par Karl Rove, conseiller de George W Bush) même si des hommes comme Franklin Roosevelt, dans les années 1930, et Harry Truman, dans les années 1950 avaient été, eux aussi, victimes de campagnes calomnieuses. La défaire cuisante de 2008 après une fin de mandat délétère de George W Bush indiquait que le Parti républicain allait sans doute demeurer dans l’opposition pour une longue traversée du désert tant la donne semblait avoir changé dans le pays.
Dès lors, la seule politique républicaine a été celle de la terre brûlée. Et elle a marché. Si elle a si bien fonctionné c’est sans doute parce que Barack Obama a cru, lui aussi, que la voie était dégagée pour un bon bout de temps de la menace républicaine mais aussi parce que la situation économique ne s’est pas améliorée au cours des deux premières années de son mandat, ce qui était prévisible et qu’il avait d’ailleurs annoncé aux Américains après la «Grande Récession» de 2008-2009. Et ces derniers, au lieu de donner crédit à Obama pour avoir évité une catastrophe pire que la Grande dépression des années 1930 avec ses mesures de soutien à l’économie du pays, n’ont vu que le taux de chômage monter.
Le terrain était alors mûr pour que les attaques les plus virulentes et les plus basses (sur la nationalité d’Obama, sur sa religion, sur ses soi-disant problèmes psychiatriques, sur son incompétence et ainsi de suite, le tout en le comparant à Hitler et Staline!) qui ont eu un impact certain sur une partie de l’électorat et pas seulement la plus à droite. Et comme la gauche du Parti démocrate n’a pas été en reste en faisant procès d’intention sur procès d’intention à son encontre, Barack Obama s’est retrouvé sous les feux de critiques croisées d’une importance qu’il n’avait sans doute pas imaginée alors que quelques mois auparavant certains n’hésitaient pas à en faire un dieu vivant…
Tout ceci démontre, une fois de plus, la difficulté qu’il y a d’être un centriste. On mécontente les extrêmes et ceux-ci, dans une alliance objective, tentent de détruire ce qui est, pour elles, une menace majeure en cas de succès pour leurs politiques clientélistes. Sans doute que Barack Obama l’a compris, malheureusement un peu trop tard pour réagir avant ces élections. Son nouveau ton semble le confirmer.
Il est évidemment difficile de dire ce que seront les deux années qui viennent et s’il pourra gérer une situation difficile au plan politique mais aussi économique et sociale avec des ennemis un peu partout. Néanmoins, les capacités du président américain peuvent lui permettre de remonter la pente.
Surtout qu’un dernier sondage indique que les Américains sont en faveur des dernières mesures qu’il a prises (en particulier sur les baisses d’impôts et le rallongement des indemnités chômages) et qu’ils le considèrent comme un homme aux grandes qualités humaines même si, pour l’instant, ils doutent qu’il ait celle d’un chef d’Etat. Mais ceci n’est pas une surprise le lendemain d’une défaite électorale cuisante.
Reste que les intentions de vote pour 2012 sont un motif d’optimisme pour lui. Ainsi, il l’emporterait 47%-42% contre Mitt Romney, le favori actuel des primaires républicaines et écraserait Sarah Palin, 55%-33%. A noter que cette dernière est, au mois de novembre, la personnalité politique la moins aimée des Américains. Tout n’est donc peut-être pas perdu de l’honneur US!

Aucun commentaire: