lundi 7 août 2017

Actualités du Centre. Juppé, futur leader d’une droite et d’un centre libéraux?

Alain Juppé
Certains pensaient que l’avenir d’Alain Juppé allait se résumer à Bordeaux, oubliant que l’ambition politique de l’ancien premier ministre de Jacques Chirac était toujours passée par la volonté de peser au niveau national.
D’ailleurs, il suffit de reprendre le dernier article de son blog pour voir qu’il n’avait nullement l’intention de laisser en jachère le courant juppéiste, celui qui a émergé lors de la primaire de LR et qui va du centre-droit à la droite libérale.
De même, le fait qu’il était la personnalité politique la plus appréciée des Français et qu’il demeure dans le peloton de tête des baromètres de popularité malgré son échec face à François Fillon alors qu’il était l’ultra-favori des sondages pour devenir le nouveau président de la république.
Ainsi, il écrivait, après le deuxième tour des législatives, que la démocratie sortait «affaiblie par une abstention d’un niveau jamais vu dans une élection législative» et que l’élection présidentielle s’était «déroulée dans des conditions telles que le trouble et la confusion se sont installés dans les esprits» obligeant «le pouvoir à l’écoute, à la concertation, à une grande vigilance dans la mise en œuvre de son programme».
Des propos qui n’étaient pas ceux d’un simple observateur.
D’autant qu’il estimait que «la famille de la Droite et du Centre» se retrouvait face à un triple défi dont «celui de son attitude vis-à-vis du gouvernement» c’est-à-dire dans un choix entre «opposition frontale ou travail constructif» et «surtout» celui du «défi de la ligne politique et plus profondément de la vision qu’une droite humaniste régénérée pourra proposer au peuple de France».
Et il posait les jalons de son futur politique en déclarant que «ce n’est pas en quelques lignes qu’un simple blog peut répondre à cette attente au soir d’élections présidentielle et législatives lourdement perdues» et il finissait avec ce conseil: «sachons prendre du temps».
Or, ce temps semble venu pour lui de préciser, et son rôle, et son positionnement face à Emmanuel Macron et son gouvernement puisqu’il a décidé de réunir ses troupes du 25 au 27 août à Bordeaux.
On ne sait pas encore quelles seront les discussions et si elles aboutiront à la création d’un courant plus ou moins organisé regroupant les élus proches de Juppé (notamment le groupe Les constructifs), voire d’un nouveau parti politique.
De même quelles seront les personnalités présentes.
Ainsi, on peut se demander si le premier ministre, Edouard Philippe fera le voyage de Bordeaux, lui qui, dans une interview au magazine Society, vient de parler de sa proximité avec Alain Juppé expliquant qu’«il y a beaucoup de correspondances» entre le programme de ce dernier et celui du gouvernement.
«Je ne dis pas que c'est le même, précise-t-il, mais il y a en tout cas moins de différences entre le programme défini par Juppé pendant la primaire et celui mis en œuvre par mon gouvernement qu'il y en a entre le programme de François Fillon et celui soutenu par les Républicains aux législatives».
Et d’affirmer que «je n'ai pas du tout le sentiment d'avoir changé mes idées entre la campagne d'Alain Juppé pour la primaire et aujourd'hui».
Reste que pour Alain Juppé l’exercice ne sera pas aussi simple que cela puisqu’une partie de ses troupes se trouve au gouvernement pendant qu’une autre partie se veut dans une opposition à celui-ci, il est vrai «constructive» mais opposition tout de même…


Aucun commentaire: