lundi 10 octobre 2016

Présidentielle USA 2016. Pour les téléspectateurs américains, Clinton a largement remporté le deuxième débat

Clinton & Trump à Saint-Louis
Selon les premiers commentaires des médias audiovisuels américains – qui souvent disent le contraire le lendemain –, comme Trump n’a pas perdu le débat d’hier soir, il l’a gagné…
En outre, ils ont estimé, à l’instar de CNN, qu’il s’agissait du débat présidentiel le «pire qu’il y ait jamais eu» avec des échanges «vicieux» entre les candidats.
Deux réactions sans rapport avec la réalité de ce qui s’est passé.
D’une part, un sondage commandé par CNN à partir d’un échantillon représentatif de la population, montre qu’une majorité de téléspectateurs ont vu une victoire sans appel d’Hillary Clinton puisque 57% d’entre eux ont estimé qu’elle l’avait emporté contre 34% qui pensent que c’est Donald Trump.
D’autre part parce que seul le comportement de Trump mérite les qualificatifs de «pire» et de «vicieux».
Etrange rhétorique, donc, dont le seul but est évidemment de jouer sur le suspens d’une élection qui ne devrait plus en avoir depuis longtemps tellement le candidat républicain est une honte pour la démocratie républicaine.
Cela confirme en tout cas l’irresponsabilité des médias audiovisuels, prêts à tout pour accrocher le téléspectateur et que fonctionnement de la démocratie et recherche du taux d’audience maximum ne vont pas ensemble.
Car la réalité d’hier soir à l’université Washington de Saint-Louis, c’était un Trump égal à lui-même dans ses moments les plus repoussants.
Il n’a pas cessé de mentir effrontément comme l’ont relevé les fact-checkers (les «contrôleurs des faits» qui traquent les contre-vérités des politiques) des différents médias, d’insulter Hillary Clinton et de lui promettre de la mettre en prison s’il était élu.
Cette hargne constante envers Clinton, la coupant sans cesse, la suivant dans ses déplacements sur le plateau, faisant des mimiques incontrôlables d’énervement quand elle parlait, a, en outre, permis à Donald Trump de ne jamais répondre complètement aux questions qui lui étaient posées – voire de ne pas y répondre du tout – par le panel de citoyens de ce «town-hall debate» (débat où c’est le public qui pose les questions).
Un des meilleurs comptes-rendus de ce débat est venu du magazine The Atlantic sous la plume de David Graham:
«(…) Le deuxième débat présidentiel de dimanche soir a été ce qui était prévu (de la part de Donald Trump): un énorme empilement de tout et n’importe quoi. Trump a arpenté la scène nerveusement, a fait de longues de déclarations mensongères, s’en est pris aux modérateurs et a promis de poursuivre en justice une rivale politique s'il gagnait l’élection. Il s’est ouvertement et violemment opposé à son colistier, Mike Pence, à propos de la Syrie, déclarant, ‘lui et moi n’en n’avons pas parlé et je ne suis pas d'accord’. Dans le moment peut-être le plus surréaliste d'une soirée surréaliste, le modérateur Anderson Cooper a dû dire à un candidat d’un parti majeur à la présidentielle, ‘Vous vous en êtes vanté d’agresser sexuellement les femmes. Le comprenez-vous?’
«Le candidat Républicain, au milieu de la pire période d'une campagne souvent turbulente, était maussade et erratique, interrompant fréquemment son adversaire. Il a semblé même plus mal à l'aise qu'il l’avait été pendant le premier débat. Encore une fois, il a reniflé bruyamment dans le micro. Et encore une fois, il a livré une série de fausses déclarations. Avec des Républicains qui l’abandonnent en masse à tout juste 29 jours de l'élection, Trump a semblé content de les envoyer au diable – peut-être même son propre colistier également.»

Sondages des sondages au 10 octobre 2016
Clinton maintien son avance conséquente

Clinton
Trump
Ecart
Election projection
48,0%
44,2%
Clinton 3,8
Five Thirty Eight (1)
45,1 %
39,7%
Clinton 5,4
Huffington Post
47,7%
41,4%
Clinton 6,3
New York Times
45,0%
41,0%
Clinton 4,0
Polltracker TPM
45,4%
42,3%
Clinton 3,1
Pure Polling
47,6%
43,5%
Clinton 4,1
Real Clear Politics
47,5%
42,9%
Clinton 4,6
270 to win (1) (2)
49,2%
42,8%
Clinton 6,4
(1) Prend en compte 3 candidatures (+ Gary Johnson – Libertarian party)
(2) Prend en compte un mois de sondage alors que les autres prennent
en compte autour de 15 jours de sondages


Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC



Présidentielle USA 2016

A lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire