jeudi 31 mars 2016

Présidentielle 2017. Lagarde annonce que les militants UDI pourraient revoter en septembre

Dans une interview à LCP, Jean-Christophe Lagarde a indiqué que les militants de l’UDI pourraient être à nouveau consultés à propos de la primaire de la Droite à l’automne si un accord est signé entre sa formation et celle de LR pour la présidentielle.
Tout cela pour valider une participation à cette primaire alors même que Jean-Christophe Lagarde vient de faire voter à ces mêmes militants, une absence à cette consultation qui va permettre de choisir le candidat LR à la présidentielle.
C’est en réponse à une question sur la participation de candidats issus de l’UDI à la primaire que Jean-Christophe Lagarde a annoncé ce nouveau vote:
«On a des militants qui ont voté qu'on ne participait pas à la primaire. Il n'y aura donc pas de candidats UDI à la primaire et si quelqu'un voulait se déclarer, il ne serait plus UDI, c'est très clair. (…) Ce n'est pas une auberge espagnole un parti politique. On ne peut pas vouloir porter son étiquette et faire le contraire de ce que décident les militants. S'il devait y avoir une discussion avec les Républicains, il y aurait un congrès qui revoterait».
Car le problème de l’UDI est désormais de pouvoir monnayer son soutien à LR le plus en amont possible afin de mieux négocier le nombre de circonscriptions gagnables ainsi que des postes importants dans le gouvernement en cas de victoire de LR en 2017.
C’est pourquoi, comme il l’avait fait auparavant sur France 2 et sur RFI, Jean-Christophe Lagarde a indiqué que l’UDI avait souhaité une coalition où, contre le soutien de l’UDI à la primaire de LR, la confédération centriste voulait des circonscriptions gagnables en nombre pour les législatives, ce que Lagarde appelle «les équilibres politiques trouvés lors des départementales et des régionales», sachant que l’UDI avait alors été servie beaucoup plus que ce qu’elle représente électoralement parce que c’était des élections mineures et beaucoup mieux qu’elle ne le sera en 2017.
«Nous proposions aux républicains (LR) une coalition qui englobait la désignation d’un candidat à la présidentielle, c’est la primaire, et l’élection législative» a-t-il ainsi déclaré.
Par ailleurs, il a expliqué que l’UDI allait, d’ici au mois de juillet, adopter son programme présidentiel et législatif.
Ensuite, la porte reste grande ouverte à toute négociation avant la primaire et après avec le candidat désigné avec cette menace que si aucun accord est trouvé, il y aura un candidat UDI au premier tour de la présidentielle, ce qui sera décidé «à l’automne».
Une menace qui, aujourd’hui, n’est absolument pas crédible mais qui permet à Jean-Christophe Lagarde de marteler sans cesse qu’il faut que LR ait une «culture de la coalition» et non les réflexes d’un parti unique.
Le problème étant évidemment que la différentiel électoral entre LR et l’UDI rend improbable, quoiqu’il arrive une discussion entre égaux.


Alexandre Vatimbella




A lire aussi:



Aucun commentaire: