dimanche 26 mars 2017

Présidentielle 2017. Le quart des sénateurs centristes rejoignent Macron

Michel Mercier
Dix sénateurs centristes (sur 42 que compte le groupe Union centriste), viennent de publier une tribune dans le JDD pour apporter leur soutien à Emmanuel Macron.
Réunis autour de Michel Mercier, ancien président du groupe centriste au Sénat, ancien président du Conseil général du Rhône et ancien ministre de la Justice et de l’Aménagement du territoire de Nicolas Sarkozy, certains, comme lui, sont des figures du Centre, en particulier de l’UDI comme Michel Canevet (cofondateur de la confédération et initiateur du ralliement des sénateurs UDI de cette tribune à Macron), Jean-Marc Gabouty (trésorier du Parti radical, membre de l’UDI) ou encore Jean-Marie Vanlerrenberghe, le maire d’Arras.
La moitié des signataires de cette tribune sont d’ailleurs membres de l’UDI (Michel Canevet, Jean-Marc Gabouty, Christian Namy, Gérard Roche, Jean-Marie Vanlerrenberghe).
Une est membre du groupe écologiste, ralliée depuis peu à François Bayrou (Leila Aïchi) et un est divers droite (Bernard Delcros)
Les trois autres sont membres du MoDem (Michel Mercier, Jacqueline Gourault, Jean-Jacques Lasserre).
Ces nouveaux soutiens d’élus centristes à Macron montrent une dynamique certaine de ce dernier auprès du Centre.
Ils montrent également que l’UDI en tant que parti a cessé d’exister dans les faits (si l’on y ajoute les soutiens à Macron précédents comme ceux de l’Alliance centriste, parti membre de l’UDI, de Jean Arthuis, de nombre d’élus et de militants dont des présidents de fédération).
La tribune est intitulée «Pourquoi nous soutenons Emmanuel Macron»
Les signataires y affirment que «Notre pays a besoin d’une majorité renouvelée et de rassemblement plutôt que d’opposition» et que «Emmanuel Macron propose une méthode à laquelle nous sommes fondamentalement attachés: dépasser le vote paralysant droite-gauche qui a pour conséquence qu’à chaque élection nationale le camp vainqueur ne pense qu’à défaire ce que les prédécesseurs ont fait».
Et d’ajouter que «La méthode choisie par Emmanuel Macron est la bonne: ne pas diviser, ne pas chercher à monter les Français les uns contre les autres.»
En outre, ils estiment qu’il faut «Redonner de la liberté à nos entreprises, les rendre plus compétitives, les ouvrir plus encore sur le numérique, leur offrir la possibilité d’être les créatrices d’un monde nouveau où chaque Français, en s’appuyant sur notre modèle social réformé, gardera la maîtrise de son destin. Il faut aussi encourager les solidarités, réduire les inégalités sociales et territoriales. Sans cet équilibre, sans protection, il n’y a pas de liberté réelle».
Selon eux, «Le projet d’Emmanuel Macron répond à ces objectifs, il remet en cause les faiblesses et les habitudes mais il est réalisable parce qu’il est juste et qu’il répartit équitablement les efforts entre tous».
De même, pour eux, «Emmanuel Macron est le seul à affirmer clairement, et avec force, que le destin de la France est étroitement lié à celui de l’Europe».
Enfin de faire ce triste constat que «La campagne électorale que nous vivons est certainement l’une des plus calamiteuses que notre pays ait connue».
D’où «Notre soutien à Emmanuel Macron repose d’abord sur la moralisation de la vie publique».
Il est possible que d’autres élus centristes rejoignent le candidat d’En marche! dans les prochains jours.


Alexandre Vatimbella


A lire aussi:


Aucun commentaire: