dimanche 25 mars 2018

Actualités du Centre. Sondage: A Paris, les centristes en tête pour les municipales

Mairie de Paris
Les récents déboires de la maire de Paris, Anne Hidalgo, ainsi que sa baisse de popularité et les nombreuses polémiques à propos de son action, ont lancé, avec plus de deux ans d’avance, la campagne pour les municipales dans la capitale.
Même si, pour l’instant, aucun candidat ne s’est réellement déclaré à part la maire sortante dont l’idée est d’être en place lors des Jeux olympiques de 2024, les grandes manœuvres semblent avoir débuté alors même que les problèmes s’accumulent pour la municipalité en place (voies sur berge piétonnières, fiasco de velib’, propreté plus que déficiente, etc.)
C’est dans cette atmosphère où une fin de règne du Parti socialiste (au pouvoir à Paris depuis 2001) et de ses alliés est possible qu’un sondage réalisé par l’Ifop pour le JDD montre qu’une liste LREM conduite par Benjamin Griveaux devancerait une liste de la majorité municipale (PS, PC, EELV) conduite par Anne Hidalgo.
La première obtiendrait 32% des voix au premier tour contre 29% pour la seconde et 21% pour une liste LR, 11% pour une liste FI, 6% pour une liste FN et 1% pour une liste d’extrême-gauche.
Si la liste LREM est en tête c’est avant tout parce qu’Emmanuel Macron a réalisé un très bon score à Paris lors du premier tour de la présidentielle avec 34,8% des voix (89,7% au second face à Marine Le Pen) et que LREM a raflé douze sièges de député sur dix-huit lors des législatives (et le MoDem un supplémentaire pour la majorité présidentielle).
C’est également parce que 58% des Parisiens sont mécontents (dont 32% de «très mécontents») d’Anne Hidalgo, une progression de dix points par rapport à un sondage d’avril 2016.
Sur les onze items proposés aux sondés sur son action, sept sont en dessous de 50% de satisfaits dont la circulation (76% de mécontents), la propreté (73% de mécontents), la sécurité (62% de mécontents), les transports en commun (55% de mécontents).
A noter que les électeurs d’une liste LREM seraient composés de 29% des électeurs d’Anne Hidalgo en 2014 et de 45% des électeurs de Nathalie Kosciusko-Morizet (candidate de l’UMP devenue LR).
Reste que la stratégie de LREM n’est pas encore arrêtée et qu’au sein de la formation présidentielle certains veulent une liste indépendante quand d’autres veulent s’allier avec Hidalgo (sous certaines conditions).
(Sondage IFOP réalisé par internet du 19 au 22 mars 2018 auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus / Méthode des quotas / Marge d’erreur de 3 points)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire