lundi 5 août 2019

Présidentielle USA 2020. Propos centristes – Réactions aux tueries de masse d’El Paso et de Dayton…

Voici une sélection, ce 5 août 2019, des réactions des candidats centristes à l’élection présidentielle aux Etats-Unis en novembre 2020 dans les médias ou sur les réseaux sociaux à l’occasion concernant les tueries de masse qui se déroulées à El Paso (Texas) et Dayton (Ohio) faisant 29 morts et près de cinquante blessés.
Rappelons qu’en ce qui concerne le Parti démocrate, où se trouvent désormais l’énorme majorité des centristes, organise la première de ses primaires le 3 février 2020 dans le New Hampshire.
La convention qui choisira le candidat du Parti démocrate se tiendra du 13 au 16 juillet 2020 dans la ville de Milwaukee (Wisconsin).
Quant au premier débat entre les candidats à la primaire, il se déroulera les 26 et 27 juin prochains à Miami (Floride).

Parti démocrate

Joe Biden (Parti démocrate, ancien vice-président, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Trop c'est trop. En tant que pays, nous devons prendre des mesures de bon sens pour mettre fin à cette épidémie de violence armée. Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, devrait convoquer de nouveau le Sénat et adopter le projet de loi voté par la Chambre des représentants sur la vérification universelle des antécédents. Nous ne pouvons pas attendre pour passer à l'action.
- Nous ne pouvons pas régler un problème si nous refusons de le nommer: le nationalisme blanc. Une idéologie enhardie par un président qui attise les flammes de la haine et porte des messages de soutien à la suprématie blanche. Nous devons faire ce que Trump ne fera pas: condamner ce mal et l’éradiquer de notre société.
- Nous sommes dans un combat pour l'âme de cette nation. Et en ce moment, nous avons tous la responsabilité de déclarer avec conviction que la haine, le fanatisme et la suprématie blanche n’ont pas leur place en Amérique.
- Nous devons nous occuper de ce qui se passe en Amérique. Nous continuons à témoigner d'actes de terreur menés avec un fil conducteur: la haine de «l'autre». Nous l'avons vu à Charlottesville il y a deux ans, dans les synagogues de Pittsburgh et de Poway, et maintenant à El Paso.
- Les armes d’assaut et les chargeurs de grande capacité n’ont pas leur place dans nos rues. Nous devons tenir tête à la NRA et les fabricants d’armes. Ils ne possèdent pas ce pays. Nous, les gens, possédons ce pays.
- Au moins 29 vies volées, des familles brisées, des communautés brisées à El Paso et à Dayton en 13 heures. Des dizaines d'autres blessés. Entre ces deux tirs de masse, des dizaines d'autres ont été tués et blessés par une violence armée qui n'a pas fait les gros titres de la presse nationale.
- Le cœur brisé d'entendre la nouvelle d'El Paso. Nos pensées vont à celles touchées par un autre acte insensé de violence armée au Etats-Unis. Combien de vies doivent être interrompues? Combien de communautés doivent être déchirées? Il est plus que temps d'agir et de mettre fin à notre épidémie de violence armée.

Kamala Harris (Parti démocrate, sénatrice de Californie, candidate de la primaire présidentielle 2020)
- Nous devons appeler ces tueries de masse exactement ce qu’elles sont: du terrorisme domestique.
- Nous ne manquons pas de bonnes idées en matière de réformes de la sécurité des armes à feu mais les gens manquent du courage d'agir. C'est pourquoi, une fois élue présidente, je suis prête à prendre des mesures pour sauver des vies.
- Trump a encouragé le nationalisme blanc à travers notre pays. Il doit partir.
- Selon les autorités, 9 personnes auraient été tuées et 26 blessées lors de la fusillade à Dayton. Cela a duré moins d'une minute. Moins d'une minute. Nous ne pouvons pas rester inactifs et permettre à ce niveau de carnage de ravager nos communautés. Nous avons besoin de courage. Nous devons agir.
- Nous ne devrions pas avoir à vivre dans la peur des tueries en masse. Le Congrès doit avoir le courage d'adopter des lois raisonnables sur la sécurité des armes à feu. S'ils n'agissent pas, je le ferai.
- La semaine dernière c'était Gilroy. Aujourd’hui, c’est El Paso. Comment notre pays peut-il tolérer cela? Mes prières s'adressent encore une fois aux familles en deuil et mes remerciements vont aux premiers secouristes, mais cela ne suffit pas. Nous devons agir.

Beto O’Rourke (Parti démocrate, ancien représentant du Texas, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Nous savons ce que fait Trump. Il attise le racisme. Il incite à la violence. Nous ne devrions pas nous demander s’il peut faire quelque chose ou s’il est responsable de cela quand nous connaissons la réponse.
- Tout le monde fait sa part. Donner du temps, de l'énergie, de l'argent, du soutien. Ceux qui donnaient du sang voyaient leurs voisins et leurs collègues faire de même. Je suis tellement fier de cette ville [El Paso, ville dont Beto O’Rourke est originaire et ancien représentant au Congrès] et de l'exemple que nous donnons à nos enfants. Cette belle communauté courageuse et incroyable va vaincre.
- Ce soir, El Paso se dresse contre la haine, en mémoire des vies perdues hier et avec la détermination d'empêcher que cela ne se reproduise.
- Deux personnes, de deux pays, parlant deux langues – unies, non divisées, par notre frontière. Ensemble, nous formons un ensemble beaucoup plus vaste que la somme de nos parties: une communauté que je suis si fière d’appeler chez moi.
- La femme d'une victime m'a demandé: «Comment pouvons-nous changer cela?» En plus des vérifications universelles des antécédents, de l'interdiction de la vente d'armes de guerre et des lois d’interdiction, nous devons reconnaître la haine et le racisme déclaré que nous voyons sur Fox News, sur Internet et de notre commandant en chef. –Chef [Trump].
- Nous devons reconnaître la haine, le racisme ouvert que nous voyons. (…) Nous le voyons de notre commandant en chef. Il encourage cela. Il ne le tolère pas, il l'encourage.
- Mon cœur est brisé. Pour El Paso. Pour Dayton. Pour tous ceux qui sont touchés par les 40 000 décès par arme à feu dans notre pays chaque année. C’est à chacun d’entre nous de mettre fin à cette crise – et ensemble, j’ai toujours foi en notre volonté.
- Le racisme du président Trump n'offense pas que nos sensibilités; cela change fondamentalement le caractère de ce pays. Et cela mène à la violence.

Cory Booker (Parti démocrate, sénateur du New Jersey, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- C'est une crise nationale. Mitch McConnell doit maintenant appeler le Sénat à siéger et à voter sur le projet de loi visant à protéger les Américains de la violence armée. Ça Suffisant. Nous devons mettre fin à ce carnage maintenant.
Une des leçons dans ma foi est que vous récoltez ce que vous semez. Lorsque Donald Trump utilise des mots tels que «infestation», «invasion» et «pays de merde». Lorsqu'il refuse de condamner les néo-nazis et les suprémacistes blancs, Trump donne son autorisation à ce genre de violence. Il est responsable.
- Ça suffit. Nous devons mettre fin à ce cauchemar national. Priez pour toutes les personnes touchées par cette tragédie indicible et pour que notre pays trouve le courage moral de prendre des mesures pour mettre fin à ce carnage.

Julian Castro (Parti démocrate, ex-maire de San Diego & ex-ministre d’Obama, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Les Américains ne devraient pas mourir alors que la réforme de bon sens est sur le bureau de Mitch McConnell au Sénat. Il doit agir maintenant en convoquant de nouveau le Sénat à adopter la loi sur les armes à feu afin de protéger les Américains contre davantage de décès par arme à feu évitables.
- Il existe à la fois une grave épidémie de violence armée et un brassage toxique du nationalisme blanc aux États-Unis. Nous pouvons et devons nous attaquer à ces deux crises avec l’urgence que demande ce moment. Lorsque Donald Trump attise les flammes de la haine et des divisions, les conséquences sont réelles. Des tragédies telles que la fusillade à El Paso sont évitables et résultent malheureusement du mélange d'armes de guerre à haute puissance et d'un fanatisme incontesté.
- Nous ne pouvons pas oublier que ces 29 personnes ne sont pas les seules à avoir été tuées ou blessées par une arme à feu ce week-end. Un tireur à Chicago blessé 7. 8 734 personnes ont été tuées par des armes à feu cette année. Plus de 17 000 blessés. Il y a eu plus de fusillades en masse que de jours cette année. Nous avons besoin d’une réforme sur les armes à feu maintenant.
- En seulement 24 heures, notre pays a été victime de 29 meurtres en deux fusillades à Dayton et à El Paso. Nous aurions pu protéger ces victimes avec une réforme sensée des armes à feu Il n'est pas trop tard pour empêcher le prochain attentat ;le Congrès et le président doivent agir maintenant.

Tim Ryan (Parti démocrate, représentant de l’Ohio, candidat de la primaire présidentielle 2020)
Le nationalisme blanc est la plus grande menace nationale pour les États-Unis. Il n’appartient pas à notre pays. Nous ne pouvons plus l'ignorer. Nous devons l'appeler comme nous le voyons.

John Delaney (Parti démocrate, représentant du Maryland, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- En juin, j’ai publié mon plan de sécurité des armes à feu, qui prévoyait notamment l’établissement d’une interdiction des armes d'assaut, l'interdiction des stocks, l’élimination de la «faille de la petite amie» [achat d’une arme par un tiers pour le compte d’une personne interdite d’en posséder une], l'adoption d'une loi nationale sur l'ordonnance de protection contre les risques extrêmes et la levée de l'interdiction de la recherche sur la violence armée.
- Les tragédies horribles qui se sont produites à El Paso et à Dayton soulignent deux terribles réalités dans notre pays: la manipulation de notre démocratie par la NRA et le développement du terrorisme national et des crimes de haine. L'approche sans tain de Trump à l'égard de la NRA permet le premier et ses mots encouragent le second. Nous pouvons changer cela.

Steve Bullock (Parti démocrate, gouverneur du Montana, candidat de la primaire présidentielle 2020)
La fusillade à El Paso était un acte de terrorisme national. S'attaquer à la montée de la haine dans ce pays signifie condamner le nationalisme blanc quand on le voit et ce qui s'est passé samedi à El Paso ne fait pas exception. Pas même 24 heures après El Paso, nous nous réveillons de nouvelles effusions de sang à Dayton. Je suis navré pour les deux communautés et pour notre pays. La complexité des problèmes sous-jacents à cette épidémie de violence armée ne peut servir de prétexte à l'inaction.

Michael Bennet (Parti démocrate, sénateur du Colorado, candidat de la primaire présidentielle 2020)
El Paso. Dayton. Aurora, Parkland, Newtown, Charleston, Las Vegas, Gilroy, Sutherland Springs. Tant de communautés bouleversées, tant de vies emportées. Quand sera-ce assez?

John Hickenlooper (Parti démocrate, exgouverneur du Colorado, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Je pense qu’à ce stade, tous les Américains devraient appeler leurs représentants au Congrès et leur dire: «Très bien, la Chambre a adopté un projet de loi sur la vérification universelle des antécédents; pourquoi le Sénat ne l’a-t-il pas voté?»
- L’absence d’action pour lutter contre la violence armée par les armes américaines est inadmissible. C'est l'heure pour le leader de la majorité républicaine au Sénat de faire son travail et de faire voter immédiatement la législation sur la violence armée.
- Comme la plupart des Américains, j'en ai assez des discussions et du manque d'action de Washington sur la sécurité des armes à feu. Les gens meurent, et pourtant Donald Trump, Mitch McConnell et leurs amis de la NRA empêchent l’adoption d’une législation de sens commun sur les armes à feu.

Jay Inslee (Parti démocrate, gouverneur de l’Etat de Washington, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Écoutez, si cela ressemble à un canard et cancane comme un canard, alors il est temps d’appeler cela comme c’est. Donald Trump est un nationaliste blanc.
- Nous ne sommes pas sans défense et les choses ne sont pas sans espoir. Notre combat pour mettre fin à la violence armée se poursuivra aussi longtemps que nécessaire.
- Vous savez ce que l’on dit à propos de la menace terroriste: si vous voyez quelque chose, dites quelque chose. Alors je dis quelque chose. Ce président doit cesser d’encourager le nationalisme blanc. Il met activement en danger des vies américaines.
- Nous devons élire un président qui ne recule pas devant la NRA pour réduire la violence armée qui sévit dans notre pays. Nous avons battu la NRA dans l’État de Washington et il est temps de faire de même dans toute l’Amérique.

Amy Klobuchar (Parti démocrate, sénatrice du Minnesota, candidate de la primaire présidentielle 2020)
- Nous devons tenir tête à la NRA. Nous ne pouvons pas être un pays où les parents donnent leur vie pour sauver leurs enfants pendant que les sénateurs ne font rien.
- Après Parkland, je suis allé à la Maison-Blanche et je me suis assis devant le président Trump pour défendre les arguments en faveur de lois fortes sur les armes à feu. J'ai gardé la trace. Neuf fois, il a déclaré qu'il souhaitait une vérification universelle des antécédents. Neuf fois. Le lendemain, il a rencontré la NRA et s'est plié à leurs désirs. Plus de reculade.
- Hier était un jour sombre. D’El Paso à Dayton en moins de 24 heures, nous ne pouvons tout simplement pas continuer comme cela. Je pleure les vies perdues et les familles dévastées. L'inaction est inacceptable. Il n’est plus temps de parler. Le temps est venu d’adopter une loi. Je suis prête à retourner demain à Washington pour la voter.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire