mardi 26 août 2008

Actualités – Etats-Unis

Présidentielles 2008 / Convention démocrate de Denver

Barack Obama promet de faire des propositions concrètes lors de son discours d’acceptation


Le sénateur du Massachusetts Edward Kennedy puis Michelle Obama, épouse du candidat Barack Obama qui doit être intronisé jeudi, ont tenu la vedette lundi de la première journée de la convention démocrate, qui doit s'échelonner sur quatre jours à Denver dans le Colorado. Plus de 4.000 délégués et des dizaines de milliers de militants, de manifestants et de journalistes ont convergé ces derniers jours vers Denver. Obama, qui, s'il est élu, deviendra le premier président métis des Etats-Unis, est au coude à coude avec son adversaire républicain John McCain dans la plupart des sondages. Selon certaines enquêtes, il éprouverait des difficultés à rallier sur sa candidature les voix qui s'étaient portées sur sa rivale dans la course à l'investiture: un électeur sur quatre ayant voté pour Hillary Clinton lors des primaires rechignerait à le soutenir. Aussi, s'exprimant devant des délégués de l'Etat de New York, dont elle est sénatrice, l'ancienne Première dame des Etats-Unis a appelé lundi ses partisans à rallier la candidature du sénateur de l'Illinois. A Denver, c'est le président du Parti démocrate, Howard Dean, qui a lancé les débats de la convention : "De cette tribune, ce soir, je vois dans cette assemblée diverse de démocrates une illustration de la force et de l'unité de notre parti et la concrétisation de notre stratégie d'ancrage dans les 50 Etats de l'Union". L'objectif de cette première journée était de présenter le candidat et son parcours, inhabituel pour un candidat à la Maison blanche : fils d'un Noir originaire du Kenya et d'une blanche du Kansas, qui a passé ses premières années à Hawaii et en Indonésie, a commencé sa carrière politique comme travailleur social à Chicago et s'est fait élire au Sénat des Etats-Unis en 2004. Son épouse Michelle, âgée de 44 ans, a été la grande vedette de la soirée. Devant la foule brandissant des panonceaux bleus "Michelle", celle-ci, souriante, à l'aise, a vanté en son mari le représentant des valeurs typiques de l'Amérique. "Ce qui m'a frappé lorsque j'ai fait la connaissance de Barack, c'est que, bien qu'il ait ce drôle de nom, et bien qu'il ait grandi un peu partout à travers le continent et à Hawaii, sa famille ressemblait beaucoup à la mienne", a-t-elle expliqué. "Je viens ici en tant qu'épouse qui aime mon mari et pense qu'il fera un président extraordinaire. Je viens ici en tant que mère dont les filles sont au coeur de mes pensées et le centre de mon monde", a-t-elle ajouté.

Après son intervention, Barack Obama lui-même est apparu pour la première fois à la convention, sur un grand écran vidéo, en direct de Kansas-City où il se trouvait. Il a fait à son tour l'éloge de son épouse, qui se tenait sur l'estrade avec à ses côtés leurs deux filles, Malia et Sasha. "Malia, Sasha, comment avez-vous trouvé maman?", leur a demandé leur père. "Je trouve qu'elle a été bonne", a répondu l'une d'entre elles. S'adressant aux journalistes dans l'Illinois un peu plus tôt, le sénateur Obama s'était employé à apaiser les craintes de certains démocrates face aux sondages qui le donnent désormais au coude à coude avec John McCain. Il a assuré à cette occasion que le discours d'acceptation qu'il prononcera jeudi à Denver serait émaillé de propositions concrètes pour améliorer la vie des classes moyennes et qu'il éviterait la rhétorique ronflante caractéristique de ses interventions. Il a également tenu à minimiser les divisions avec les Clinton : "Je suis absolument persuadé qu'aussi bien Hillary Clinton que Bill Clinton comprennent les enjeux".

Avant que Michelle Obama intervienne à la convention de Denver, Edward Kennedy, frère de l'ancien président John F. Kennedy, a prononcé un vibrant hommage de Barack Obama, devant les milliers de délégués réunis à Denver. Agé de 76 ans, le sénateur du Massachusetts, vieux routier de la scène politique américaine, s'est vu diagnostiquer en mai dernier un cancer du cerveau. Il a pu gagner sans aide la tribune de la convention et donner libre cours à ses talents d'orateur devant une mer de petits panonceaux bleus "Kennedy" et des délégués émus, certains jusqu'aux larmes, et scandant son nom. "C'est si merveilleux d'être ici, et rien ne m'éloignera de ce rassemblement ce soir", a dit le sénateur, qui a été rejoint à la tribune par sa famille, après son discours. Caroline Kennedy, fille de l'ancien président John F. Kennedy, est intervenue à la tribune pour rendre un hommage à son oncle. Les autres orateurs qui se sont succédé, comme la présidente de la chambre des représentants Nancy Pelosi, ont multiplié les piques contre McCain, accusés de vouloir perpétuer la politique de l'impopulaire George Bush. "Les républicains disent que John McCain a de l'expérience", a estimé Pelosi. "Nous disons que John McCain a de l'expérience en matière d'erreurs!"

Aucun commentaire: