vendredi 4 mars 2011

Actualités du Centre – François Sauvadet regrette l’absence de centristes dans le remaniement ministériel et critique Bayrou


Dans une interview au quotidien régional Le Télégramme, François Sauvadet, président du groupe Nouveau centre à l’Assemblée nationale estime que le gouvernement est trop à droite et regrette que le remaniement, suite au limogeage de Michèle Alliot-Marie, n’ait pas permis un rééquilibrage.
En outre, il affirme que sa vision personnelle de la Confédération des centres n’incluse pas François Bayrou car son «ni droite, ni gauche » n’aboutit à rien. Extraits.
Comment jugez-vous le récent remaniement ministériel qui n'a laissé aucune place aux centristes membres de la majorité présidentielle?
(…) Nous avons besoin d'un centre qui participe davantage à l'action gouvernementale et qui rééquilibre de la sorte la majorité présidentielle et le gouvernement. Je regrette donc que la présence centriste soit insuffisante dans le nouveau dispositif.
L'autre caractéristique de la nouvelle équipe gouvernementale est qu'elle comporte davantage de chiraquiens que de sarkozystes historiques. Comment l'expliquez-vous?
Il y a en effet un retour incontestable des chiraquiens. Pour ma part, je souhaite qu'il y ait une aile droite qui occupe pleinement son espace politique. Mais, en même temps, on a besoin d'une vision plus humaniste qui porte le message de l'équité. C'est pourquoi je plaide depuis des mois pour la création d'une confédération des centres. On a pu mesurer, ces derniers temps, que les sujets que nous avons lancés sont désormais pris en compte. Je pense à la suppression du bouclier fiscal, que nous réclamons depuis trois ans; je pense à la réforme de l'ISF, dont je ne souhaite pas qu'il soit purement et simplement supprimé. Et c'est parce que nous n'avons pas pesé suffisamment au sein du gouvernement qu'on a perdu du temps.
Aujourd'hui, le centre a plus de leaders que de troupes. Qu'est-ce qui empêche la réunification de votre famille, de Bayrou à Morin en passant par Arthuis et Borloo?
Je n'inclus pas François Bayrou dans cette problématique. Il a fait le choix de l'opposition systématique, alors que nous avons choisi de participer à la majorité présidentielle. Pour ma part, je ne participerai à aucune opération qui nous ferait revivre ce que nous avons vécu avec François Bayrou, c'est-à-dire le ni droite ni gauche qui aboutit à se retrouver dans la position du spectateur et non pas celle d'un acteur.

Aucun commentaire: