mardi 7 mars 2017

Présidentielle 2017. Borloo se déclare sur la même ligne politique que Macron

Jean-Louis Borloo
Jean-Louis Borloo n’accordera peut-être pas son soutien à Emmanuel Macron pour la présidentielle mais, dans les déclarations qu’il vient de faire au quotidien Le Monde, il se positionne, en tout cas, complètement sur la même ligne politique que celui-ci.
Ainsi, pour Borloo, il faut «une recomposition politique entre des forces de gauche modernes et une droite progressiste», soit très exactement, et le projet politique d’Emmanuel Macron, et la coalition que ce dernier est en train de regrouper derrière sa candidature.

De même, il estime que «nous sommes peut-être à l'aube d'un bouleversement qui ne s'arrête pas à la présidentielle», sous-entendant qu’il verrait bien l’émergence d’un axe central à l’Assemblée nationale qui pourrait être majoritaire et gouverner la France avec un président ressemblant beaucoup au leader d’En marche!

Il ajoute, concernant les bisbilles à l’intérieur de l’UDI dont il fut le fondateur mais aussi en direction de LR empêtré dans l’affaire du Pénélope Gate, «je ne suis vraiment pas dans le jeu politique. Je ne suis pas à la manœuvre mais la situation me paraît pathétique. (…) La question se pose au-delà de l'élection présidentielle. Il faut se projeter à fin juin, au -moment du vote de confiance au nouveau gouvernement. Y a-t-il une majorité possible et laquelle? Peut-on encore dire aujourd'hui que c'est la droite et le centre? A bien des égards, ça me semble difficile.»

Voilà un enterrement de première de l’alliance entre LR et l’UDI qui devrait donner le sourire à tous les membres et les sympathisants de formation centriste qui ont déjà décidé ou qui sont sur le point de rejoindre Emmanuel Macron mais aussi à Jean-Christophe Lagarde qui refuse de soutenir la candidature de François Fillon malgré les menaces violentes de ses opposants.

En tout cas, si Jean-Louis Borloo ne s’est pas prononcé nommément pour Macron, l’ensemble de ses propos montre qu’il n’a sans doute aucunement l’intention de soutenir François Fillon.



Alexandre Vatimbella








A lire aussi:















Aucun commentaire: