jeudi 26 mai 2016

Présidentielle USA 2016. Trois nouveaux sondages favorables à une Clinton attaquée par les médias

Les sept derniers sondages parus aux Etats-Unis ont donné six fois Hillary Clinton gagnante et une fois à égalité avec Trump pour l’élection présidentielle du 8 novembre prochain.
Les trois derniers de cette série ont eu comme résultat en sa faveur face au candidat républicain, 42%-41% (YouGov-Economist), 40%-39% (Rasmussen) et, surtout, 41%-36% (Ipsos-Reuters).
Et ce, dans une période connue pour être défavorable au candidat du parti dont les primaires ne sont pas terminées, ce qui est le cas chez les démocrates alors que chez les républicains, il est déjà connu.
Ce qui agite les spécialistes des sondages ces derniers jours, c’est de savoir si l’élection de 2016 ressemble aux autres et que Clinton, dès qu’elle sera officiellement la candidate démocrate, regagnera tous les points perdus.
Certains estiment que ce sera le cas, d’autant que Trump est honni par de toute une partie de l’opinion publique et qu’il semble impossible que les sympathisants de Sanders s’abstiennent de voter pour Clinton en novembre au risque de faire élire un personnage comme le promoteur newyorkais ou, pire, qu’ils votent massivement pour ce dernier.
D’autres, en revanche, pensent que les sympathisants de Sanders détestent tout autant Clinton que Trump, que donc beaucoup n’iront pas voter et qu’une partie d’entre eux se reconnaîtra même dans les promesses populistes et démagogues du candidat républicain et voteront pour lui.
Les deux scénarios sont possibles même si le premier est beaucoup plus consistant.
D’autant que Donald Trump s’est mis, à nouveau, à insulter les femmes.
Hier, il a même réussi à s’en prendre à trois d’un coup, alors même qu’il ne pourra pas gagner sans qu’une partie d’entre elles vote pour lui!
Hillary Clinton, évidemment, accusée d’être encore une fois malhonnête; la sénatrice démocrate du Massachussetts Elisabeth Warren, qu’il a baptisée «Poncahontas» en référence à ses origines indiennes, accusée de ne servir à rien au Congrès; la gouverneure de l’Etat du Nouveau-Mexique, une républicaine d’origine latino (la seule du côté du GOP), Susana Martinez, parce que celle-ci n’a pas encore décidé si elle allait le soutenir, notamment pour ses propos racistes envers sa communauté et les Mexicains, ce qui lui a valu d’être traité de paresseuse et de bonne à rien, Trump se proposant même de la remplacer à son poste…
Les médias, notamment audiovisuels, sont généralement assez honteux de devoir rapporter ces propos, sans doute parce qu’ils savent qu’ils ont surfé sur la vague Trump pour améliorer leurs taux d’audience ou leurs chiffres de vente et qu’ils continuent à le faire en se bouchant le nez.
Leur comportement hautement répréhensible montre ainsi toute la problématique d’une sphère qui a mélangé les genres depuis des décennies, faisant d’une top modèle une personne aussi importante que le président des Etats-Unis en matière de parole politique, permettant au promoteur immobilier de jouer de sa popularité médiatique acquise dans l’entertainement afin de conquérir les électeurs qui confondent sans difficulté aucune la réalité avec cette sorte de sitcom trash consacrée à l’élection présidentielle qu’il leur propose.
Cela n’empêche pourtant pas les médias de s’en prendre encore une fois à Hillary Clinton alors qu’un rapport venant du secrétariat d’Etat pointe que celle-ci n’aurait pas obtenu l’autorisation d’utiliser une boite e-mail personnelle quand elle a dirigé ce département.
Mais le rapport explique, ce que les médias rapportent nettement moins, c’est que tous les autres secrétaires d’Etat, républicains et démocrates avant elle, ont fait exactement de même et que les règles du département n’ont jamais été claires ou clairement explicitées.
Par ailleurs, il n’accuse Clinton d’aucune fuite majeure d’informations top secrètes, ce qui était, rappelons-le, ce que les médias reprochaient avant tout à Clinton, ce qu’une enquête du FBI avait déjà affirmé de son côté.
Bien évidemment, en période électorale et pour une personnalité aussi clivante que l’est Hillary Clinton, sans oublier ses relations conflictuelles avec les médias, ce rapport devrait être utilisé contre elle, notamment par Trump, et il est difficile de savoir s’il aura un impact sur l’élection de novembre.


Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC


Présidentielle USA 2016

A lire aussi :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire