dimanche 28 février 2016

Présidentielle 2017. La primaire de LR devient «de la Droite et du Centre» grâce à Arthuis

Jean Arthuis
L’Alliance centriste est une composante de l’UDI.
Micro-parti, elle n’en a pas moins quinze parlementaires, essentiellement des sénateurs et est présidée par Jean Arthuis ancien ministre de Jacques Chirac, sous l’autorité du Premier ministre d’alors, Alain Juppé et ancien sénateur.
L’Alliance centriste a tenu son congrès le samedi 27 février et a décidé de ne pas soutenir une candidature indépendante de l’UDI à la présidentielle et de présenter un candidat à la primaire de LR en publiant ce communiqué:
«L’Alliance centriste, à la veille des échéances électorales de 2017, entend porter (son) projet à la primaire ‘de la Droite et du Centre’ par le biais d’une candidature». (lire le communiqué intégrale ici)
En agissant de la sorte, la formation centriste permet définitivement de rebaptiser la primaire de LR, primaire «de la Droite et du Centre», ce qu’elle n’était pas jusque là puisqu’aucun centriste, parti ou personnalité, n’avait indiqué y participer.
Prenant prétexte que nombre de personnalités de l’UDI se sont déjà prononcées en faveur d’un candidat LR à la primaire ou d’une participation de l’UDI à celle-ci, la formation centriste estime qu’elle doit être présente sous sa propre bannière à ce choix du candidat de la Droite pour 2017, plantant un véritable coup de poignard dans le dos Jean-Christophe Lagarde, le président de l’UDI, qui voulait que la décision de présenter ou non un candidat indépendant  à la présidentielle soit prise officiellement le 20 mars prochain lors d’un congrès à Versailles.
La justification de la présence d’un candidat Alliance centriste – qui n’aura aucune chance de gagner, ni même de figurer de façon honorable – est quelque peu tirée par les cheveux.
Selon Jean Arhuis (lire sa déclaration ici), non seulement il faut un candidat Alliance centriste pour porter le projet de cette formation à la primaire (baptisé «Libres et responsables» mais il ne faut pas qu’il y ait un candidat UDI officiel à celle-ci car cela permettrait de compter ses voix, ce qui pourrait handicaper ce dernier parti lors des négociations futures pour les législatives et le nombre de circonscriptions gagnables en sa faveur.
Car, bien entendu, le président de l’Alliance centriste, anticipe un score ridicule de l’UDI à cette primaire.
Et il n’a pas tort puisque rappelons que les seules fois où un candidat UDI a été testé pour cette primaire dans les sondages, il obtenait 1% des voix.
Mais pourquoi cela interdirait les dirigeants de LR de comptabiliser les voix de tous les candidats issus des formations de l’UDI pour mener les négociations?
Jean Arthuis ne le dit pas…
En outre, l’Alliance centriste estime que les négociations entre LR et l’UDI pour formaliser un accord avant la désignation d’un candidat unique lors de la primaire n’auront aucune valeur sur celui qui sera élu sauf si celui-ci est Nicolas Sarkozy (qui devrait mener ces négociations avec Jean-Christophe Lagarde en tant qu’actuel président de LR).
Seule logique dans cette décision de la formation composante de l’UDI est l’indispensable présence des idées et des valeurs du Centre dans la bataille de la présidentielle.
Pour autant, Jean Arthuis qui avait soutenu Hervé Morin en 2012 avant de tourner casaque quelques jours après pour soutenir François Bayrou puis de l’abandonner en rase campagne pour rejoindre l’UDI et Jean-Louis Borloo aurait peut-être du attendre s’il y allait y avoir une candidature indépendante du Centre pour se prononcer.
Mais il est vrai que l’Alliance centriste n’existe pas vraiment médiatiquement parlant et peu politiquement parlant et que cette annonce lui donne une visibilité politico-médiatique quelques instants…
Reste que ce coup de poignard vient après d’autres et fragilise encore plus l’UDI dont l’existence ne tient plus qu’à un fil.

Alexandre Vatimbella
  

A lire aussi:



Aucun commentaire: