dimanche 7 juin 2020

L’Editorial du CREC. Toutes les vies ont de l’importance


Avec le meurtre par des policiers de George Floyd à Minneapolis, une indignation salutaire contre le racisme qui touche les Afro-américains a déferlé aux Etats-Unis et partout dans le monde.
Une mort de trop, une colère de plus…
Mais cela a également permis toutes les récupérations les plus exécrables et les plus minables.
Au rang des exécrables, il y a les leçons d’humanisme et de morale venues d’Iran et de Chine!
Sans parler de celle de Trump affirmant que la baisse du chômage américain est «un grand jour pour George Floyd».
On en vomirait presque que de tels propos sortent de la bouche du président d’une démocratie dont les forces de l’ordre viennent de tuer un homme principalement pour la couleur de sa peau…
On n’en dira pas plus sur les minables qui se reconnaitront d’eux-mêmes et qui n’ont cessé d’instrumentaliser ce meurtre pour leur pitoyable petit business.
L’exploitation infâme de la mort d’un être humain est une honte qui ne gêne pas nombre de ces personnages qui sont prêts à tout pour attirer l’attention ou donner de l’importance à des causes qui n’ont rien à voir, voire à faire des amalgames qui sont le propre de ceux qui ne poursuivent le but que de détruire ou d’attiser la violence et la haine.
Et s’il faut soutenir sans réserve le message d’égalité du mouvement «Black lives matter» (les vies des noirs ont de l’importance) qui tentent de changer une situation qui n’a que trop duré  et que ni la victoire des abolitionnistes lors de la Guerre de sécession, ni le mouvement des droits civiques des années 1950-1960 n’ont réussi à changer en profondeur dans bien des endroits des Etats-Unis, il est tout aussi scandaleux de la part de certain de ses membres de montrer du doigt des personnes pour l’unique raison qu’elles sont blanches.
Parce que si le racisme envers les noirs n’est pas supportable, il en est de même de celui qui touche les blancs, les rouges, les jaunes et les marrons ainsi que toutes les couleurs métissées.
Les suprémacistes noirs, jaunes, rouges, marrons sont aussi abjects et nauséabonds que les blancs.
Partout dans le monde, quelles que soient leurs couleurs, des gens sont victimes de racisme depuis des milliers d’années.
Partout la bête immonde rôde et elle vient de toutes les communautés.
L’exceptionnalisme noir ou jaune est aussi illégitime et condamnable que le blanc et doit être combattu avec la même énergie.
Bien entendu, cela n’empêche pas de réagir aux événements racistes lorsqu’ils se produisent en soutenant la personne ou la communauté qui en a été victime à cause de la couleur de sa peau.
Oui, pour l’universalisme centriste et les valeurs humanistes du Centrisme et pour les principes de la démocratie républicaine que défend le Centre, il n’y a qu’une seule Humanité composée d’être libres et égaux dans leurs différences.
C’est pourquoi toutes les vies, sans exception, ont de l’importance.
C’est pourquoi le racisme s’il peut être vaincu et il faut espérer qu’il le soit le plus rapidement possible, ne le sera que dans l’universalisme et non dans le clivage et en montrant du doigt une communauté ou une ethnie.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire